Ulcere peptique [ Publications ]

ulcere peptique [ Publications ]

Publications > ulcere peptique

  • But de l'étude: contribuer à l'évaluation de la place de la chirurgie laparoscopique dans le traitement des ulcères gastro-duodénaux perforés. Patients et méthodes, entre janvier 1992 et novembre 1997, 17 patients consécutifs ont été abordés par laparoscopie pour suturer la perforation d'un ulcère gastro-duodénal, avec ou sans artifices de plastie. Résultats, le traitement complet a été possible sous laparoscopie dans 13 cas (76 %). La durée médiane de l'intervention a été de 105 min. (50-220 min. ). La médiane du nombre de doses d'analgésiques administrées à chaque patient a été de 8 (3-20 doses ). La médiane du séjour des malades à l'hôpital a été de 6 jours (2-23 jours). Deux malades (12 %) sont décédés. Dans Il cas, il a été possible de faire une gastroscopie entre un et 4 mois après l'intervention. Dix montraient une cicatrisation ou une guérison de l'ulcère et une la persistance de la lésion ulcéreuse. Aucun malade n'a dû être réhospitalisé pour des complications de sa maladie ulcéreuse, sur un suivi médian de 35 mois (1-63 mois). Conclusion, le traitement de l'ulcère duodénal perforé sous cœlioscopie est un geste techniquement simple et efficace, intermédiaire entre le traitement chirurgical classique et la méthode de Taylor. L'ulcère perforé est donc une des pathologies où la chirurgie laparoscopique pourrait définitivement trouver sa place.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La pneumatose kystique intestinale secondaire à un ulcère peptique : à propos de trois cas.

  • La pneumatose kystique intestinale (PNK) est une pathologie rare qui se caractérise par la présence de kystes gazeux dans la paroi intestinale. Elle est asymptomatique ou pauci symptomatique, et le plus souvent découverte lors d'un examen d'imagerie ou d'endoscopie. Nous rapportons une série de trois cas de pneumatose kystique secondaire à un ulcère peptique. A travers ce travail nous essayons de mettre la lumière sur les différents aspects cliniques, radiologiques et thérapeutiques de cette pathologie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov