Tumeurs de la parotide [ Publications ]

tumeurs de la parotide [ Publications ]

Publications > tumeurs de la parotide

  • La prise en charge thérapeutique des TP s'est clarifiée et systématisée pour la plupart des tumeurs, malgré leur grande diversité histologique. Les auteurs rapportent une étude rétrospective de 120 cas de tumeurs de la glande parotide durant 10 ans. Ils insistent sur les difficultés thérapeutiques, la diversité histologique et les complications et séquelles postopératoires. Cent vingt cas de TP ont été suivis entre 1985 et 1993. Le diagnostic est surtout clinique aidé dans la plupart des cas par une échographie et/ou une sialographie. La parotidectomie superficielle ou totale avec conservation du nerf facial a été réalisée chez 89 % des patients. Le curage ganglionnaire fonctionnel a été associé chez 11 patients et la radiothérapie post opératoire chez 17 patients. L'histologie est dominée par les tumeurs bénignes (90 % des cas). Les complications et les séquelles sont à type de paralysie faciale définitive dans 3 % des cas , de syndrome de Frey dans 3 % des cas. Quatre vingt dix sept pour cent des patients sont suivis avec un recul moyen de 3 ans. Au vu des résultats de notre série et de ceux de la littérature, on doit connaître chaque type histologique pour bien adapter son traitement. Les complications et séquelles sont les mêmes quel que soit le type de chirurgie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Reprises chirurgicales des tumeurs de la parotide, approche technique et conséquences pour le VII. A propos de 42 cas.

  • La chirurgie de rattrapage parotidienne est habituellement difficile et expose particulièrement à des lésions du nerf facial. Les auteurs rapportent leur expérience des reprises de parotidectomies à propos de 42 cas. Le choix du type d'intervention, parotidectomie totale ou tumorectomie, est guidé par le nombre et la nature de la ou des interventions précédentes ainsi que par le type histologique de la récidive. Les reprises systématiques pour erreur diagnostic initiale (11 cas), ont toujours bénéficié d'une parotidectomie totale avec conservation du nerf facial. Le risque de parésie ou de paralysie faciale est plus élevé après plusieurs interventions (3 cas sur 8). Le nerf facial a dû être sacrifié dans 3 cas sur 9 de récidive tumorale maligne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov