Tumeurs neuroendocrines [ Niveau Expert ]

tumeurs neuroendocrines [ Niveau Expert ]

Expert > tumeurs neuroendocrines

  • \Les tumeurs neuroendocrines peu différenciées sont rares et leur incidence est en augmentation. Les atteintes pulmonaires et digestives sont les plus fréquentes. Les atteintes pulmonaires sont majoritairement représentées par le cancer bronchopulmonaire à petites cellules. Les atteintes digestives sont représentées par les carcinomes neuroendocrine digestifs. Du fait de leur rareté, peu d\ études ont été réalisées sur les carcinomes neuroendocrines et une partie des recommandations thérapeutiques actuelles découlent de celles des carcinomes bronchopulmonaires à petites cellules. Cependant, les classifications histologiques se sont affinées ces dernières années : le groupe des tumeurs neuroendocrines peu différenciées est hétérogène avec l\ existence de formes à petites cellules, grandes cellules et mixtes, aux pronostics différents. Ces tumeurs sont des tumeurs agressives diagnostiquées à un stade métastatique dans plus de la moitié des cas. En cas de tumeur localisée, une résection chirurgicale est réalisée chez des patients sélectionnés, suivie d\ une chimiothérapie adjuvante proposée en option, dont l\ intérêt n\ a pas été démontré. Pour les formes localement avancées pulmonaires ou digestives (œsophage, rectum), le traitement est une chimio-radiothérapie concomitante, précoce. En cas de forme métastatique, une chimiothérapie associant sels de platine (cisplatine ou carboplatine) et étoposide est proposée en première intention. Dans les atteintes pulmonaires, l\ irradiation prophylactique cérébrale est réalisée pour les formes localisées ayant bien répondu à la chimiothérapie. Même si l\ emploi de ces traitements a permis une augmentation de la survie globale des patients par rapport à ceux non traités, peu d\ améliorations ont été observées depuis 4 décennies et le pronostic reste très sombre.\

  • Source : sciencedirect.com

SANDOSTATINE LP 30 mg (octréotide), analogue de la somatostatine - Extension d'indication : Intérêt clinique important dans la prise en charge des tumeurs neuroendocrines de l intestin moyen ou de localisation primitive inconnue, avancées, non progressives et avec un index Ki ≤ 10%, constituant une alternative possible à la surveillance simple. Intérêt clinique insuffisant pour les tumeurs neuroendocrines de l intestin moyen ou de localisation primitive inconnue, avancées et progressives.

  • SANDOSTATINE LP 30 mg a désormais l indication dans le traitement des tumeurs neuroendocrines (TNE) avancées de l intestin moyen ou de localisation primitive inconnue, à l exclusion des sites de l intestin moyen.n Son efficacité par rapport au placebo a été démontrée en termes de temps médian jusqu à progression ou décès lié à la tumeur. Aucun bénéfice sur la survie globale n a été mis en évidencen Aucune donnée chez les patients atteints de ce type de tumeur progressive n est disponible : son intérêt thérapeutique dans les TNE progressives n est pas établi...

  • Source : has-sante.fr

AFINITOR (évérolimus), inhibiteur de tyrosine kinase - Extension d'indication : Intérêt clinique important mais pas d avantage clinique démontré dans la prise en charge actuelle des tumeurs neuroendocrines d origine gastro-intestinale ou pulmonaire non résécables ou métastatiques, bien différenciées, non fonctionnelles, en progression chez l adulte

  • AFINITOR a l AMM dans le traitement de tumeurs neuroendocrines (TNE) d origine gastro-intestinale ou pulmonaire non résécables ou métastatiques, bien différenciées (Grade 1 ou 2), non fonctionnelles, en progression chez l adulte.nn Il a montré un gain sur la survie sans progression versus placebo mais sans bénéfice démontré, ni en survie globale, ni en qualité de vie.nn Un arrêt de traitement pour événement indésirable a été observé chez près d un tiers des patients.nn Il n y a pas de donnée versus les alternatives thérapeutiques recommandées dans certaines situations cliniques de TNE d origine gastro-intestinale...

  • Source : has-sante.fr

TEKTROTYD (99mTc-EDDA/HYNIC-TOC), radiopharmaceutique à usage diagnostique - Pas d avantage clinique démontré dans le diagnostic des tumeurs neuroendocrines gastro-entéro-pancréatiques

  • TEKTROTYD a l AMM dans le diagnostic des tumeurs neuroendocrines.n Il est destiné à la tomographie monophotonique ou à la scintigraphie planaire et se fixe spécifiquement aux récepteurs de la somatostatine.n Les études n ont pas démontré un éventuel avantage par rapport à ses comparateurs cliniquement pertinents. Le service médical rendu par TEKTROTYD est important dans les indications de l AMM : 99mTc-EDDA/HYNIC-TOC se lie spécifiquement aux récepteurs de lansomatostatine.nAprès radiomarquage avec une solution de pertechnétate (99mTc) densodium, la solution de 99mTc-EDDA/HYNIC-TOC obtenue est indiquéenchez les patients adultes porteurs de tumeurs neuroendocrines gastroentéro-pancréatiques (TNE-GEP) pour localiser les tumeurs primitives etnleurs métastases. »...

  • Source : has-sante.fr

SOMATULINE LP - Extension de la prise en charge dans le traitement des tumeurs neuroendocrines (TNE) gastrou2010entéropancréatiques non résécables de l adulte

  • Le service médical rendu par SOMATULINE LP 120 mg est important dans le traitement des tumeurs neuroendocrines gastro-entéropancréatiques non résécables et non progressives, localement avancées ou métastatiques, de grade 1 ou de grade 2 avec un index KI 67 = 10 %, ayant pour origine l intestin moyen, le pancréas, ou d origine inconnue après exclusion d un site primitif au niveau de l intestin postérieur. Le service médical rendu par SOMATULINE LP 120 mg est insuffisant pour justifier d une prise en charge par la solidarité nationale lorsque ces tumeurs sont progressives...

  • Source : has-sante.fr

SOMAKIT TOC (68Ga-édotréotide), radiopharmaceutique à usage diagnostique - Pas d avantage clinique démontré dans le diagnostic des tumeurs neuroendocrines gastro-entéro-pancréatique.

  • SOMAKIT TOC a l AMM dans le diagnostic des tumeurs neuroendocrines.nIl est destiné à la tomographie par émission de positons (TEP) et se fixe spécifiquement aux récepteurs de la somatostatine.nLes études n ont pas démontré un éventuel avantage par rapport à ses comparateurs cliniquement pertinents. Le service médical rendu par SOMAKIT TOC est important dans les indications de l AMM...

  • Source : has-sante.fr

AFINITOR (évérolimus), inhibiteur de la tyrosine kinase - Nouveau médicament - Progrès thérapeutique mineur dans la prise en charge des tumeurs neuroendocrines avancées d'origine pancréatique

  • AFINITOR a l'AMM dans les tumeurs neuroendocrines d'origine pancréatique non résécables ou métastatiques bien ou moyennement différenciées avec progression de la maladie. Compte tenu d'une amélioration de la survie sans progression par rapport au placebo, mais sans impact sur la survie globale, le progrès thérapeutique qu'il apporte est mineur...

  • Source : has-sante.fr

Médecine nucléaire: Nouvelle approche thérapeutique potentielle dans le traitement des tumeurs neuroendocrines - Antagonistes des récepteurs de la somatostatine marqués par radioactivité

  • Avecnunenincidencenden0,5nàn5/100n000,nlesntumeursnneuroendocriniennesn(TNE)nreprésententnunngroupendentumeursnraresnquinpeuventnsurvenirndansnpresquenchaquenorganenmaisnsenmanifestentnlenplusnsouventnaunseinnduntractusngastro-intestinaln(TNEngastroentéropancréatiques)netndesnpoumonsn(carcinoïde)

  • Source : medicalforum.ch

Les tumeurs neuroendocrines gastriques

  • Les différents types de tumeurs neuroendocrines gastriques: Les tumeurs à cellules ECL de type I, Pathogénie, Caractéristiques histologiques et immunohistochimiques, Lésions associées, Les tumeurs à cellules ECL de type II, Les tumeurs à cellules ECL de type III, Les tumeurs endocrines gastriques non à cellules ECL , Démarche diagnostique: Identification de la nature neuroendocrine, Classification, Identification du type, En résumé, Références, Les 5 points fortsn

  • Source : fmcgastro.org

Tumeurs neuroendocrines digestives

  • Les tumeurs neuroendocrines (TNE) primitives peuvent se situer dans tout l appareil digestif,incluant le tube digestif (de l oesophage à l anus), le pancréas et exceptionnellement le foie, la vésicule biliaireu2026 u2022 On distingue les tumeurs fonctionnelles (responsables de symptômes cliniques liés à une production tumorale de peptides ou d amines) nécessitant un traitement symptomatique spécifique, des tumeurs non fonctionnelles (sans symptôme clinique lié à une production de peptides ou d amines)

  • Source : snfge.org

La prise en charge des tumeurs neuroendocrines du fundus gastrique

  • Savoir reconnaître les 3 grandes catégories anatomo-cliniques de tumeurs neuroendocrines fundiques et les implications cliniques, Savoir différencier les tumeurs bénignes des tumeurs à potentiel malin, Savoir limiter les explorations aux tumeurs à potentiel malin, Connaître les modalités des traitements et de la surveillance

  • Source : fmcgastro.org

Tumeurs neuroendocrines pulmonaires

  • \Les tumeurs neuroendocrines pulmonaires sont un groupe hétérogène de tumeurs, allant de la tumeur carcinoïde de bas grade au carcinome bronchique à petites adcellules de haut grade. Cet article de revue présente l épidémiologie, le diagnostic, le traitement et le pronostic des différentes entités tumorales, ainsi que leurs caractéristiques histopathologiques en se basant sur la classification de l OMS actualisée en 2015.\

  • Source : medicalforum.ch

Tumeurs neuroendocrines : Thésaurus de chimiothérapie

  • 3 Thésaurus de chimiothérapie 3.1 TNE bien différenciées du pancréas 3.2 TNE bien différenciées du grêle 3.3 TNE peu différenciés (grade 3) du grêle ou du pancréas 3.4 TNE métastatiques du pancréas

  • Source : oncologik.fr

Tumeurs neuroendocrines de l'appareil digestif (tube digestif et pancréas)

  • Contenu, définition, localisations, classification des tumeurs neuroendocrines de l appareil digestif (OMS 2010), points essentiels, version enseignants

  • Source : campus.cerimes.fr

Tumeurs neuroendocrines du pancréas

  • Ce sont des tumeurs développées au niveau pancréatique avec une différenciation neuroendocrine prédominante.

  • Source : oncologik.fr