Tumeur adenomatoide [ Publications ]

tumeur adenomatoide [ Publications ]

Publications > tumeur adenomatoide

  • Un cas de tumeur adénomatoïde multinodulaire de l’utérus est rapporté chez une patiente de 43 ans aux antécédents d’allogreffe rénale. Bien que la symptomatologie, l’échographie pelvienne et l’examen macroscopique fussent en faveur d’un utérus polymyomateux, le diagnostic de tumeur adénomatoïde multinodulaire associée à des léiomyomes typiques a été établi sur les aspects histologiques adénomatoïdes et angiomatoïdes, ainsi que sur le profil immunohistochimique. Les tumeurs adénomatoïdes diffuses ou multinodulaires de l’utérus sont des lésions rares et bénignes, rapportées presque uniquement chez des patientes traitées par immunosuppresseurs dans le cadre d’une transplantation rénale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur adénomatoïde pleurale. A propos d'un cas.

  • Nous présentons une tumeur adénomatoïde de localisation particulière, pleurale, découverte fortuitement lors d'une lobectomie pulmonaire supérieure gauche pour carcinome épidermoïde. Cette tumeur adénomatoïde se présentait comme un nodule pleural unique sans rapport avec le carcinome épidermoïde, constitué d'une prolifération de cellules organisées en cordons et en tubes refoulant le parenchyme pulmonaire. Les tumeurs adénomatoïdes sont des tumeurs bénignes de nature mésothéliale. Leur localisation pleurale, rare, doit faire éliminer d'autres tumeurs pleurales de pronostic défavorable, en particulier le mésothéliome malin et l'adénocarcinome métastatique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur adénomatoïde kystique utérine

  • La tumeur adénomatoïde est une néoplasie bénigne d’origine mésothéliale qui atteint préférentiellement les tractus génitaux féminin et masculin. La localisation utérine de la tumeur adénomatoïde est fréquente. Généralement, elle est de découverte fortuite. Nous rapportons le cas d’une tumeur adénomatoïde de forme kystique permettant de discuter l’histogenèse de cette tumeur et les diagnostics différentiels qui peuvent parfois faire porter un diagnostic de malignité à tort.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov