Un médicament homéopathique a-t-il un effet supérieur à un médicament placebo ?


#1

Posté par Evan

Nous vous proposons de lire le dossier intitulé « La Grande Enquête : faut-il croire en l’homéopathie ? » du site québécois Passeport santé. Nous vous en extrayons l’introduction et la conclusion :
« Reconnue par les instances officielles mais vilipendée par la médecine conventionnelle, l’homéopathie divise singulièrement les professionnels de la santé. Pour tenter d’y voir plus clair, nous avons interrogé 4 experts aux avis radicalement opposés.
[…]
A savoir

  • 56 % des Français et 33 % des Canadiens ont déjà utilisé l’homéopathie pour se soigner (sondage Ipsos 2012 pour les laboratoires Boiron)
  • En août 2014, le Conseil national australien de la recherche en santé a répertorié 57 revues systématiques de qualité (des synthèses critiques des meilleures études déjà parues) relatives aux effets de l’homéopathie sur 68 problèmes de santé (asthme, grippe, eczéma, etc.). Les auteurs ont tranché : « Les preuves disponibles ne sont pas convaincantes et échouent à démontrer que l’homéopathie est un traitement efficace, quelle que soit l’indication clinique. »
  • Contrairement à l’acupuncture, cette thérapie n’est pas issue d’une tradition millénaire, mais de l’esprit d’un homme du XVIIIème siècle, Samuel Hahnemann.
  • L’homéopathie est reconnue par l’Ordre des médecins et enseignée dans certaines universités françaises. »
    https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=grande-enquete-homeopathie

Dans ce même dossier, nous attirons votre attention sur le point de vue de Roland Cash, médecin et économiste de santé, co-auteur de « Tempête sur l’homéopathie » avec Elie Arié.
« L’homéopathie ne fonctionne pas autrement que par l’effet placebo »

Vous pouvez également consulter le site de la Fédération nationale des Sociétés médicales homéopathiques françaises qui propose une synthèse et les principales sources bibliographiques concernant la recherche en homéopathie :
« La recherche en homéopathie a deux orientations principales :

  • La recherche clinique dont le but est d’éprouver son efficacité par rapport au placebo et à des traitements de référence, et aussi de préciser ses indications, l’approche individualisée et globale restant cependant une caractéristique majeure de cette thérapeutique.
  • La recherche fondamentale destinée à démontrer l’action des hautes dilutions et aussi à tenter d’en préciser les mécanismes possibles, particulièrement pour les hautes dilutions.[…] »
    http://www.homeopathie-medicale.fr/articles/la-recherche-en-homeopathie

Enfin, nous vous proposons les références de deux articles, dont vous pouvez lire les résumés sur le site EMConsulte des éditions Elsevier Masson :

- Annales Pharmaceutiques Françaises, Vol 63, N° 3 - juin 2005, pp. 217-227
L’homéopathie confrontée à la recherche clinique
« L’homéopathie est une pratique médicale mettant en œuvre des médicaments caractérisés par quatre principes : la similitude, la dilution, la dynamisation et la personnalisation. Aucun de ces principes n’a, actuellement, de support scientifique. C’est la raison pour laquelle l’examen attentif des essais cliniques réalisés dans le cadre de l’évaluation de l’homéopathie est le seul moyen pragmatique de juger de l’intérêt de la « pharmacie homéopathique ». Les essais cliniques de médicaments réalisés depuis une dizaine d’années sont nombreux. Ils ne sont pourtant pas un préalable à la commercialisation de ces médicaments pour lesquels les pouvoirs publics n’exigent pas de preuve d’efficacité avant leur mise sur le marché. Malheureusement, ces essais, rarement favorables, sont fréquemment entachés de biais méthodologiques qui compromettent la lisibilité de leurs résultats et la validité de leurs conclusions. Tant les méta-analyses que les essais individuels réalisés dans un large éventail des situations cliniques excluant les maladies sévères, ne permettent pas de dégager l’idée que ces médicaments soient efficaces de manière reproductible, d’une équipe à l’autre, ou dans le temps. C’est la raison pour laquelle, dans l’état actuel des connaissances, leur usage ne peut être recommandé. Les pouvoirs publics devraient désormais exiger dans le dossier d’autorisation de mise sur le marché des médicaments homéopathiques, la démonstration de leur efficacité. »

- Revue d’Homéopathie , Vol.7, n° 3, septembre 2016, pp. 105-116
Rapport du gouvernement australien sur l’efficacité clinique de l’homéopathie : analyse et propositions. (Ce rapport est mentionné dans la conclusion du dossier de Passeport santé cité plus haut.) :
« Le gouvernement australien a récemment publié un rapport étudiant l’efficacité de l’homéopathie dans de nombreuses pathologies, ceci en utilisant, comme source, des revues systématiques relatives aux essais cliniques réalisés en homéopathie. L’étude de 57 revues systématiques a permis l’analyse de 68 états pathologiques. Cependant, cette méthode conduit à l’exclusion d’essais bien conduits et à des analyses parfois excessivement tranchées. De plus, aucun médecin homéopathe expert sur le sujet n’a participé à ce travail. Analysant chaque situation étudiée par le groupe de travail, nous apportons des informations complémentaires et effectuons des propositions afin de déterminer dans quels domaines des essais cliniques contrôlés ou des études plus pragmatiques peuvent être effectués. »