Tumeur a cellules granuleuses [ Publications ]

tumeur a cellules granuleuses [ Publications ]

Publications > tumeur a cellules granuleuses

  • La tumeur à cellules granuleuses ou tumeur d’Abrikossoff est une tumeur rare, ubiquitaire, d’évolution majoritairement bénigne. Les formes malignes représentent 1 à 3 % des cas. La localisation vulvaire est exceptionnelle. Nous rapportons l’observation d’une patiente âgée de 28 ans qui était atteinte d’une localisation vulvaire d’une tumeur d’Abrikossoff. Initialement considérée comme bénigne, elle a été traitée par chirurgie locale exclusive. Cinq mois plus tard, cette tumeur connaissait une transformation maligne , la tumeur mesurait 14 cm avec la présence des mitoses éparses non systématisées, exprimait PS100 à 100 % et le Ki 67 à 20 %. Du fait du caractère malin et de l’exérèse économique du néoplasme, la patiente a reçu une radiothérapie adjuvante dans le lit tumoral et les ganglions inguinaux 50 Gy. Après 20 mois, la patiente a été atteinte d’une rechute locale et pulmonaire en lâcher de ballons, renforçant ainsi le diagnostic de malignité. Elle a reçu deux lignes de chimiothérapie, 5-fluoro-uracile et cisplatine, et paclitaxel et carboplatine sans aucune réponse. Suite à l’échec de la chimiothérapie, la patiente a été mise sous traitement médical symptomatique. Cette observation incite à préconiser un traitement chirurgical agressif des sites tumoraux identifiés et surtout à exercer une surveillance clinique et radiologique rapprochée de toute tumeur à cellules granuleuses.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur à cellules granuleuses à localisation glottique chez l'enfant. A propos d'un cas.

  • Nous présentons le premier cas décrit de tumeur à cellules granuleuses de forme adulte à localisation glottique chez une petite fille de 8 ans , le signe d'appel était une dysphonie chronique. L'examen à l'optique rigide montrait une lésion hypertrophique, irrégulière, d'aspect jaunâtre au niveau du tiers postérieur de la corde vocale gauche. La lésion a été réséquée après exploration microchirurgicale sous anesthésie générale, au CO2 laser micro-point. Il n'y a pas de récidive actuellement à 15 mois de suivi et la qualité vocale postopératoire appréciée de façon subjective et objective est satisfaisante. Les tumeurs à cellules granuleuses sont rares. L'histogenèse est encore mal connue. Des études enzymologiques et en microscopie électronique semblent mettre en évidence une origine nerveuse aux dépens des gaines de cellules de Schwann. Le traitement est chirurgical , si l'exérèse au large est de règle pour les lésions limitées et d'accès facile, elle doit être modérée lorsque l'on se trouve devant des lésions étendues touchant des structures nobles comme la trachée ou l'œsophage.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur à cellules granuleuses et épulis congénitale. Etude histochimique et immunohistochimique de 58 cas.

  • 56 cas de tumeurs à cellules granuleuses et 2 cas d'épulis congénitale à cellules granuleuses ont fait l'objet d'une étude morphologique, histochimique et immunohistochimique. Le but de cette étude est d'évaluer l'intérêt diagnostique de la coloration par l'Acide Périodique de Schiff (PAS), d'étudier la positivité de 4 anticorps (vimentine, NSE, PS100, NK1/C3) en étude immunohistochimique et de déterminer leur implication pour une origine neuroectodermique. L'étude a montré que l'examen histologique standard est souvent suffisant. Dans les rares cas où le diagnostic est difficile, le PAS n'est pas déterminant. On peut alors s'aider d'une étude immunohistochimique: nous avons confirmé la positivité des 4 anticorps, mais la PS100 et le NKI/C3 sont les plus constants. Seuls 2 cas d'épulis congénitales montrent une PS100 toujours négative. Quant à l'histogénèse, nos résultats immunohistochimiques sont en accord avec l'origine neurale, tout en soulevant l'hypothèse de la nature non néoplasique de cette lésion.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La tumeur à cellules granuleuses infiltrante de l'oesophage: description de deux cas.

  • La tumeur à cellules granuleuses de l'oesophage est une tumeur rare, généralement de petite taille, siégeant dans la muqueuse et la sous-muqueuse. Nous en rapportons deux cas particuliers par leur caractère infiltrant. La tumeur envahissait la musculeuse oesophagienne dans un cas et dépassait l'adventice dans l'autre. Les malades se portaient bien sans récidive, 1 an et 7 ans après l'intervention, malgré une exérèse chirurgicale incomplète dans le deuxième cas. Treize observations de tumeurs à cellules granuleuses infiltrantes de l'oesophage ont été rapportées dans la littérature. Ces tumeurs sont habituellement responsables d'une dysphagie. Elles peuvent dépasser l'adventice et infiltrer les organes de voisinage mais leur évolution est souvent favorable, même en cas d'exérèse incomplète. Le caractère infiltrant d'une tumeur à cellules granuleuses de l'oesophage ne constitue pas à lui seul un critère de malignité. Le diagnostic de tumeur à cellules granuleuses maligne de l'oesophage repose sur la mise en évidence de métastases.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur à cellules granuleuses du sein chez un homme

  • La tumeur à cellules granuleuses du sein (TCGS) est une tumeur bénigne, rare qui se développe à partir de cellules de Schwann. Elle peut être confondue avec une tumeur cancéreuse cliniquement et radiologiquement. Seul l’aspect histologique permet de faire le diagnostic. Nous rapportons une observation de TCGS chez un homme, découverte à la suite de l’autopalpation d’un nodule du sein. Les auteurs insistent sur les problèmes du diagnostic différentiel avec un cancer mammaire : cliniquement une consistance dure avec parfois une rétraction cutanée en regard ou une fixité au plan profond , radiologiquement une opacité à contours irréguliers d’aspect stellaire, échographiquement peu spécifique , et même macroscopiquement en peropératoire, cette lésion présente des caractéristiques morphologiques qui ne peuvent éliminer un cancer du sein qu’à l’étude microscopique, voire à l’immunohistochimie. Elles sont traitées par exérèse locale large et sont généralement de bon pronostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur à cellules granuleuses du sein avec inclusions neuro-naeviques ganglionnaires: un double piége à éviter.

  • But: Attirer l'attention sur la possibilité de survenue simultanée de lésions pièges en pathologie mammaire. Matériel et Méthodes: Présentation d'un cas curieux d'association rare d'une tumeur à cellules granuleuses du sein et d'inclusions neuro-næviques dans les ganglions lymphatiques avoisinants, initialement interprétées comme métastatiques d'un cancer. Discussion: Des inclusions ganglionnaires non-malignes, rares mais non exceptionnelles, peuvent être faussement interprétées comme métastases d'un carcinome, étayant le faux diagnostic de malignité d'une image mammaire. Ces types de lésions sont importants à connaître, et il faut savoir leur coexistence possible, afin de redresser éventuellement les diagnostics. L'histogenèse de ces lésions est abordée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La tumeur à cellules granuleuses. Epidémiologie de 263 cas.

  • 263 cas de tumeurs à cellules granuleuses d'Abrikossoff ont été réunis grâce à la collaboration de plusieurs laboratoires de l'Association Septentrionale des Anatomo-Pathologistes des départements du Nord Pas-de-Calais et de l'Aisne (A.S.A.P.). Nous avons étudié l'âge, le sexe, les topographies et les particularités épidémiologiques de ces tumeurs. Ces résultats ont été comparés aux données épidémiologiques recensées jusqu'alors dans la littérature. Cette étude a montré deux fois plus d'hommes (68 %) que de femmes, âgés surtout de 20 à 60 ans. Les sites préférentiels sont la peau (38,57%), l'oesophage (19,64%) et la langue (10%). La tumeur à cellules granuleuses est multiple dans 15 cas et associée à un carcinome épidermoïde de l'oesophage ou ORL dans 12 autres cas. Un seul cas a récidivé après exérèse incomplète. Il n'y avait aucune forme maligne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur à cellules granuleuses (tumeur d'Abrikossoff) de la loge parotidienne.

  • Etat actuel et objectif: les tumeurs à cellules granuleuses (tumeur d'Abrikossoff) ont été initialement décrites par Abrikossoff en 1926. Ces lésions se présentent généralement comme des tumeurs uniques situées dans le tissu sous-cutané de la tête et du cou, et dans la cavité orale (langue). Cas clinique: nous rapportons un cas rare de tumeur à cellules granuleuses chez une femme âgée de 55 ans adressée pour une masse préauriculaire gauche, sans adénopathie cervicale ni paralysie faciale, augmentant rapidement de volume depuis 2 mois. L'examen IRM montrait une lésion unique de la loge parotidienne. Le traitement a été chirurgical. Conclusion: une revue de la littérature sur les tumeurs à cellules granuleuses permet d'en tracer un tableau clinique complet aussi bien sur le plan clinique, physiopathologique, que thérapeutique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur à cellules granuleuses.

  • La tumeur à cellules granuleuses (TCG) ou tumeur d'Abrikossoff est une tumeur neurogène souvent bénigne et de localisation cervico-faciale prédominante. L'âge moyen de survenue se situe entre la quatrième et la sixième décennie. L'atteinte féminine est deux fois plus importante. Elle est rare (0,019 à 0,03 % de toutes les tumeurs). Le pronostic est favorable après exérèse chirurgicale. L'aspect histologique est habituellement caractéristique. Cependant, elle peut être confondue avec une tumeur maligne notamment en cas de biopsie superficielle. Les marqueurs neurogènes et la coloration à l'acide périodique de Schiff (PAS) participent au diagnostic. Les formes malignes caractérisées par les récidives et les métastases sont exceptionnelles et nécessitent une exérèse large.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude immunohistochimique et ultrastructurale d'une tumeur à cellules granuleuses de la neurohypophyse.

  • Nous rapportons une observation de tumeur à cellules granuleuses de la neurohypophyse (TCGN) ayant fait l'objet d'une étude immunohistochimique et ultrastructural. L'étude immunohistochimique montre dans de rares cellules tumorales une positivité focale pour la GFAP (glial fibrillary acid protein). L'étude ultrastructurale individualise 2 types de cellules tumorales: les unes contenant du matériel filamentaire et des granules, les autres ne contenant que des granules. Ces constatations incitent à envisager une origine astrocytaire des TCGN, hypothèse fréquemment avancée mais jamais prouvée à ce jour.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur à cellules granuleuses endobronchique. A propos de deux cas de découverte systématique dans le cadre d'une surveillance de cancers ORL.

  • Nous rapportons deux nouvelles observations de tumeur à cellules granuleuses endobronchique de découverte endoscopique dans le cadre d'un bilan d'extension de cancers ORL. Cette localisation reste exceptionnelle et la description histologique est bien connue. L'ultrastructure et surtout l'immunohistochimie permettent d'orienter l'histogenèse vers une origine nerveuse. Bien que la tumeur soit bénigne dans ce siège, des cas de récidive locale sont possibles mais aucune forme maligne n'a été décrite. Cependant, certaines formes bénignes peuvent avoir un aspect inquiétant tant macroscopiquement qu'histologiquement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur à cellules granuleuses de la gencive chez le nouveau-né. A propos d'un cas en Martinique.

  • Les auteurs rapportent le cas d'une tumeur à cellules granuleuses de la gencive ou épulis congénitale chez un nouveau-né de sexe féminin. Il s'agit d'une tumeur congénitale, bénigne, rare, d'histogénèse incertaine, survenant avec prédilection chez les nouveaux-nés de sexe féminin. Elle se présente comme une formation polypoïde, au niveau de la crête alvéolaire antérieure maxillaire ou mandibulaire, saillant dans la région vestibulaire. Histologiquement, elle est caractérisée par une prolifération de cellules au cytoplasme granuleux, groupées en ilôts.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une lésion bénigne broncho-pulmonaire peut en cacher une autre. Association d'une tumeur à cellules granuleuses et d'un ganglion lymphatique intrapulmonaire.

  • Les auteurs rapportent l'observation d'un patient chez qui la survenue d'une turberculose pulmonaire a permis de faire le diagnostic à la fois d'une tumeur à cellules granuleuses d'Abrikossoff et d'un kyste développé aux dépens d'un ganglion lymphatique intrapulmonaire. Ces deux entités sont rares et leur association singulière, jamais décrite jusque là, nous permet de rediscuter leur histogenèse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur à cellules granuleuses anale avec hyperplasie pseudo-carcinomateuse.

  • Les tumeurs à cellules granuleuses ont été décrites par Abrikossoff en 1926 [1]. Toutes les régions du corps sont concernées, avec par ordre de fréquence décroissante une atteinte de la tête et du cou, de la peau et du tissu sous-cutané du thorax et des membres supérieurs, des glandes mammaires et de l'arbre respiratoire [2]. Parmi les rares localisations du tractus digestif, l'atteinte de la région anale est exceptionnelle. Nous rapportons l'observation inhabituelle d'une localisation péri-anale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La tumeur à cellules granuleuses maligne. A propos d'une observation anatomo-clinique.

  • Les auteurs rapportent l'observation d'une tumeur à cellules granuleuses maligne de la fesse chez un homme de 40 ans. Ces tumeurs sont extrêmement rares (moins de 50 cas ont été rapportés dans la littérature), de diagnostic difficile dans ces formes malignes et de pronostic effroyable. L'analyse de cette observation et une revue de la littérature rappellent les éléments anatomo-cliniques permettant d'évoquer ce diagnostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov