Tumeurs vasculaires [ Publications ]

tumeurs vasculaires [ Publications ]

Publications > tumeurs vasculaires

  • Après avoir défini les tumeurs et les malformations vasculaires, anciens angiomes, les auteurs retiennent la classification de l'International Society for the Study of Vascular Anomalies. Les différents groupes de malformations, après définition du sujet et des problèmes posés, sont illustrés par de nombreux cas cliniques et discutés quant aux règles de prise en charge chirurgicale à dégager. Les malformations capillaires, anciens angiomes plans, sont du domaine des lasers à colorant mais parfois d'une chirurgie réparatrice à la fois tissulaire et orthognathique en présence d'une malformation squelettique. Les malformations lymphatiques (lymphangiomes), au mieux délimitées par le scanner ou l'IRM, font l'objet d'une approche thérapeutique très variée: sclérothérapie, chirurgie. Les malformations veineuses posent des problèmes bien différents en région cervico-céphalique et au niveau des membres et du tronc, mais relèvent toujours d'une approche multidisciplinaire amenant à discuter selon le siège, la taille et le retentissement: sclérothérapie percutanée à l'Ethibloc®, embolisation, chirurgie. Les malformations artério-veineuse doivent bénéficier, elles, d'un traitement chirurgical complet, préparé presque toujours par une embolisation, la reconstruction faisant appel dans les cas simples à des lambeaux locaux ou à l'expansion cutanée, dans les cas difficiles aux lambeaux libres revascularisés. Si la malformation est esthétiquement et fonctionnellement acceptable, les auteurs proposent l'abstention thérapeutique. Quant aux hémangiomes, dont le traitement de première intention reste pharmacologique (corticoïdes, interféron alpha), la place de la chirurgie est double: précoce et tardive. Précoce, elle connaît un renouveau sous-tendu par plusieurs facteurs dont le souci esthétique et l'apparition de technologies nouvelles dont le Cavitron®. Tardive, elle conserve ses indications classiques d'ordre fonctionnel et esthétique. Quelle que soit la malformation vasculaire, deux maîtres mots dominent les règles de prise en charge thérapeutique: multidisciplinarité et modestie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les tumeurs vasculaires des cavités nasales: etude rétrospective a propos de 10 cas.

  • Les tumeurs vasculaires des cavités naso-sinusiennes sont des tumeurs rarement documentées dans la littérature. Elles sont caractérisées par une diversité histologique. Elles peuvent être bénignes ou malignes. Leur prise en charge n'est pas bien codifiée, elle a bénéfrcié des progrès de l'imagerie moderne et de la chirurgie endoscopique. L'objectif du travail est d'étudier leurs caractéristiques anatomo-clinigues, thérapeutiques et évolutives. Patients et méthodes: les observations de 10 tumeurs vasculaires des cavités nasales colligées entre janvier 2009 et juillet 2011 ont été étudiées rétrospectivement. La prise en charge de ces tumeurs reposait sur l'endoscopie nasale, l'imagerie, et pour certaines l'angiographie en vue d'une embolisation. Les paramètres épidémiologiques, histopathologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs, ont été étudiés. Résultats: la moyenne d'âge était de 25,4 ans, la prédominance masculine était nette avec un sex-ratio de 4. L'épistaxis était le signe révélateur principal (100 %). Toutes les tumeurs étalent bénignes, avec prédominance de l'hémangiome (4 cas), suivi de l'angiofibrome de la cloison (3 cas) et le fibrome nasopharyngien (3 cas). Tous les malades ont été opérés, par voie endonasale dans 7cas/10 et voie transfaciale dans 3 cas. Une embolisation a été réalisée chez 5 patients, il s'agissait de 2 hémangiomes et les 3 fibromes nasopharyngiens. Aucun cas de récidive n'a été noté jusqu'à présent. Conclusion: les tumeurs vasculaires des fosses nasales sont de traitement difficile, notamment en cas d' extension vers les régions adjacentes, ce qui rend le geste opératoire délicat et hémorragique. Le recours à l'embolisation sélective dans ces cas s'avère obligatoire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Indications thérapeutiques du laser percutané dans les malformations vasculaires et les tumeurs vasculaires.

  • Les lasers sont utilisés de plus en plus fréquemment pour traiter les anomalies vasculaires. En effet, cette technique peu invasive permet un traitement ciblé et spécifique. Cette revue de la littérature présente les principes biophysiques du laser, les lasers disponibles en médecine vasculaire et les anomalies vasculaires accessibles à ce traitement. Trois principaux lasers sont disponibles en médecine vasculaire : le laser à colorant pulsé (LCP) permettant de traiter des lésions superficielles de petit calibre de couleur rosée, le laser NdYAG-KTP ciblant des lésions de plus gros calibre, violacées. Enfin, le NdYAG à impulsions longues permet de traiter des lésions encore plus profondes et volumineuses. Au sein des malformations vasculaires, les télangiectasies (vaisseau de calibre inférieur à 1 mm) sont accessibles aux trois formes de lasers selon leur taille, leur couleur et leur profondeur. Les angiomes plans constituent une indication incontestable de traitement (LCP, KTP ou NdYAG dans les formes vieillies). Les malformations lymphatiques microkystiques peuvent bénéficier d’un traitement par laser. Enfin, les malformations artério-veineuses constituent une contre-indication au laser. Parmi les tumeurs vasculaires, seuls les hémangiomes infantiles involués constituent une bonne indication de traitement par laser (LCP). Des études contrôlées sont nécessaires afin d’évaluer et de comparer plus précisément l’efficacité de chaque laser et de définir les paramètres optimaux de réglage de chaque appareil.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémangiomes congénitaux et autre tumeurs vasculaires infantiles rares.

  • A number of infantile tumours, far less frequent than infantile haemangiomas, were long assimilated to them. Today they are clearly individualised, based on distinctive clinical and pathologic features, and this difference has been supported by the discovery of new immunophenotypic markers such as GLUT1. GLUT1 stains 100% of infantile haemangiomas and none of the other infantile vascular tumours. Congenital haemangiomas represent a group of vascular tumours still under evaluation as they have slightly heterogeneous presentation. Their prognosis is better appraised and their therapeutic management has improved. They are all fully grown in utero and they do not experience postnatal proliferation like haemangiomas do. Some of them (RICH--Rapidly Involuting Congenital Haemangioma) undergo spontaneous involution during the first year. Others (NICH--Non Involuting Congenital Haemangioma) persist lifelong. Tufted angioma and kaposiform haemangioendothelioma are histopathologically well characterized, in addition they are now considered as part of a same spectrum of vascular tumours, with the contribution of lymphatic endothelial cells in their proliferation. Both are clearly the tumours able to create platelet trapping, thrombocytopenia and the life-threatening Kasabach-Merritt syndrome. However they may occur as isolated tumours, without thrombocytopenia but with cosmetic, and sometimes function-impairing, consequences.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'hémangioendothéliome épithélioïde éruptif à cellules fusiformes. Place nosologique dans le spectre des tumeurs vasculaires épithélioïdes.

  • Les tumeurs vasculaires épithélioïdes regroupent l'hémangiome épithélioïde, l'hémangioendothéliome épithélioïde, et l'angiosarcome épithélioïde. Nous rapportons le cas d'une tumeur vasculaire épithélioïde difficilement classable. La tumeur, localisée à l'extrémité céphalique, chez un homme de 22 ans, est apparue sur un mode éruptif. Elle présente des localisations multiples, cutanées et osseuses, et infiltre la duremère, refoulant l'encéphale. Les lésions ont les caractéristiques histologiques d'un hémangiome épithélioïde et d'un hémangioendothéliome épithélioïde, associant un contingent de cellules fusiformes. Cette tumeur a été décrite sous le nom d'hémangioendothéliome épithélioïde éruptif à cellules fusiformes. Son caractère récidivant, infiltrant et destructeur dans notre observation doit la faire considérer comme une tumeur de malignité intermédiaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeurs vasculaires pancréatiques de l'enfant: un cadre nosologique hétérogène.

  • Les tumeurs vasculaires pancréatiques infantiles sont très rares et sont décrites sous une terminologie ancienne et imprécise. Nous en rapportons deux nouveaux cas chez des enfants de 2 et 4 mois, le premier associé à un syndrome de Kasabach-Merritt, le second révélé par une cholestase. L'histologie concluait respectivement à un hémangioendothéliome kaposiforme et à un hémangiome capillaire juvénile. L'évolution était favorable dans les deux cas après embolisation sélective pour l'un et dérivation biliaire pour l'autre. Ces observations illustrent l'hétérogénéité des tumeurs vasculaires pancréatiques infantiles. L'analyse de la littérature montre que la plupart seraient en fait des hémangioendothéliomes kaposiformes dont l'évolution souvent favorable contraste avec celle des localisations rétropéritonéales.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Standards de qualité pour la pratique de l’examen écho-Doppler dans l’étude des malformations et tumeurs vasculaires. Rapport de la Société française de médecine vasculaire (SFMV) : actualisation 2018.

  • Principes Généraux des Standards de qualité de la société française de médecine vasculaire (SFMV) pour la pratique des examens Doppler et écho-Doppler. Ces examens doivent répondre à deux exigences : le savoir-faire technique (connaissance de l’outil et de la méthodologie), et le savoir-faire médical (adaptation du niveau d’examen à l’indication et à l’objectif diagnostique, interprétation et analyse critique des résultats).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeurs vasculaires de l’orbite

  • Les tumeurs vasculaires de l’orbite comprennent : l’hémangiome capillaire, l’hémangiome caverneux, l’hémolymphangiome, l’hémangiopéricytome et quelques variétés de tumeurs rares. Les hémangiomes capillaires et les hémolymphangiomes sont essentiellement des tumeurs de l’enfant et sont donc traités dans le chapitre correspondant. Bien que les varices orbitaires ne soient pas des tumeurs il nous a semblé nécessaire de faire un rappel de cette entité pathologique en raison des problèmes diagnostiques qu’elle peut poser et de sa parenté avec les hémolymphangiomes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Standards de qualité pour la pratique de l’examen écho-doppler dans l’étude des malformations et tumeurs vasculaires. Rapport de la Société française de médecine vasculaire (SFMV)

  • Principes généraux des standards de qualité de la Société française de médecine vasculaire (SFMV) pour la pratique des examens doppler et écho-doppler

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les tumeurs vasculaires de l'orbite.

  • Se fondant sur une série de 536 cas, l'auteur présente les tumeurs vasculaires de l'orbite, examinées à la Clinique ophtalmologique de Lausanne. Les hémangiomes caverneux sont les néoformations les plus fréquemment rencontrées, suivies des lymphangiomes et des hémangiomes capillaires. Plusieurs autres types de tumeurs plus rares ont été également répertoriés. Les caractéristiques cliniques et paracliniques des principales tumeurs sont analysées et les formes de traitement discutées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les tumeurs vasculaires du cou.

  • Tumeurs du système APUD. Anévrysmes artériels, dolichomégacarotide, phlebectorie de la jugulaire interne. Hémangiopéricytomes, angiomes, malformations artérioveineuses, angiosarcomes. Progrès des méthodes d'exploration et des techniques chirurgicales.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov