Tumeurs des tissus mous [ Publications ]

tumeurs des tissus mous [ Publications ]

Publications > tumeurs des tissus mous

  • À l’exception des tumeurs stromales du tube digestif, toutes les autres tumeurs intra-abdominales d’origine conjonctive sont rares, et constituent un chapitre hautement hétéroclite de lésions bénignes et malignes, avec tous les intermédiaires possibles. Le pathologiste doit se remémorer lorsqu’il est confronté à cette situation, la liste de toutes les entités à envisager, avant de mettre en route une étude immunohistochimique économique en matériel et en coût, donc optimisée, puis d’éventuelles analyses faisant appel à diverses techniques de biologie moléculaire, dont il doit connaître les indications, les résultats attendus, et les équipes susceptibles de les réaliser. Les principaux types tumoraux sont rappelés avec les bases actuelles de leur diagnostic et un aperçu des conséquences thérapeutiques qui en découlent.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Quatrième édition de la classification OMS des tumeurs des tissus mous

  • La nouvelle classification OMS des tumeurs des tissus mous a été publiée courant 2013, 11 ans après la précédente. Cette nouvelle classification contient plusieurs modifications : de nouveaux chapitres ont été inclus (tumeurs stromales gastro-intestinales, sarcomes indifférenciés/inclassés…), de nouvelles entités ont été décrites (hémangioendothéliomes pseudomyogénique, tumeur fibrolipomateuse hémosidérique…), et de très nombreuses avancées en cytogénétique et biologie moléculaire ont été ajoutées, ces dernières ayant permis de mieux comprendre, caractériser les tumeurs et devenant souvent de nouveaux outils diagnostiques utilisés couramment dans notre pratique. Cette revue reprend et résume brièvement les mises à jour contenues dans cette nouvelle édition de la classification OMS des tumeurs des tissus mous.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeurs des tissus mous: rôle du pathologiste dans l'approche diagnostique.

  • Les tumeurs des tissus mous comportent des lésions bénignes et des proliférations mésenchymateuses malignes appelées sarcomes. Les sarcomes représentent 0,5 à 1% des tumeurs malignes de l'adulte et constituent un véritable défi diagnostique et thérapeutique pour les équipes médicales pluridisciplinaires. Le pathologiste intervient d'abord à l'étape du diagnostic: s'agit-il d'une tumeur maligne ou d'un processus bénin ? si la lésion est maligne, s'agit-il d'un sarcome ? et de quel type de sarcome? Il doit ensuite établir le degré d'agressivité de la tumeur, signaler d'éventuels facteurs pronostiques, et évaluer sur la pièce opératoire la qualité du traitement. Une prise en charge optimale du patient passe par une bonne collaboration entre pathologistes, chirurgiens, radiologues, oncologues et radiothérapeutes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeurs et pseudo-tumeurs des tissus mous de la région pied-cheville.

  • Les masses des tissus mous de la région pied-cheville sont fréquentes. Les étiologies bénignes sont deux fois plus fréquentes que les étiologies malignes mais ces dernières constituent tout de même un tiers des diagnostics. L'objectif principal de cet exposé est de proposer une approche systématique du diagnostic étiologique d'une masse des tissus mous de la région pied-cheville. Cette approche est basée sur cinq points : l'histoire et l'examen cliniques, le top 10 des étiologies, l'âge du patient, la localisation de la masse, l'aspect IRM de la masse. Dans un second temps, plusieurs étiologies seront décrites et illustrées, en mettant l'accent sur ces cinq points.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov