Trismus [ Publications ]

trismus [ Publications ]

Publications > trismus

  • La vaccination antitétanique, obligatoire en France avant l'age de 18 mois, est en règle générale bien tolérée. Fièvre et réaction inflammatoire au point d'injection sont les effets indésirables les plus fréquents. Nous rapportons une observation de trismus postvaccinal. Observation. - Un garçon de 12 ans a été hospitalisé pour un trismus apparu 22 heures après une injection de rappel de vaccin tétanos-polio. La contracture des masticateurs qui se prolongeait depuis une dizaine d'heures était importante, symétrique, au point de gêner l'élocution et de rendre impossible toute alimentation. Elle s'accompagnait d'un décalage thermique et d'une hypertonie des membres inférieurs. Le trismus a disparu 5 minutes environ après une injection intraveineuse de diazépam. L'examen de la cavité buccale permettait alors d'exclure toute cause locale. L'évolution était simple et l'examen de l'enfant normal 6 mois plus tard. Discussion. - Bien que cette complication ne soit pas publiée, 13 observations comparables ont été notifiées au laboratoire fabriquant le vaccin au cours des 12 dernières années, période au cours de laquelle 66 millions de doses ont été distribuées. Quatre vaccins sont incriminés, ayant la valence tétanique en commun. Le trismus touche plus volontiers des adultes lors de rappels. Le délai d'apparition varie de quelques heures à 15 jours. L'évolution est constamment bénigne. Conclusion. - Cet événement postvaccinal, qui semble rare et demeure inexpliqué à ce jour, gagne à être connu des prescripteurs.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Trismus, syndrome pseudobulbaire et thrombose veineuse profonde cérébrale.

  • Nous rapportons une observation de thrombose veineuse cérébrale profonde, se singularisant du point de vue clinique par l'existence d'un syndrome pseudo-bulbaire avec trismus majeur, de mouvements bilatéraux balliques et athétosiques et d'un syndrome cérébelleux statique. Une telle symptomatologie n'a pas été observée dans la littérature, où il est fait état seulement d'un cas de mouvements anormaux et de deux observations de syndrome cérébelleux. L'évolution clinique relativement favorable de ce cas par rapport à ceux de la littérature s'explique peut-être par le respect partiel des veines cérébrales internes et la mise en route assez précoce du traitement anticoagulant. Le scanner cérébral précoce retrouve une hyperdensité spontanée de la tente du cervelet et de la faux du cerveau réhaussée par le produit de contraste. Cet aspect au niveau de la faux du cerveau peut orienter en urgence vers le diagnostic car il est constaté dans 19 des 22 cas détaillés de thrombose veineuse cérébrale profonde.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Trismus révélant une maladie de Horton.

  • Les auteurs rapportent un cas de maladie de Horton avec trismus et œdème de l'hémiface dans un contexte fébrile. Après régression spontanée de ces manifestations, l'apparition de signes plus typiques permet d'évoquer le diagnostic de maladie de Horton, qui sera confirmé histologiquement. Il semble donc important d'évoquer une artérite temporale devant un tableau de trismus, notamment s'il est fébrile, quels que soient les antécédents retrouvés à l'interrogatoire, cette manifestation pouvant être inaugurale ou isolée. Le Doppler révèle des anomalies de flux des branches superficielles de la carotide externe. L'examen des artères faciales, temporales et maxillaires internes a une bonne valeur prédictive négative dans cette pathologie. Il pourrait être utile dans la surveillance thérapeutique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le trismus néonatal

  • Le trismus est dû à une contracture réflexe des muscles élévateurs de la mandibule. Il est rarement observé en période néonatale et il peut alors s'intégrer dans le cadre de certains syndromes malformatifs.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov