Troubles du langage [ Publications ]

troubles du langage [ Publications ]

Publications > troubles du langage

  • Les m&#233,decins sont, avec d&#8217,autres professionnels de la sant&#233,, de l&#8217,&#233,ducation et de l&#8217,enfance, des acteurs importants du d&#233,pistage des troubles du langage et des apprentissages de l&#8217,enfant. Six ans, &#226,ge d&#8217,entr&#233,e au cours pr&#233,paratoire (CP), est un des &#226,ges clefs de ce d&#233,pistage. &#192, la demande de m&#233,decins, une &#233,quipe pluridisciplinaire a d&#233,velopp&#233, un outil de d&#233,pistage de ces troubles : ERTLA6 (Epreuves de rep&#233,rage des troubles du langage et des apprentissages de l&#8217,enfant de 6 ans). L&#8217,objectif de l&#8217,&#233,tude &#233,tait d&#8217,&#233,valuer les capacit&#233,s d&#8217,ERTLA6 &#224, pr&#233,dire la performance scolaire. Une cohorte de 187 enfants a &#233,t&#233, tir&#233,e au sort parmi l&#8217,ensemble des enfants scolaris&#233,s dans l&#8217,Acad&#233,mie de Nancy-Metz. Ces enfants, &#226,g&#233,s de 5 &#224, 6 ans et scolaris&#233,s en fin de grande section de maternelle ont b&#233,n&#233,fici&#233, d&#8217,un d&#233,pistage par ERTLA6 par le m&#233,decin scolaire lors de la visite d&#8217,admission au CP (score variant de 0 [le meilleur] &#224, 18 [le moins bon]). Les performances scolaires, reflet des apprentissages, ont &#233,t&#233, recueillies pendant une dur&#233,e de 2 &#224, 3 ans. Le crit&#232,re de jugement &#233,tait l&#8217,&#233,volution scolaire ult&#233,rieure (dont les &#233,ventuels redoublements et les r&#233,sultats de l&#8217,&#233,valuation nationale de CE2). Au total 148 enfants ont pu &#234,tre suivis (pour les autres : 27 d&#233,m&#233,nagements, 6 absences le jour de l&#8217,&#233,valuation nationale, 2 non transmissions des donn&#233,es). Ils &#233,taient lors de la passation d&#8217,ERTLA6 &#226,g&#233,s de 5 ans 10 mois en moyenne. Avec un seuil ? 7 (c&#8217,est-&#224,-dire les r&#233,sultats consid&#233,r&#233,s comme normaux pour un score de 0 &#224, 6 et suspects pour un score de 7 &#224, 18), la sensibilit&#233, d&#8217,ERTLA6 pour pr&#233,dire les difficult&#233,s ou troubles d&#8217,apprentissage &#233,tait de 79 % [63-94] et la sp&#233,cificit&#233, de 87 % [81-93]. Pour ce seuil, la valeur pr&#233,dictive positive d&#8217,ERLA6 &#233,tait de 58 % [42-74] et la valeur pr&#233,dictive n&#233,gative de 95% [90-99]. Le pourcentage d&#8217,enfants bien class&#233,s par ERTLA6 &#233,tait de 84 % [69-99]. &#192, notre connaissance, ERTLA6 est ainsi le premier test &#224, destination des m&#233,decins qui a d&#233,montr&#233, sa capacit&#233, &#224, pr&#233,dire l&#8217,&#233,volution scolaire d&#8217,un enfant d&#232,s la grande section de maternelle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les approches thérapeutiques non pharmacologiques des troubles du langage dans les variantes agrammatique et logopénique de l’aphasie progressive primaire : revue de la littérature

  • Cette revue de la littérature rapporte les études relatives aux traitements comportementaux des troubles du langage dans l'aphasie progressive primaire, une maladie neuro-dégénérative principalement caractérisée par la présence isolée de troubles du langage expressif pendant les deux premières années de la maladie. Elle aborde plus spécifiquement les approches thérapeutiques comportementales ainsi que les moyens de suppléance à la communication proposés dans la littérature scientifique pour les variantes agrammatique et logopénique de l'aphasie progressive primaire. Plusieurs études montrent l'efficacité des interventions thérapeutiques, mais le maintien des acquis et la généralisation aux habiletés langagières non-traitées varient toutefois d'une étude à l'autre. D'autres études sont nécessaires pour établir l'efficacité de méthodes thérapeutiques adaptées aux troubles du langage et de la communication dans cette maladie et notamment des approches plus écologiques, centrées sur les besoins spécifiques des personnes qui en sont affectées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les troubles du langage dans les principales formes de démence et dans les aphasies primaires progressives : mise à jour à la lumière des nouveaux critères diagnostiques

  • Dans cet article, nous présentons les données récentes sur les troubles du langage oral et écrit dans les formes les plus fréquentes de démence, soit la maladie d'Alzheimer et la démence à corps de Lewy, ainsi que dans le déficit cognitif vasculaire. Les caractéristiques linguistiques des variantes non-fluente/agrammatique, sémantique et logopénique de l'aphasie primaire progressive sont également présentées. Comme c'est aussi le cas pour plusieurs autres fonctions cognitives, ces différentes données démontrent que le langage est vulnérable au vieillissement pathologique et qu'il est donc fréquemment affecté dans les maladies neurodégénératives. Dans certaines de celles-ci, les troubles du langage sont la conséquence directe d'une atteinte des processus linguistiques. Dans d'autres, ils résultent plutôt de déficits affectant la mémoire de travail et/ou les fonctions exécutives.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Valeur diagnostique de ERTL4: un test de repérage des troubles du langage chez l'enfant de 4 ans

  • Les troubles du langage de l'enfant sont fréquents et ont des conséquences parfois importantes. Le test ERTL4 (épreuves de repérage des troubles du langage de l'enfant de 4 ans) est le premier test de dépistage de ces troubles à l'usage des médecins. Il n'a jamais fait l'objet d'une évaluation. Objectif. - Cette étude se propose d'évaluer et d'optimiser la valeur diagnostique du test ERTL4 et d'évaluer son intérêt pour le dépistage. Matériel et méthodes. - Un échantillon de 370 enfants a été tiré au sort parmi les enfants âgés de 3 ans et 9 mois à 4 ans 6 mois scolarisés dans l'agglomération de Nancy. Ces enfants ont bénéficié du test ERTL4 et d'un bilan orthophonique standardisé servant de référence. Résultats. - Sur les 325 enfants retenus pour l'analyse, 34,1 % avaient des troubles nécessitant une intervention spécialisée orthophonique. La sensibilité d'ERTL4 était de 88,6 % et la spécificité de 66,8 %. Après étude des seuils diagnostiques, un test modifié a été proposé, avec une sensibilité de 72,9 % et une spécificité de 91,0 %. La proportion de sujets biens classés passait ainsi de 73,8 % à 85,3 % (p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Recommandations consensuelles pour la description de trois variantes de l’aphasie primaire progressive : limites et controverses quant aux troubles du langage

  • Des recommandations consensuelles donnant une description des critères permettant de poser le diagnostic des trois variantes d’aphasie primaire progressive (APP) ont été publiées en 2011. Depuis leur publication, ces recommandations ont fait l’objet de critiques qui ont récemment mené à la proposition de leur révision. Cet article propose une description des ensembles de critères qui ont précédé les recommandations consensuelles utilisées actuellement, ainsi qu’un état de la question quant aux différentes limites et controverses entourant la description du profil langagier des trois variantes d’APP. Ces controverses seront examinées sous l’angle de la description des manifestations centrales de chaque variante, de leur diagnostic différentiel, des liens entre les différentes entités cliniques et leur pathologie sous-jacente, ainsi que de l’évolution des profils langagiers. Enfin, cet article propose des perspectives quant à l’évaluation du langage dans les APP qui ont plusieurs implications pour la pratique clinique et la recherche.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les approches thérapeutiques non pharmacologiques des troubles du langage dans la démence sémantique

  • Cette revue de la littérature rapporte les études relatives aux traitements comportementaux de la démence sémantique (DS), une maladie neurodégénérative caractérisée par la présence de troubles sémantiques, d'anomie et de difficultés de compréhension des mots. Elle aborde plus spécifiquement les approches thérapeutiques cognitives, participatives et compensatoires/augmentatives proposées dans la littérature scientifique pour le traitement des troubles du langage dans la DS. La plupart des études montrent l'efficacité des interventions thérapeutiques, mais le maintien des acquis et la généralisation aux habiletés langagières non traitées restent cependant souvent très limités. D'autres études sont nécessaires pour établir l'efficacité de méthodes thérapeutiques adaptées aux troubles du langage et de la communication dans la DS et notamment des approches plus écologiques, centrées sur les besoins spécifiques des personnes affectées par cette maladie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Infarctus du territoire de l'artère cérébrale antérieure gauche. II. Troubles du langage.

  • 4 malades présentent une aphasie transcorticale motrice en relation avec une atteinte de l'aire motrice supplémentaire ou de la substance blanche du voisinage. 4 malades avec lésion de la région angulaire présentent une altération de la mémoire verbale isolée: apraxie buccolinguofaciale semblant correspondre à une lésion souscorticale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Schizophrénie et troubles du langage.

  • Une revue critique de la place des troubles du langage dans la tradition nosologique de la schizophrénie met en évidence des points de vue contradictoires. L'apport des travaux des psycholinguistes permet de préciser des déficits syntaxiques, sémantiques, thématiques et pragmatiques résumés dans le tableau II. De plus, les schizophrènes sont généralement plus atteints en position de locuteur qu'en position d'auditeur.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Troubles du langage de type sous-cortical et hémidystonie séquelles d'un infarctus putamino-caudé datant de la première enfance.

  • Adolescente de 14 ans, qui a présenté avant l'âge de un an, un infarctus cérébral gauche. Description clinique, radiologique, EMG des lésions. Comparaison à l'aphasie sous-corticale de l'adulte.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les troubles du langage dans la maladie d’Alzheimer sont-ils une simple aphasie ?

  • La maladie d’Alzheimer s’accompagne d’une aphasie progressive, d’autant plus sévère que les troubles cognitifs sont plus marqués.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Caractérisation des troubles du langage dans la schizophrénie grâce au bilan orthophonique

  • L’orthophoniste participe depuis peu à la réhabilitation de patients atteints de schizophrénie, conjointement aux prises en charge s’inscrivant dans un programme global de réhabilitation psychosociale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Troubles du langage et pathologies neurodégénératives

  • Les troubles du langage chez le sujet âgé ne sont pas exclusivement liés à la pathologie vasculaire

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov