Vaginite [ Publications ]

#1

vaginite [ Publications ]

Publications > vaginite

  • Les candidoses vaginales résultent de la défaillance des mécanismes de défense de l'hôte face aux facteurs de virulence du Candida. La filamentation puis l'adhérence du Candida à la muqueuse vaginale constitue l'étape essentielle de l'infection. Les principaux facteurs de virulence du Candida sont son instabilité génotypique et phénotypique ainsi que la sécrétion de protéinases facilitant l'adhérence et l'envahissement de la muqueuse vaginale. Les mécanismes de défense de l'hôte sont essentiellement constitués par la flore vaginale et l'immunité cellulaire locale. Un affaiblissement, même modéré, de cette immunité peut favoriser la survenue d'une vaginite. Les traitements les plus utilisés pour éradiquer l'infection sont les dérivés imidazolés en cure de courte durée. Le nitrate de fenticonazole a la particularité et l'avantage récemment reconnu, sur les autres imidazoles disponibles en administration unique, d'inhiber in vitro la sécrétion de protéinase de manière dose-dépendante. Les différentes études cliniques réalisées lors d'essais comparatifs ou non ont démontré son efficacité et sa bonne tolérance. Les études les plus récentes mettent l'accent sur la vitesse de disparition des symptômes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#2

Vulvo-vaginites moniliasques et contraceptifs oraux.

  • Incidence of vaginitis due to Candida albicans confirmed by culture was 46 of 496 (9.3%) French women taking contraceptive pills. The women had used pills for a total of 5198 cycles, in which 1991 were combined lynestrenol-mestranol, 804 were norethynodrel, 525 were ethynodiol and 473 were norethisterone combinations. The study group varied widely in age, economic class, marital status and parity, but no relationship could be found between yeast infection and age, parity, marital status, miscarriages or product used. This 9.3% incidence is about the same as that in healthy women not using pills. The authors thought that virulence was increased in these pill users, although all responded to local treatment without recurrence.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#3

Vulvovaginite à gonocoque chez l’enfant prépubère : infection sexuellement transmissible ou contamination accidentelle ?

  • La vulvovaginite est l’affection gynécologique la plus fréquente chez la fille prépubère. Elle peut être due à une bactérie sexuellement transmissible :

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#4

Vaginites non specifiques et germes anaérobies.

  • Chez 74 femmes présentant des symptômes de vaginites les examens bactériologiques ont montré la fréquence relativement élevée des infections à bacilles gram négatifs anaérobies du genre bactéroïdes, ceux-ci ont été isolés dans 34% des cas. Succès indiscutable du traitement, à base de métronidazole avec contrôle bactériologique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes