Trouble dysphorique premenstruel [ Publications ]

trouble dysphorique premenstruel [ Publications ]

Publications > trouble dysphorique premenstruel

  • Le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM) correspond à une forme sévère du syndrome prémenstruel (SPM) avec au premier plan des symptômes psychiatriques. L'incidence se situe autour de 3 à 8 % des femmes en âge de procréer. Les caractéristiques essentielles sont une humeur dépressive, une anxiété et une labilité émotionnelle marquées, ainsi qu'une diminution de l'intérêt pour les activités, se manifestant pendant la phase lutéale et cessant dans la phase folliculaire du cycle menstruel. Plusieurs facteurs sont impliqués dans la genèse du trouble, à la fois neurobiologiques et psychiobiologiques touchant le métabolisme de la sérotonine et de la mélatonine. Plusieurs thérapies ont été proposées. Les plus efficaces semblent s'avérer celles qui concernent les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (SSRI).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le trouble dysphorique prémenstruel: diagnostic et stratégie thérapeutique.

  • Le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM) est une forme sévère du syndrome prémenstruel (SPM) avec au premier plan des symptômes psychiatriques, survenant durant la dernière semaine de la phase lutéale et s'améliorant au début de la phase folliculaire. Les caractéristiques essentielles du TDPM sont : une humeur dépressive, une anxiété et une labilité émotionnelle marquées, ainsi qu'une diminution de l'intérêt pour les activités de la vie quotidienne. Le TDPM est une entité clinique notoirement difficile à traiter. A l'heure actuelle, nous disposons cependant de différentes options thérapeutiques efficaces. La mise en place d'une stratégie thérapeutique bien définie, intégrant les différents traitements, permet en effet de soulager la grande majorité des femmes de leurs symptômes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov