Varicelle [ Niveau Expert ]

varicelle [ Niveau Expert ]

Expert > varicelle

  • Le vaccin de la varicelle connu depuis 1970 (souche Oka V) est efficace et bien toléré. Deux nouveaux vaccins contenant la même souche sont le vaccin quadruple rougeole-rubéole-oreillons-varicelle (ProQuad ®) et le vaccin du zona pour les personnes de plus de 60 ans (Zostavax ®). La politique vaccinale de la varicelle reste controversée, partagée entre vaccination sélective et généralisée. Les Etats-Unis ont instauré une vaccination universelle en 1995. L'Europe, à l'exception de l'Allemagne, est en attente pour plusieurs raisons : le risque de déplacement de la maladie à l'âge adulte par insuffisance de couverture vaccinale, le risque possible d'une augmentation du zona de l'adulte, un bénéfice principalement indirect lié aux économies en arrêts de travail, une perception de bénignité de la varicelle même si des études récentes montrent un nombre important d'hospitalisations (3500 par an en France) et des complications parfois sévères (surinfections à streptocoque A). Aux Etats-Unis, le nombre de décès, d'hospitalisations et de complications s'est effondré après quelques années de vaccination de routine, évolution en faveur de la vaccination. En outre, des épidémies de varicelle depuis 2000 chez des enfants américains vaccinés remettent en question la vaccination par une seule dose avant 12 ans et deux doses semblent préférables. Le nouveau vaccin quadruple pourrait faire reconsidérer la généralisation du vaccin en Europe à condition qu'une surveillance stricte de la varicelle et du zona soit mise en place.\

  • Source : jle.com

Mise à jour sur la varicelle : déclaration du comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) - Update on Varicella

  • Indication du niveau de preuve, épidémiologie, comparaison de Varivax® III et Varilrix®, détermination de l'immunogénicité du vaccin, impact de la vaccination au Canada et aux Etats-Unis, varicelle chez les vaccinés, risque de zona, administration par mégarde du vaccin antivaricelleux aux femmes enceintes, emploi du vaccin après une exposition, immunisation de sujets immunodéprimés réceptifs (enfants atteints d'une LLA en rémission, enfants atteints d'une tumeur maligne solide, enfants ayant reçu une greffe rénale, enfants en attente d'une greffe rénale, enfants en attente d'une greffe hépatique, enfants et adultes ayant reçu une greffe de moelle osseuse, enfants infectés par le VIH, enfants atteints de syndrome néphrotique), usage recommandé (chez les personnes en bonne santé, chez les femmes en âge de procréer, algorithme de la vaccination antivaricelleuse chez les personnes de plus de 12 mois, chez les personnes ayant été exposées, chez les personnes immunodéprimées réceptives, algorithme chez les personnes immunodéprimées), distinction entre la souche vaccinale et le virus de type sauvage, déclaration des effets secondaires associés aux vaccins et des infections chez les vaccinés, pistes de recherche à explorer, références , 28 pages

  • Source : phac-aspc.gc.ca

Les politiques d exclusion des écoles, des milieux de garde et des camps à cause de la varicelle : une approche rationnelle

  • La vaccination antivaricelleuse généralisée adoptée au Canada depuis 2007 a modifié l épidémiologie de la maladie et favorisé une diminution importante des hospitalisations qui y sont liées. Cependant, il y aura toujours une population susceptible à la varicelle à cause de traitements ou d affections responsables d une immunodépression ou du refus vaccinal des parents. Le présent document actualise et remplace un document de principes publié en 1999 par la Société canadienne de pédiatrie. La position de la SCP sur les politiques d exclusion des écoles et des milieux de garde n a pas changé depuis la publication du document original, mais compte tenu de deux rapports d éclosion de varicelle associée à la fréquentation d un camp d été parus depuis 1999, la présente révision contient de nouvelles recommandations afin d atténuer le risque de transmission de la varicelle dans les camps d été.

  • Source : cps.ca

VARIVAX, poudre et solvant pour suspension injectable. Vaccin varicelleux vivant - Virus de la varicelle (souche OKA/Merck) vivant atténué produit sur cellules diploïdes humaines MRC-5

  • « VARIVAX est indiqué chez les sujets à partir de 12 mois pour lanprévention de la varicelle.nVARIVAX peut être administré aux nourrissons à partir de l'âge de 9 moisndans certaines circonstances telles que conformément au calendriernvaccinal national ou lors de situations épidémiques.nVARIVAX peut aussi être administré aux sujets réceptifs exposés à lanvaricelle. Une vaccination dans les 3 jours suivant l'exposition peutnprévenir une infection clinique ou modifier son développement. De plus,nil existe des données limitées indiquant que la vaccination jusqu'à 5njours après l'exposition pourrait modifier le développement denl'infection. » le service médical rendu par ce vaccin reste important, uniquement dans les populations recommandées par le HCSP dans le calendrier vaccinal en vigueur....

  • Source : has-sante.fr

Rapport coût-utilité de la vaccination contre la varicelle chez les enfants, et de la vaccination contre le zona chez les adultes en Belgique

  • Quels seraient les coûts et les bénéfices associés à des programmes de vaccination contre la varicelle chez les enfants et contre le zona chez les adultes ? Le Centre d'évaluation économique et de modélisation des maladies infectieuses de l'Université d'Anvers (CHERMID) a examiné ces questions pour le compte du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE). L'étude révèle qu'un programme de vaccination contre la varicelle n'est souhaitable que si l'on est certain qu'il n'engendrera pas d'augmentation trop importante du nombre de zonas. Les résultats, non encore disponibles, d'autres pays où la vaccination a déjà lieu devraient nous permettre d'en savoir plus. Les avantages de la vaccination des personnes âgées contre le zona ne sont pas clairs non plus à cause du manque actuel de données fiables.

  • Source : kce.fgov.be

Evaluation de l'amplification génique pour le diagnostic des infections à Herpesviridae (cytomégalovirus, virus herpès simplex et varicelle-zona) chez les personnes vivant avec le VIH

  • L objectif de ce travail est d analyser la cohérence entre d une part, la demande et d autre part, les recommandations de bonnes pratiques professionnelles et la position des professionnels, en vue de l inscription à la Nomenclature des actes de biologie médicale pris en charge par le système national d Assurance maladie en France, de la recherche du génome de cytomégalovirus (CMV), virus herpès simplex (HSV) et virus varicelle-zona (VZV) par amplification génique dans la diagnostic et la prise en charge des maladies opportunistes chez les personnes vivant avec le VIH.

  • Source : has-sante.fr

Preuve d immunité contre la varicelle : recommandations du Comité sur l immunisation du Québec

  • En juillet 2016, le Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) a publié une mise à jour de ses recommandations sur la preuve d immunité contre la varicelle. On y lit qu une personne ne serait considérée protégée contre la varicelle que si elle avait reçu 2 doses du vaccin ou si elle avait eu la maladie avant la mise en place du programme de vaccination, c est-à-dire avant 2006.nL application de ces nouveaux critères amènerait des changements de pratique importants au Québec. Ils semblent poursuivre un objectif qui va au-delà de celui visé au Québec. La varicelle circule encore et continuera de circuler, notamment dans les milieux scolaires.nL objectif visé par le Programme québécois de vaccination contre la varicelle est la réduction des hospitalisations de 95 %. Cet objectif est presque atteint avec le programme à une dose. De plus, une 2e dose a été ajoutée en 2016 chez les enfants âgés de 4 à 6 ans.

  • Source : inspq.qc.ca

Vaccinations contre le virus varicelle-zona et algies post-zostériennes. Quelques données factuelles 2014 - In : Médecine Volume 10, numéro 6, Juin 2014

  • Toutes les données disponibles montrent que le risque de récurrence du virus de lanvaricelle-zona (VZV) et de survenue de ses complications est avant tout lié à l âge.nÀ l échelle d une vie, entre 10 et 20 %de population générale développeront un zona [1].nLes données françaises issues d études épidémiologiques réalisées auprès de médecinsngénéralistes et des médecins du réseau « Sentinelles » estiment son incidence annuellenà moins de 2 cas pour 1 000 personnes dans la population générale avant 50 ans, incidencenqui augmente ensuite progressivement jusqu à 12/1 000 après 80 ans.

  • Source : jle.com

Évaluation de l'amplification génique des Herpesviridae (virus herpès simplex et varicelle-zona) devant des manifestations cutanéomuqueuses et oculaires

  • L objectif de ce travail est d analyser la cohérence entre d une part, la demande et d autre part, les recommandations de bonnes pratiques professionnelles et la position des professionnels. Ce travail est mené en vue de l inscription à la Nomenclature des actes de biologie médicale, pris en charge par le système national d Assurance maladie en France, de la recherche du génome des virus herpès simplex (HSV) et varicelle-zona (VZV) par amplification génique dans le diagnostic de l herpès et du zona devant des manifestations cutanéomuqueuses et oculaires.

  • Source : has-sante.fr

Varicelle pendant la grossesse : quelles conséquences pour la mère et l'enfant ?

  • Dans nos régions, la varicelle est une maladie fréquente, bénigne et essentiellement pédiatrique. En revanche, l'évolution est plus volontiers sévère ou compliquée chez l'adulte, notamment chez la femme enceinte. En cas d'infection durant la grossesse, notamment lorsque l'infection survient avant vingt semaines d'aménorrhée, il y a un risque de foetopathie varicelleuse. Celle-ci se manifeste le plus souvent par une atteinte de la peau, des tissus mous et osseux ainsi que du système nerveux central et est susceptible d'entraîner des séquelles fonctionnelles importantes. Lors de varicelle maternelle en toute fin de grossesse, il existe un risque de transmission transplacentaire du virus résultant en une varicelle périnatale. Le présent article propose une prise en charge de ces différentes situations.

  • Source : revmed.ch

Détection du génome des virus Herpès Simplex (HSV) et Zona Varicelle (VZV) dans le liquide cérébro-spinal par amplification génique en cas d encéphalite

  • L objectif de ce travail est d analyser la cohérence entre d une part, la demande et d autre part, les recommandations de bonne pratique professionnelle et la position des professionnels, en vue de l inscription à la liste des actes de biologie médicale pris en charge par le système national d Assurance maladie en France, de la détection du génome des virus herpès simplex et varicelle/zona par amplification génique dans le liquide cérébrospinal (LCS) dans les encéphalites.

  • Source : has-sante.fr

Virus de la varicelle et du zona - fiches techniques santé/sécurité - matières infectieuses

  • description, danger pour la santé (pathogénicité, épidémiologie, gamme d'hôtes, dose infectieuse, mode de transmission, période d'incubation, transmissibilité), dissémination (réservoir, zoonose, vecteurs), viabilité (sensibilité aux médicaments, sensibilité aux désinfectants, inactivation par des moyens physiques, survie à l'extérieur de l'hôte), aspects médicaux (surveillance, premiers soins et traitements, immunisation, prophylaxie), dangers pour le personnel de laboratoire (infections liées ou acquises au laboratoire, sources et échantillons, dangers primaires et particuliers), précautions recommandés (exigences de confinement, vêtements protecteurs, autres protections), renseignements relatifs à la manipulation (déversements, élimination, entreposage), renseignements divers

  • Source : phac-aspc.gc.ca

Recommandations pour la vaccination contre la rougeole, la rubéole et les oreillons en association avec la vaccination contre la varicelle

  • Le CSMI recommande la vaccination contre la rougeole, la rubéole, les oreillons en association avec la vaccination contre la varicelle par un vaccin tétravalent combiné (MMRV) à l âge de 12 mois avec un rappel entre 15 et 23 mois. Un intervalle d au moins 4 à 6 semaines entre les deux doses doit être respecté.nChez les adultes nés après 1980 et n ayant pas bénéficié de l administration de 2 doses de vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (MMR), une dose de rappel MMR est indiquée.

  • Source : sante.public.lu

Vaccins contre la varicelle et le zona: note de synthèse de l OMS

  • Cette note de synthèse actualisée sur lesnvaccins contre la varicelle et le zona remplacenla note d information de l OMS de 1998 sur lesnvaccins antivaricelleux et récapitule les faitsnrécents dans le domaine. Elle intègre dennouvelles informations concernant la prévalencenet la charge mondiale de morbidité duenà la varicelle et au zona et des données sur l innocuité, l immunogénicité et l efficacité des vaccins contrences maladies, ainsi que sur la durée de la protection qu ilsnconfèrent, et des considérations sur leur rapport coût/efficacité.nLes recommandations relatives à l utilisation des vaccins contrenla varicelle et le zona ont été examinées par le SAGE en avriln2014

  • Source : who.int

Recommandations suisses pour la prise en charge des infections dues au virus de la varicelle-zoster

  • Indication du niveau de preuve, Les infections dues au virus de la varicelle-zoster (VZV) sont souvent associées à une morbidité substantielle. Leurs diagnostic et prise en charge sont complexes, en particulier chez l'hôte immunocompromis et durant la grossesse. Les présentes recommandations ont été établies par un groupe multidisciplinaire de spécialistes et adoptées par de nombreuses sociétés médicales suisses impliquées dans la prise en charge médicale de tels patients (voir remarque à la fin). Le but de ces directives consiste à améliorer les soins aux patients concernés et à réduire l'incidence des complications.

  • Source : revmed.ch

VariZIG qu'on utilise comme immunoglobuline contre la varicelle pour la prévention chez les patients à risque - Varizig' as the Varicella Zoster Immune Globulin for the Prevention of Varicella In At-Risk Patients

  • En novembre 2005, une préparation d'immunoglobulines contre le virus varicelle-zona, appelée VariZIGMC (société Cangene, Winnipeg, Man.) a été homologuée au Canada. La présente déclaration contient de l'information sur VariZIGMC, examine les stratégies de prévention post-exposition de la varicelle et expose les recommandations du CCNI concernant l'utilisation de VariZIG

  • Source : phac-aspc.gc.ca

Diagnostic par détection virale et/ou sérologie des infections à virus herpes simplex et varicelle-zona dans le cadre mère-enfant

  • L objectif est d établir si les données issues de l analyse critique de la littérature synthétique (recommandations de bonne pratique, revues systématiques et rapports d évaluation technologique) sont cohérentes avec le contenu de la demande, et donc soutiennent les propositions soumises par le demandeur, afin de formuler un avis concernant ces propositions.

  • Source : has-sante.fr

Faut-il vacciner contre la varicelle ?

  • La varicelle est une maladie virale fréquente, avec un impact médical et sociétal substantiel. Depuis plusieurs années, différents pays industrialisés ont adopté une politique de vaccination universelle contre la varicelle avec un schéma à 1 dose. Dans ces pays, l incidence globale de la varicelle a diminué d environ 90 %. Une réduction significative des hospitalisations, des consultations et des coûts médicaux causés par cette infection y a également été observée. Récemment, un schéma à 2 doses a démontré une efficacité d environ 98 % sur une période de suivi de 10 ans, ainsi qu une immunité de groupe

  • Source : amub.be

Diagnostic par détection virale et/ou sérologie des infections à virus herpes simplex et varicelle-zona dans le cadre mère-enfant

  • L objectif est d établir si les données issues de l analyse critique de la littérature synthétique (recommandations de bonne pratique, revues systématiques et rapports d évaluation technologique) sont cohérentes avec le contenu de la demande, et donc soutiennent les propositions soumises par le demandeur, afin de formuler un avis concernant ces propositions.

  • Source : has-sante.fr

Complications neurologiques de la varicelle chez l'enfant immunocompétent

  • Introduction : 90 % des enfants de moins de 12 ans vont déclarer une varicelle. Les complications sont rares et touchent 4 % des cas. Les prises en charges thérapeutiques sont différentes d un pays à l autre. Les objectifs de notre étude étaient de répertorier les différentes complications neurologiques lors d une varicelle, de les décrire, d identifier leur prise en charge et leur évolution à court, moyen et long termes. L objectif final était de pouvoir proposer une prise en charge diagnostique et thérapeutique des complications neurologiques lors d une varicelle

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr