Tumeur carcinoide [ Publications ]

tumeur carcinoide [ Publications ]

Publications > tumeur carcinoide

  • Une patiente de 68 ans a été hospitalisée pour insuffisance cardiaque droite isolée. L'échocardiographie montrait une fuite tricuspide massive avec des valves épaissies, raccourcies, bloquées en position d'ouverture et une fuite pulmonaire modérée avec des sigmoïdes épaissies. Les valves aortique et mitrale étaient normales. L'hypothèse d'une cardiopathie carcinoïde a été évoquée devant ces anomalies de structure isolées des valves du coeur droit et confirmée par les dosages de sérotonine. La tumeur primitive était ovarienne sans localisation secondaire en particulier hépatique. L'ovariectomie a permis la guérison sur le plan carcinolo-gique. L'évolution vers l'insuffisance cardiaque réfractaire a conduit à un remplacement valvulaire tricuspide par une bioprothèse. La cardiopathie carcinoïde est rarement révélatrice du syndrome carcinoïde. La tumeur primitive est exceptionnellement ovarienne. Dans ce cas, la tumeur peut être isolée sans métastase hépatique car le drainage veineux se fait directement dans la veine cave inférieure sans premier passage hépatique. Quand le traitement curatif de la tumeur est possible, le pronostic dépend surtout de l'atteinte valvulaire, Le diagnostic de cardiopathie carcinoïde doit être évoqué devant une valvulopathie tricuspide organique Isolée sans lésion du coeur gauche.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur carcinoïde du thymus à un âge avancé: intérêt diagnostique de la ponction-biopsie médiastinaie sous tomodensitométrie.

  • La tumeur carcinoïde du thymus est une tumeur neuro-endocrine rare, surtout à un âge avancé. Les auteurs rapportent une observation de masse médiastinale chez un homme de 85 ans, masse restée longtemps asymptomatique. Un bilan est décidé, car la tumeur devient compressive : c'est la ponction-biopsie médiastinale sous tomodensitométrie thoracique qui permet d'affirmer la nature carcinoïde de la tumeur, l'étude du prélèvement biopsique en microscopie électronique ayant mis en évidence des grains neurosécrétoires. Une sternotomie permet l'exérèse de la tumeur, mais une pneumopathie à Pseudomonas entraîne le décès du patient. L'observation souligne la place diagnostique, en présence d'une tumeur médiastinale, de la ponction-biopsie médiastinale. Cette technique, réalisée sous tomodensitométrie ou sous échographie, volontiers associée à une étude du prélèvement biopsique en microscopie électronique, permet d'accéder au diagnostic avant toute décision thérapeutique. Le traitement de choix de la tumeur carcinoïde du thymus est la chirurgie, vérifiant le caractère limité de la tumeur et son siège thymique. L'exérèse tumorale peut être complétée par une radiothérapie, voire une chimiothérapie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Métastases choroïdiennes d'une tumeur carcinoïde bronchique. Revue des cas de la littérature. A propos d'un cas.

  • Les tumeurs carcinoïdes sont des tumeurs rares, à faible degré de malignité, siégeant le plus souvent au niveau du tractus digestif et de l'arbre bronchique. Elles dérivent des cellules neuro-endocrines et produisent des métastases qui, le plus souvent, sont localisées au niveau des ganglions lymphatiques, du foie, des os, et de façon beaucoup plus rare au niveau de l'oeil. Les métastases choroïdiennes des tumeurs carcinoïdes ont, presque toutes, une origine bronchique, à l'opposé des métastases orbitaires qui sont plus volontiers issues de tumeurs digestives. Ces métastases choroïdiennes ont parfois une couleur orangée évocatrice du diagnostic. Nous rapportons le cas d'une patiente qui, à l'âge de 18 ans, a présenté une tumeur carcinoïde bronchique et qui a développé cinq ans plus tard une forme bilatérale et multifocale de métastases choroïdiennes, sans autres sites métastatiques. Un traitement par photocoagulation et cryothérapie a été réalisé. A partir d'une revue de la littérature, portant sur les 25 cas précédemment publiés, nous nous proposons de faire le point sur ces métastases, particulières par leur croissance lente, et par leur association à une survie relativement prolongée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pneumopathies récidivantes révélant une tumeur carcinoïde bronchique : à propos de deux observations

  • Les tumeurs carcinoïdes sont les tumeurs endobronchiques les plus fréquentes chez l'enfant et représentent une cause rare d'obstruction bronchique. Les auteurs rapportent les observations de deux garçons âgés de 10 et 11 ans, pris en charge pour pneumopathies récidivantes, évoluant depuis 12 mois. La tomodensitométrie a permis de préciser les lésions parenchymateuses et l'extension locale , l'endoscopie bronchique a montré l'existence d'une tumeur endobronchique , la scintigraphie à l'octréotide a été utilisée pour évaluer l'extension à distance. Le diagnostic anatomopathologique est celui de tumeur carcinoïde typique. Après traitement chirurgical conservateur, l'évolution est favorable avec un recul de 7 et 26 mois. Les tumeurs endobronchiques de l'enfant doivent être évoquées devant des manifestations respiratoires chroniques ou récidivantes, qui doivent conduire à la réalisation d'une fibroscopie bronchique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mucocèle de l'appendice sur tumeur carcinoïde pendant la grossesse

  • La mucocèle appendiculaire secondaire à une tumeur carcinoïde de l'appendice est une entité extrêmement rare. Elle survient exceptionnellement au cours de la grossesse. L'interaction entre tumeur carcinoïde ou mucocèle appendiculaire et grossesse n'est pas encore élucidée. Le pronostic dépend de la taille de la tumeur carcinoïde et de son envahissement locorégional. Nous rapportons une observation de mucocèle appendiculaire sur tumeur carcinoïde chez une patiente de 36 ans, enceinte de 34 semaines, et révélée par un tableau d'appendicite aiguë. L'étude anatomopathologique de la pièce d'appendicectomie a montré une tumeur carcinoïde de 2 cm avec mucocèle appendiculaire. Une hémicolectomie droite a été réalisée deux semaines après l'accouchement, d'évolution favorable. À travers cette observation et une revue de la littérature, les auteurs discutent les problèmes diagnostiques et thérapeutiques de cette entité rare.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

À propos d’un cas de poumon clair unilatéral induit par une tumeur carcinoïde - Commentaires sur le diagnostic différentiel du poumon clair et les mécanismes d’hypoperfusion

  • Nous rapportons l’observation d’une femme de 35 ans, chez laquelle l’examen radiographique systématique a fait découvrir un poumon gauche hyperclair, correspondant à une tumeur carcinoïde sténosant presque complètement la bronche souche gauche. Grâce au scanner injecté, l’hypoperfusion globale du poumon gauche est visualisée, ainsi que la tumeur. Après une lobectomie inférieur gauche élargie, le retour à une perfusion normale est objectivée par la scintigraphie pulmonaire de perfusion, six mois plus tard. Les diagnostics différentiels du poumon clair unilatéral sont discutés, ainsi que les mécanismes physiopathologiques de l’hypoperfusion et de la vasoconstriction hypoxique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur carcinoïde thymique responsable d'un syndrome de Cushing paranéoplasique. Intérêt diagnostique de la tomoscintigraphie en double marquage.

  • Les syndromes de Cushing paranéoplasiques sont responsables de 10 à 15 p. 100 des étiologies des syndromes de Cushing. L'utilisation actuelle des scintigraphies des récepteurs aux analogues de la somatostatine peut permettre la localisation de ces tumeurs neuroendocrines primitives sécrétant de l'ACTH. Nous rapportons une observation de syndrome de Cushing paranéoplasique secondaire à une tumeur carcinoïde thymique dont le diagnostic topographique a échappé, du fait de la petite taille, aux différentes techniques d'imagerie conventionnelle. Dans notre observation, une technique originale de tomoscintigraphie thoracique en double marquage, couplant l'octréotide marqué à l'

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Dilatation de bronches localisée révélant une tumeur carcinoïde.

  • Nous rapportons l'observation d'une patiente âgée de 32 ans, qui a présenté un syndrome bronchique purulent récidivant depuis 05 ans. Le bilan radiologique a montré des clartés finement cerclés au niveau basithoracique gauche en rapport avec des dilatations de bronche localisée au niveau du lobe inferieur gauche, de type cylindrique. La bronchoscopie souple a montré une tumeur rougeâtre à surface lisse obstruant l'entrée de la pyramide basale gauche. La patiente a bénéficié d'une lobectomie inferieure gauche plus curage ganglionnaire médiastinal. Les résultats de l'étude anatomopathologique de la pièce opératoire sont en faveur d'une tumeur carcinoïde typique. La suite post-opératoire était sans complication et l'évolution clinique et radiologique est bonne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur carcinoïde au stade métastatique: intérêt toujours d'actualité de la thérapie à la mIBG-I131.

  • À propos d'une malade porteuse d'une tumeur carcinoïde digestive avec métastases hépatiques, nous rapportons les différentes alternatives thérapeutiques (actuelles et en cours d'évaluation), en soulignant l'intérêt de la radiothérapie métabolique par mlBG-1131 au sein de cet arsenal. En effet, pour cette pathologie au pronostic réservé, comme il est souligné dans la littérature, l'efficacité intéressante de ce radiopharmaceutique à la fois sur les symptômes, la masse tumorale et la biochimie en fait une alternative trop souvent sous-utilisée. Les options thérapeutiques étant multiples et non codifiées, nous proposons une stratégie de prise en charge des tumeurs digestives carcinoïdes grâce à la mlBG-1131.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur carcinoïde primitive du rein associée à un kyste malformatif rénal.

  • Nous rapportons un cas de tumeur carcinoïde primitive du rein associée à une malformation rénale kystique. La tumeur carcinoïde contient des cellules marquées par les anticorps anti-chromagranine, anti-somastostatine et anti-sérotonine. Le kyste, tapissé par un épithélium transitionnel contient des cellules endocrines marquées par les anticorps anti-chromogranine et anti-sérotonine. Cette lésion s'est développée sur un rein en fer à cheval. Deux autres observations associant une tumeur carcinoïde à une lésion rénale contenant des cellules endocrines ont déjà été rapportées. Ces observations permettent de mieux comprendre l'histogène de tumeurs carcinoïdes primitives du rein.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur carcinoïde de l'intestin grêle.

  • Les tumeurs carcinoïdes sont des tumeurs neuroendocrines bien différenciées. Elles sont le plus souvent digestives, d'origine non pancréatique, développées aux dépens des cellules entérochromaffines du tube digestif. Elles siégent préférentiellement dans l'iléon, le rectum, l'estomac et l'appendice. Seules les bronches sont une localisation extradigestive fréquente (20 à 25 %). Le plus souvent asymptomatiques, ces tumeurs sont parfois de découverte fortuite peropératoire, ou plus rarement révélées par un syndrome carcinoïde clinique. À partir d'une observation récente et d'une revue de la littérature, le diagnostic, l'histologie, le traitement et la prise en charge des tumeurs carcinoïdes intestinales sont rappelés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur carcinoïde du larynx.

  • Objectif. - Les tumeurs carcinoïdes sont des tumeurs exceptionnelles du larynx. Nous discutons à travers ce cas clinique des difficultés diagnostiques et de la prise en charge de cette tumeur du larynx. Méthodes. - Les auteurs rapportent un cas de tumeur carcinoïde du larynx. Résultats. - L'observation est celle d'une tumeur carcinoïde bien différenciée du repli aryépiglottique gauche chez une patiente âgée de 59 ans, venue consulter pour une dysphonie évoluant depuis huit mois. Après l'exérèse chirurgicale, une récidive est survenue 14 ans plus tard. Conclusion. - Les tumeurs carcinoïdes du larynx nécessitent un diagnostic histologique précis en raison de leurs aspects cliniques et pronostiques variables. Le traitement chirurgical des tumeurs carcinoïdes typiques est le plus souvent conservateur.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur carcinoïde de l'intestin grêle: apport d'une technique d'hydro-IRM dans le diagnostic.

  • L'hydro-IRM est une technique d'imagerie par résonance magnétique qui utilise une séquence en écho de spin rapide fortement pondérée en T2, dérivée des séquences utilisées en cholangio-IRM. Les auteurs rapportent un cas de tumeur carcinoïde de l'intestin grêle diagnostiqué par hydro-IRM. Cette technique non invasive a permis de montrer une sémiologie très caractéristique associant, une convergence radiaire des anses grêles atteintes et une dilatation segmentaire d'une anse, identique à celle observée au cours du transit du grêle. Cette observation illustre l'intérêt de l'hydro-IRM pour le diagnostic non invasif et non irradiant de tumeur carcinoïde du grêle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Un cas de tumeur carcinoïde typique diagnostiqué sur un « syndrome du lobe supérieur »

  • Nous rapportons le cas d’une patiente de 53 ans qui s’est présentée en consultation de pneumologie pour une toux chronique secondaire à une localisation endobronchique d’une tumeur carcinoïde. L’originalité de ce cas tient dans sa présentation qui évoque un « syndrome du lobe supérieur » par analogie au syndrome du lobe moyen (ou syndrome de Brock). La prise en charge de cette patiente a été chirurgicale par lobectomie supérieure droite et curage ganglionnaire. L’évolution a, dans les suites, été favorable avec disparition du syndrome d’irritation bronchique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur carcinoïde bronchique révélée par un pneumothorax récidivant.

  • Le pneumothorax spontané est un mode de découverte rare des tumeurs bronchopulmonaires primitives. Il peut exceptionnellement révéler une tumeur carcinoïde bronchique. Nous présentons le cas d’une patiente de 27 ans sans antécédents particuliers présentant des pneumothorax récidivants droits secondaires à une tumeur carcinoïde typique bronchique. L’intérêt de la tomodensitométrie thoracique et de la fibroscopie bronchique dans le cadre de la recherche étiologique d’un pneumothorax récidivant secondaire sera abordé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur carcinoïde a révélation cutanée.

  • Introduction. Les tumeurs carcinoïdes sont de diagnostic souvent tardif du fait de la nécessité d'une grande quantité de peptides vaso-actifs pour permettre l'expression du syndrome carcinoïde. Observation. Un homme de 54 ans fut adressé pour une couperose et des bouffées vasomotrices intenses. Cette couperose était associée à des épisodes de diarrhée. L'élévation de l'acide 5 hydroxyindole acétique urinaire a permis le diagnostic de tumeur carcinoïde. Les investigations radiologiques complémentaires et l'exploration chirurgicale ont montré des métastases hépatiques, ganglionaiaires et mésentériques d'une tumeur carcinoïde sans découverte de la tumeur primitive.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur carcinoide primitive du foie: a propos d'un cas.

  • Les tumeurs carcinoïdes primitives du foie sont extrêmement rares, moins de 60 cas ont été décrits dans la littérature. Un long suivi est nécessaire pour confirmer la nature primitive hépatique du carcinolde. Nous en rapportons un cas survenu chez un jeune homme âgé de 20 ans présentant un syndrome de Zollinger-Ellison. Une exploration chirurgicale minutieuse et un bilan radiologique complet n'ont révélé aucune autre origine de la tumeur. La résection chirurgicale est le traitement de choix des tumeurs carcinoides primitives du foie. Leur pronostic est plus favorable que celui des autres carcinomes hépatiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur carcinoïde indifférenciée métastatique de la vésicule biliaire révélée par un tableau de cholécystite aiguë

  • En présence d'un tableau typique de cholécystite aiguë de l'adulte, il est habituel de rechercher une lithiase biliaire. Toutefois, on a parfois la surprise de découvrir en per-opératoire ou lors de l'examen de la pièce d'exérèse un cholangiocarcinome ou une tumeur carcinoïde [1, 2]. Nous rapportons une observation de tumeur carcinoïde indifférenciée métastatique de la vésicule biliaire révélée par un tableau de cholécystite aiguë.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Amyloïdose AL au sein d'une tumeur carcinoïde iléale.

  • Une obervation de tumeur carcinoïde iléale à stroma amyloïde est rapporté. Le typage immunohistochimique montre que cette substance amyloïde n'est marquée par aucun anticorps dirigé contre un composant hormonal. Par contre, cette substance est marquée par un anticorps dirigé contre la chaîne légère Kappa chez ce malade atteint d'un myélome multiple peu évolutif à IgA Kappa. Cette observation souligne la nécessité d'un typage complet des substances amyloïdes même lorsqu'elles sont détectées au sein d'une tumeur endocrine.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Métastases osseuses d'une tumeur carcinoïde bronchique. Mode de révélation original par une épidurite dorsale.

  • Une paraplégie flasque par épidurite néoplasique secondaire à une tumeur carcinoïde bronchique est rapportée. La régression rapide du syndrome neurologique à la faveur d'un traitement associant corticothérapie et radiothérapie souligne le pronostic favorable des carcinoïdes bronchiques typiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov