Tuberculose vertebrale [ Publications ]

tuberculose vertebrale [ Publications ]

Publications > tuberculose vertebrale

  • Objectifs : diagnostiquer précocement la tuberculose vertébrale afin d'améliorer son pronostic. Méthode : il s'agit d'une étude rétrospective de 28 observations de patients traités dans le service de neurochirurgie du CHU de Yopougon sur une période de 7 ans (janvier 1994 à décembre 2000). Le diagnostic de tuberculose vertébrale a été retenu sur des critères cliniques, radiologiques, bactériologiques et anatomopathologiques. Résultats: l'âge moyen des patients était de 40 ans (5-75 ans). La spondylodiscite classique était la forme la plus souvent observée (22 cas) avec un fuseau paravertébarl (4 cas). Un abcès rétropharyngé a été retrouvé dans 2 cas, Une spondylite a été observée dans 1 cas et 4 cas de tuberculose extensive ont été constatés. Dans 2 cas, il y avait une atteinte spondylodiscale associée à une lésion de l'arc postérieur. La tomodensitométrie a permis de mieux analyser le développement des lésions dans ces formes extensives où certaines lésions passaient inaperçues sur les radiographies standard. Conclusion : le diagnostic de la tuberculose vertébrale est souvent tardif du fait des formes atypiques. Elles posent un problème de diagnostic différentiel avec les tumeurs vertébrales. Seul un examen clinique consciencieux et surtout une bonne analyse des clichés radiologiques (radiographie standard, tomodensitométrie, IRM) permettent un diagnostic précoce et un meilleur abord thérapeutique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Diagnostic et traitement de la tuberculose vertébrale étendue

  • La tuberculose vertébrale réalise classiquement une spondylodiscite appelée Mal de Pott. Rarement, elle se présente sous des formes atypiques rendant le diagnostic difficile. Les auteurs rapportent une série rétrospective de 7 patients immunocompétents traités pour une tuberculose vertébrale étendue. La médiane d’âge des patients était de 24 ans avec des extrêmes allant de 5 à 39 ans et un sex-ratio de 5 hommes pour 2 femmes. Ils avaient présenté une tétraplégie incomplète (4 cas), une paraplégie complète (1 cas), une paraplégie incomplète (1 cas) et une lombocruralgie (1 cas). La radiographie standard du rachis demandée en première intention permit de mettre en évidence la spondylodiscite mais le scanner X et l’IRM étaient indispensables pour définir au mieux l’étendue des lésions. Les diagnostics bactériologique et histologique peuvent parfois être déficients et les auteurs insistent sur le rôle diagnostique de l’épreuve thérapeutique qui peut elle même être limitée par l’apparition de souche de

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une localisation exceptionnelle de la tuberculose vertébrale Mal de Pott sous-occipital.

  • Le mal de Pott est la forme la plus commune de la tuberculose osseuse touchant essentiellement le rachis dorso-lombaire. La localisation sous-occipitale reste exceptionnelle. Le diagnostic de cette entité est le plus souvent tardif ce qui expose à des complications graves. Les radiographies standard ne sont parlantes qu’à un stade tardif de la maladie, d'où l'intérêt de l'imagerie moderne notamment la tomodensitométrie (TDM) et l'imagerie par résonance magnétique (IRM) qui permettent un diagnostic précoce. Nous rapportons un nouveau cas de tuberculose sous-occipitale. Le diagnostic était posé sur l'imagerie en coupe et confirmé histologiquement à la biopsie transorale. Sont rappelés les aspects en imagerie de cette localisation particulière du mal de Pott.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Aspects actuels de la tuberculose vertébrale à propos de 16 observations.

  • Nous avons étudié rétrospectivement les données épidémiologiques, cliniques, radiologiques et évolutives chez tous les malades présentant une tuberculose vertébrale diagnostiquée entre le 1

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov