Troubles de la communication [ Publications ]

troubles de la communication [ Publications ]

Publications > troubles de la communication

  • Introduction. La pragmatique étudie l'adaptation et la pertinence du langage conversationnel qui peuvent être perturbées même si les fonctions phonologique, syntaxique et sémantique envisagées isolément apparaissent normales. En neuropsychologie de l'adulte, les travaux déjà publiés s'intéressant aux désordres de la fonction pragmatique du langage ne concernent que des sujets ayant des lésions frontales. Méthodes. Nous rapportons le cas d'un patient droitier dont les troubles du langage initiaux réalisant un tableau d'aphasie dissidente en rapport avec un hématome capsulo-lenticulaire gauche se sont progressivement améliorés pour laisser place à des troubles du discours conversationnel qui ont été analysés selon des indices pragmatiques en situation d'interview libre ou dirigée. Résultats. Les résultats ont montré qu'il n'existait de différence entre les deux types d'interview que pour les seuls phénomènes de non-contingences significativement plus nombreux en interview dirigée. Une comparaison effectuée avec le discours de cinq sujets témoins confrontés à des situations identiques a mis en évidence des différences hautement significatives concernant les proximités lexicales originales, les phénomènes de non-contingences et les marqueurs de gêne absents du discours des témoins. Discussion et conclusion. Les troubles pragmatiques de la conversation remarqués notamment en situation d'interview dirigée chez ce patient ont pour certains auteurs été mis en relation avec l'existence d'un dysfonctionnement des fonctions exécutives décrit également dans cette observation. L'existence de difficultés pour s'adapter aux contraintes conversationnelles du contexte d'interview pourrait par conséquent également relever d'une disconnexion fronto-sous-corticale en rapport chez ce patient avec l'existence d'une lésion capsulo-lenticulaire gauche.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les troubles de la communication chez les schizophrènes. Explication cognitive et relecture clinique.

  • La définition des troubles de la communication des patients schizophrènes pose de nombreux problèmes (liés en partie au flou descriptif du syndrome de dissociation mentale de Bleuler) et conduit aujourd'hui à abandonner ces signes, considérés comme peu spécifiques, au profit de symptômes de définition plus aisée. Pourtant, les cliniciens français continuent à utiliser le concept de «dissociation» pour porter le diagnostic de schizophrénie, fidèles en cela à l'enseignement de Bleuler selon lequel la communication de ces patients serait très spécifique. Cet article se propose de renouer avec la logique de Bleuler en proposant des hypothèses de dysfonctionnements cognitifs sous-tendant les expressions symptomatiques des troubles de la communication de ces malades et en montrant comment, à partir de ces hypothèses, une relecture plus spécifique de la clinique des troubles du langage, de la pensée et de la communication est possible.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Douleur, personnes âgées et troubles de la communication verbale

  • La prévalence de la douleur augmente avec le vieillissement et les polypathologies. Les soins et les mobilisations sont souvent des facteurs déclenchants : pansements, injections, perfusions, toilettes, changes, transferts, marche, repas... Quels outils utiliser alors lorsque la parole fait défaut ? Quels enjeux en gériatrie pour le patient et les soignants ? Comment orienter nos observations ou des troubles du comportement vers la douleur, l’anxiété ou la démence ?

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov