Tumeurs corticosurrenaliennes [ Publications ]

tumeurs corticosurrenaliennes [ Publications ]

Publications > tumeurs corticosurrenaliennes

  • La plupart des tumeurs corticosurrénaliennes sont bénignes , les carcinomes corticosurrénaliens sont rares mais de mauvais pronostic et de thérapeutique limitée. Dans la plupart des cas, la morphologie apporte suffisamment d’éléments pour établir le diagnostic de bénignité ou de malignité mais il existe un certain nombre de tumeurs où elle est insuffisante , par ailleurs, elle est limitée quant à l’évaluation du pronostic des carcinomes corticosurrénaliens. Ces constatations ont rendu nécessaire l’évaluation d’autres approches diagnostiques, en particulier immunohistochimiques et génétiques. La connaissance de la génétique des syndromes héréditaires associés aux tumeurs corticosurrénaliennes a permis de progresser dans la caractérisation des anomalies génétiques impliquées dans la tumorigenèse corticosurrénalienne sporadique. Ainsi, en particulier dans les carcinomes corticosurrénaliens sporadiques, ont été mises en évidence une surexpression d’

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Anatomie pathologique des tumeurs corticosurrénaliennes de l’adulte : état des lieux et données récentes

  • La plupart des tumeurs corticosurrénaliennes sont bénignes , les carcinomes corticosurrénaliens sont rares mais de mauvais pronostic et de thérapeutique limitée. Dans la plupart des cas, la morphologie apporte suffisamment d’éléments pour établir le diagnostic de bénignité ou de malignité mais il existe un certain nombre de tumeurs où elle est insuffisante , de plus, elle est limitée quant à l’évaluation du pronostic des carcinomes corticosurrénaliens. Ces constatations ont rendu nécessaire l’évaluation d’autres approches diagnostiques, en particulier génétiques. Ces avancées génétiques ont déjà des retombées dans la prise en charge des patients au plan du développement de marqueurs moléculaires diagnostiques et pronostiques et à l’avenir elles pourraient aider au développement de nouvelles approches morphologiques, en particulier immunohistochimiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeurs corticosurrénaliennes à cellules oxyphiles : à propos d’un cas et revue de la littérature

  • Les tumeurs corticosurrénaliennes à cellules oxyphiles sont rares. Nous rapportons un cas. À notre connaissance, 34 cas ont été relevés dans la littérature. Ils s’agissaient de tumeurs asymptomatiques et non-secrétantes dans la majorité des cas. L’examen histologique était le moyen diagnostique. Les cellules oxyphiles étaient caractérisées par l’abondance des mitochondries hypertrophiées. L’étiologie restait inconnue. Le pronostic était favorable malgré l’existence de trois cas de « carcinome » et de dix cas de « tumeurs à potentiel de malignité incertain ». La chirurgie était curative pour toutes les tumeurs y compris les carcinomes. La conduite à tenir et le suivi étaient établis en fonction du pronostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov