Xerostomie [ Publications ]

xerostomie [ Publications ]

Publications > xerostomie

  • La xérostomie est une diminution marquée du flux salivaire et elle est reconnue comme un symptôme précoce de maladies systémiques. Elle peut aussi être induite par de nombreux traitements médicamenteux. La sévérité de l'atteinte glandulaire ne peut pas être estimée à partir de la sensation subjective de sécheresse buccale dont se plaignent les patients et des évaluations précises de l'activité sécrétoire salivaire doivent être conduites. Les techniques de prélèvements salivaires et les modalités de sialométrie sont nombreuses. Chez des individus sains, il est généralement admis que le flux salivaire total moyen non stimulé est légèrement supérieur chez les hommes (0,42 ml/min) que chez les femmes (0.37 ml/min). Les valeurs correspondantes dans des conditions stimulées sont de 1.77 ml/mn et 1,38 ml/min. La mesure du flux salivaire total non stimulé, collecté pendant 15 min, est préconisée par la majorité des auteurs pour le diagnostic clinique de la xérostomie et un flux non stimulé égal à 0,1 ml/min est considéré comme valeur seuil pour ce diagnostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Xérostomie radio-induite: prevéntion, traitement, perspectives.

  • Une grande partie des patients atteints d'un cancer de la sphère ORL bénéficie d'une radiothérapie. La xérostomie en est un des effets secondaires les plus fréquents. Cet article décrit les critères subjectifs et objectifs utiles à l'évaluation de la xérostomie et fait le point sur les traitements cytoprotecteurs, les nouvelles méthodes de radiothérapie et les techniques chirurgicales qui visent à préserver les glandes salivaires. Des avancées importantes dans la compréhension de la pathophysiologie ont été effectuées et de nouvelles perspectives de traitement se dessinent.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Approche thérapeutique de la xérostomie post-radique. Prothèse réservoir et glande salivaire artificielle.

  • L'administration en goutte à goutte endo-buccal d'un soluté salivaire émollient, contenant de la mucine, et emmagasiné dans un réservoir endobuccal ou externe, constitue une modalité thérapeutique symptomatique originale et d'efficacité démontrée. Les auteurs exposent la conception et les modalités de leur prise en charge thérapeutique palliative de l'asialique chronique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov