Troubles de la deglutition [ Publications ]

troubles de la deglutition [ Publications ]

Publications > troubles de la deglutition

  • Principes généraux La prise en charge des troubles de la déglutition nécessite une intervention multidisciplinaire, impliquant des procédés variés dont le choix repose sur les résultats de l'évaluation préalable globale de la personne âgée. Les mesures d'ordre général, relatives à l'hygiène buccale, aux soins dentaires et à l'aménagement des conditions de prise des repas ont une importance primordiale, particulièrement chez les personnes dépendantes. La modification de la texture des aliments ou de la viscosité des boissons représente une des mesures les plus habituellement mises en œuvre, elle doit s'appuyer sur des bases objectives, faute de quoi elle pénalise inutilement le malade et peut même l'exposer à un risque accru de complications. Techniques de compensation et de rééducation Diverses méthodes peuvent aider à pallier les déficiences des mécanismes de la déglutition. Parmi celles-ci, l'adoption de postures particulières en cours de déglutition s'avère utile chez nombre de malades dysphagiques, elle est parfois entravée par une raideur cervicale importante. Le réflexe de déglutition peut être renforcé par des techniques de stimulation sensorielles mais celles-ci n'ont qu'un effet à très court terme. L'exécution de manoeuvres volontaires permet d'améliorer l'efficience et la sécurité de la déglutition, mais l'apprentissage de ces manoeuvres peut s'avérer délicat voire impossible, même lorsqu'il est acquis, la compliance des malades à moyen terme demeure aléatoire. Les techniques de rééducation proprement dites ont l'ambition d'améliorer durablement le processus de déglutition. Leur emploi se heurte aux difficultés d'implication active de nombre de personnes âgées, bien que couramment utilisées, ces techniques continuent d'autre part à souffrir d'un manque sérieux de validation. Procédés divers Les possibilités d'interventions pharmacologiques sont encore très mal connues, en dehors de certains contextes étiologiques particuliers, elles devraient connaître un essor dans l'avenir, de même que les procédés visant à renforcer les propriétés stimulantes des aliments et des boissons. La chirurgie, ou les techniques apparentées, est capable d'apporter une aide dans certaines situations spécifiques, notamment quand un désordre anatomique est responsable des troubles de la déglutition. Quant à l'alimentation artificielle par sonde, elle continue à susciter de nombreuses controverses, qui concernent aussi bien ses modalités pratiques optimales, son aptitude à diminuer le risque d'infections respiratoires et à améliorer le pronostic nutritionnel, que son impact sur l'espérance et la qualité de vie des malades.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Validation d'un questionnaire d'auto-évaluation du handicap pour les troubles de la déglutition oropharyngée (Deglutition Handicap Index).

  • But: le but de cette étude prospective est la validation d'un questionnaire évaluant le handicap de la déglutition chez l'adulte sur le plan psychométrique en insistant sur ia validité de contenu. Matériel et méthode: crée de manière empirique sur le modèle du «Voice Handicap Index», ce questionnaire d'auto-évaluation comprend 30 items répartis sur trois domaines différents. Le domaine S correspond aux symptômes spécifiques ayant trait à la déglutition. Le domaine F regroupe les symptômes aspécifiques (fonctionnels), en rapport avec l'alimentation, l'état nutritionnel et le retentissement pulmonaire. Le domaine E ou émotionnel est relatif aux conséquences psychosociales du handicap de la dysphagie. Pour évaluer la construction de ce questionnaire, le premier objectif était de vérifier si les différents domaines étaient bien en rapport avec ce que nous avons souhaité qu 'ils quantifient. Ainsi nous avons comparé pour le domaine S, les mécanismes physiopathologiques étudiés lors d'un examen radioscopique de la déglutition, pour le domaine F, sa valeur par rapport à l'état nutritionnel, le domaine E par rapport à un score de qualité de vie. Résultats: la population comprend 53 sujets sains et 96 patients dysphagiques. Les résultats montrent une cohérence interne satisfaisante (alpha de Cronbach à 0,9). il existe une différence statistiquement significative entre les réponses des témoins et les réponses des sujets pathologiques sur les symptômes. Par rapport à notre hypothèse de départ, nous ne retrouvons pas de manière spécifique de corrélation entre le domaine S et l'étude radiologique de la déglutition, entre le domaine F et les données nutritionnelles, le domaine E et une échelle de qualité de vie. Cependant le score du domaine S dépend des mécanismes physiopathologiques et il existe une faible mais significative corrélation entre le score du domaine S et le degré de sévérité. Le domaine F est bien corrélé avec la durée des repas, la sévérité sur le plan de l'alimentation mais également avec les données radiologiques et l'échelle de qualité de vie. Le domaine E présente une faible corrélation avec le WONCA. Mais quelques items de ce domaine dépendent des mécanismes physiopathologiques, de la durée du repas et de la sévérité. Conclusion: le résultat de ce travail autorise la poursuite de sa validation sans modification. Nous proposons du fait de sa parenté de construction avec le Voice Handicap Index (VHI) de le nommer Déglutition Handicap Index (DHI).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les troubles de la déglutition du sujet âgé. Aspects épidémiologiques.

  • Une fréquence élevée La prévalence des troubles de la déglutition dans la population âgée n'est pas connue avec précision , elle semble particulièrement élevée chez les grands vieillards et chez les personnes souffrant d'états polypathologiques et pourrait atteindre un taux de 50 % dans les unités de soins prolongés. Les effets du vieillissement Le vieillissement physiologique altère divers paramètres de la déglutition , toutefois, il semble que ces modifications liées à l'âge n'ont guère de conséquence chez les sujets en bonne santé , elles pourraient par contre augmenter la vulnérabilité du sujet âgé en cas de pathologie intercurrente. Les affections associées A côté de la dégradation des performances masticatoires et de l'existence d'une xérostomie, qui sont des facteurs contributifs fréquemment trouvés, de nombreuses pathologies peuvent être responsables d'une dysphagie chez la personne âgée. Les affections neurologiques occupent une place de premier plan, en particulier les maladies vasculaires cérébrales, les pathologies dégénératives du système nerveux central et les maladies du motoneurone. On peut en rapprocher certaines affections musculaires qui se révèlent dans la deuxième partie de la vie ainsi que les conséquences de nombreuses maladies générales. Des modifications de l'anatomie de l'oropharynx procèdent le plus souvent de lésions cancéreuses du carrefour aérodigestif mais aussi occasionnellement de compressions extrinsèques qui ne relèvent pas obligatoirement d'étiologies néoplasiques. Les diverticules de Zenker représentent une cause de dysphagie assez spécifique à la personne âgée. Les troubles de la déglutition d'origine iatrogène sont aussi fréquents : ils peuvent s'observer dans les suites d'une radiothérapie cervicale, de gestes chirurgicaux effectués au niveau ou à distance de l'oropharynx, lors d'une intubation trachéale ou de l'utilisation de sondes d'alimentation ainsi qu'à l'occasion de traitements médicamenteux divers. Des conséquences souvent mal évaluées Les troubles de la déglutition exposent à de multiples conséquences morbides, au premier rang desquelles figurent les risques d'altération de la qualité de vie, de déshydratation, de dénutrition, d'accidents d'asphyxie, d'encombrement et d'infections récidivantes des voies respiratoires. La responsabilité propre des troubles de la déglutition dans la survenue de ces différentes complications reste toutefois difficile à évaluer précisément chez les personnes âgées affaiblies, du fait de l'intrication habituelle de déficiences et d'incapacités multiples.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Intérêt des echelles d'autoévaluation dans le bilan et le suivi des troubles de la déglutition.

  • Notre étude s'inscrit dans une démarche d'amélioration de l'évaluation de la dysphagie et a pour objectif de dégager l'intérêt à utiliser une échelle d'autoévaluation en complément du bilan fonctionnel de la déglutition. Nous avons procédé à étude comparative de deux échelles d'autoévaluation (DHI et EAT-10) sur une population de 30 patients dysphagiques. Les résultats ont montré que les échelles d'autoévaluation choisies permettent l'obtention de données quantitatives comparables aux informations objectives du bilan fonctionnel COLP-FR-G. Nous pouvons conclure que le ressenti du patient corrobore l'estimation clinique de la sévérité de la dysphagie. Les résultats ont également mis en évidence que d'une part, les deux échelles apportent des informations similaires entre elles du point de vue de leur contenu, d'autre part qu'elles sont toutes deux sensibles à l'évolution des données objectives. Le EAT-10, par sa simplicité et le nombre limité de questions, pourrait être suggéré pour le dépistage de troubles de la déglutition en neurologie et en gériatrie alors que le DHI complète le bilan clinique fonctionnel avec ses trois sous domaines physique, fonctionnel et émotionnel. Ainsi, le DHI et l'EAT-10, associés à l'utilisation du bilan fonctionnel COLP-FR-G pour évaluer la dysphagie présentent plusieurs avantages: cotation facile, rapidité de passation, diversité d'étiologies prises en compte, score global facilement transmissible entre professionnels de santé. Leur utilisation lors du bilan de la déglutition serait donc à encourager dans la pratique clinique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les troubles de la déglutition dans les paralysies récurrentielles unilatérales. Etude prospective.

  • Les troubles de la déglutition dans les paraiysies récurrentielles sont rarement mentionnés, alors qu'ils sont fréquemment décrits lors de l'atteinte du nerf laryngé supérieur et du nerf récurrent par atteinte du nerf pneumogastrique Le but de cette étude prospective était de déterminer l'incidence des troubles de la déglutition à la phase aiguë des paralysies récurrentielles après chirurgie cervicale ou thoracique Dix-huit patients ont été évalués à la première semaine et 11 au deuxième mois. La position, le tonus et la tension de la corde vocale paralysée, l'axe glottique, la position et la mobilité de l'aryténoïde, la sensibilité laryngée, l'ouverture ou la fermeture du sinus piriforme et la présence d'une stase salivaire dans l'hypopharynx ont été étudiés. Une fibroscopie de la déglutition avec enregistrement vidéo a été réalisée pendant la déglutition sèche, avec de la crème et avec du bleu de méthylène. Une fausse route primaire avec passage transglottique a été notée chez 5 patients et silencieuse chez 1 patient. Le régime alimentaire a été adapté dans chaque cas. Les traitements spécifiques sont également décrits. Nous concluons que des troubles de déglutition peuvent survenir dans les paralysies récurrentielles unilatérales et doivent être systématiquement recherchés après pneumomectomie, car des traitements spécifiques peuvent être proposés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Troubles de la déglutition, un point de vue gériatrique.

  • Le gériatre est souvent confronté aux troubles de la déglutition. Les fausses routes donnent des syndromes inflammatoires chroniques, des pneumopathies et décompensations cardiaques aiguës. Il faut détecter le risque, qu'il soit aigu ou dû à une maladie ou déficience chronique. La maladie d'Alzheimer est la situation la plus fréquente: la part volontaire de la mastication et du début de la déglutition est altérée. Les anorexies psychiatriques causent troubles de la déglutition et anorexie. La prise en charge gériatrique est parfois curative mais souvent adaptative ou palliative. Elle ne se limite pas au temps des repas. Il faut d'abord prévenir le grabatisme. L'ergothérapeute veille à un bon positionnement. La diététicienne choisit une alimentation organoleptique et engageante personnalisée. L'orthophoniste éduque aux positions de sécurité et aide à choisir les textures. Selon la clinique une rééducation spécifique peut être indiquée. Les gastrostomies per endoscopiques ne sont guère utilisées que chez les neuro-vasculaires, en tout état de cause elles doivent faire l'objet d'une évaluation du rapport bénéfice/risque, L'approche globale nécessaire devant un trouble de la déglutition chez un patient polypathologique nécessite une culture de l'équipe gérontologique et un diagnostic spécialisé pertinent.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Troubles de la déglutition au cours d'une maladie de Lyme avec atteinte neurologique grave.

  • Un homme de 67 ans, ayant eu une maladie de Lyme avec atteinte neurologique sévère 4 ans auparavant, consulte pour des troubles de la déglutition d'apparition récente. Il s'agit d'une dysphagie aux solides avec une perte de poids. L'imagerie en résonance magnétique montre des hypersignaux multifocaux en T2 dans la substance blanche périventriculaire et dans le tronc cérébral. Les troubles de la déglutition sont évalués par cinéradiographie et manométrie. Un défaut de relaxation du sphincter supérieur de l'oesophage et un retard à l'initialisation du temps pharyngé sont les constatations principales, tandis que la propulsion pharyngée est préservée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Evaluation et traitement des troubles de la déglutition consécutifs à l'intubation trachéale et à la trachéotomie.

  • La déglutition et la respiration sont des fonctions interdépendantes mais bien coordonnées. L'altération d'une des fonctions peut entraîner un dysfonctionnement de l'autre. Cet article décrit les troubles de la déglutition, les effets de l'intubation ou de la trachéotomie et de la ventilation mécanique sur la déglutition. Les explorations et les procédures thérapeutiques des altérations de la déglutition sont développées. Une meilleure compréhension de ces troubles peut améliorer au quotidien la qualité et l'efficacité de l'alimentation orale de ces patients évitant ainsi le risque d'inhalation et de pneumopathie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Amélioration des troubles de la déglutition par l’apomorphine en perfusion sous cutanée au décours de la mise en place d’électrodes de stimulation cérébrale profonde, dans la maladie de Parkinson

  • Les troubles de la déglutition entraînent chez les patients parkinsoniens des pneumopathies d’inhalation dont le pronostic peut être sévère. Ils sont parfois révélés par un sevrage en L-dopa, tout particulièrement après chirurgie pour stimulation cérébrale profonde. Les deux observations rapportées montrent l’intérêt de l’apomorphine sous-cutanée dans cette indication.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Troubles de la déglutition chez les sujets âgés.

  • Troubles de la déglutition chez les sujets âgés. Les troubles de la déglutition, problème fréquent dans la population âgée aux conséquences sévères, sont actuellement mal connus et sous-diagnostiqués. Le vieillissement physiologique s’accompagne de modifications de la déglutition favorisant la survenue de fausses routes. Les causes spécifiques au sujet âgé sont diverses et peuvent parfois être traitées, imposant leur dépistage systématique. Celui-ci repose sur l’interrogatoire associé à l’examen clinique. Le diagnostic des troubles de la déglutition peut être étayé par la vidéofluoroscopie, examen de référence. La prise en charge de ces troubles repose sur des mesures préventives, l’éducation du patient, de sa famille et des intervenants professionnels, et la rééducation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Personnes âgées et troubles de la déglutition: une approche pluridisciplinaire.

  • La presbyphagie est le vieillissement physiologique de la déglutition. Elle n’est donc pas pathologique, mais prédispose aux troubles de la déglutition ou à la dysphagie dont l’incidence est élevée dans la population âgée. Les conséquences de la dysphagie sont multiples et représentent toujours un drame pour les patients. Elles consistent en pneumopathie d’inhalation, dénutrition, déshydratation, isolement social et décès. Un dépistage adéquat doit être réalisé afin de permettre une prise en charge précoce. Le diagnostic est difficile et repose sur l’anamnèse, l’examen clinique et les tests paracliniques. La prise en charge est globale et pluridisciplinaire laissant généralement peu de place aux traitements médicamenteux ou chirurgicaux.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

6/6--Toilette buccale et troubles de la déglutition.

  • Les troubles de la déglutition sont particulièrement fréquents chez les sujets âgés. Ils touchent 10 % à 30 % des personnes âgées vivant à leur domicile et plus de la moitié des personnes institutionnalisées. Ils sont à l'origine de fausses routes qui peuvent entraîner des pathologies respiratoires (broncho-pneumopathies, insuffisances respiratoires chroniques, abcès du poumon, épisodes d'insuffisance respiratoire aiguë voire d'arrêts respiratoires). En présence de troubles de la déglutition, une mauvaise santé orale peut constituer un facteur de risque majeur de pneumopathies d'aspiration. Cependant, il est possible de diminuer significativement le taux de ces affections avec des mesures d'hygiène orale strictes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prévenir les troubles de la déglutition chez les patients présentant des pathologies neurologiques

  • Les troubles de la déglutition en rééducation neurologique sont fréquents et importants. Ils peuvent entraîner des conséquences délétères. Une équipe hospitalière a mené une réflexion pluridisciplinaire pour en prévenir la survenue. Elle expose les pistes de travail envisagées et les grandes orientations de prise en charge.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les troubles de la déglutition du sujet âgé: un problème trop souvent sous-estimé.

  • Les troubles de la déglutition sont fréquents chez le sujet âgé et accompagnent souvent une pathologie organique. Ils peuvent rapidement représenter une menace vitale: fausses routes, pneumopathie d’inhalation, dénutrition, déshydratation. Leur diagnostic est difficile et repose sur l’anamnèse et l’examen clinique associés aux examens paracliniques. Leur prise en charge est globale et pluridisciplinaire laissant peu de place aux traitements médicamenteux ou chirurgicaux.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les troubles de la déglutition chez le sujet âgé

  • Les troubles de la déglutition sont fréquents chez les personnes âgées et peuvent entraîner de graves conséquences en termes de morbidité et de mortalité

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov