Toxocarose [ Publications ]

toxocarose [ Publications ]

Publications > toxocarose

  • Le toxocara canis est un parasite de la famille des nématodes qui peut, par une contamination accidentelle liée au « péril fécal », donner des manifestations générales et oculaires. Les atteintes oculaires de l'adulte sont rares et particulièrement trompeuses. Nous rapportons le cas d'un adulte présentant une toxocarose oculaire à granulome postérieur papillaire avec une panuvéite dense, négatif pour le sérodiagnostic spécifique. La réalisation d'un test ELISA par antigènes homologues de toxocara canis sur l'humeur aqueuse a permis de faire le diagnostic formel. Ainsi, le sérodiagnostic seul ne suffit en aucun cas pour exclure le diagnostic car il peut être faussement négatif. Un prélèvement d'humeur aqueuse avec sérologie spécifique ainsi qu'une cytologie à la recherche d'une hyperéosinophilie constitue les examens déterminants pour poser le diagnostic Le traitement corticostéroïde systémique a permis le contrôle de l'uvéite de ce patient mais l'état initial compliqué d'une intense prolifération vitréorétinienne a abouti à un décollement de rétine tractionnel du pôle postérieur. L'imagerie occupe une place grandissante dans le diagnostic avec notamment la biomicroscopie a haute fréquence qui semblerait être un examen de sensibilité et de spécificité intéressantes. Une nouvelle approche thérapeutique par la chirurgie du granulome par vitrectomie postérieure semble donner de bons résultats et permet en plus une confirmation du diagnostic par analyse histologique du granulome.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Myotomie pour hypertrophie musculaire avec infiltration à éosinophiles de l'oesophage associée à une toxocarose et révélée par un trouble moteur oesophagien.

  • Nous rapportons le cas d'un homme de 61 ans porteur d'une œsophagite à éosinophiles avec trouble moteur œsophagien associé à une toxocarose. Il présentait des douleurs pseudo-angineuses associées à une hyperéosinophilie amenant à diagnostiquer une toxocarose. Les douleurs persistaient malgré le traitement de la toxocarose. La manométrie œsophagienne basale était normale mais la manométrie-pHmétrie holter œsophagienne montrait un aspect de maladie des spasmes diffus. L'échoendoscopie montrait un épaississement de la musculeuse des deux tiers inférieurs de l'œsophage. Après l'échec d'un traitement par cromoglycate de sodium, d'une corticothérapie et d'une dilatation œsophagienne, les inhibiteurs calciques n'avaient qu'une efficacité partielle. Une longue myotomie œsophagienne était alors réalisée permettant la disparition des symptômes. L'examen histologique d'une biopsie des berges de la myotomie montrait une infiltration éosinophilique de la musculeuse œsophagienne. Cette observation amène à discuter du lien éventuel entre la toxocarose. le trouble moteur œsophagien et l'infiltration éosinophilique de la musculeuse œsophagienne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Premier cas de toxocarose humaine (?) à localisation circulatorie de vers adultes, dépistée par la présence d'oeufs embryonnés à l'hémolyse concentration.

  • A l'occasion d'une recherche de microfilaires Loa loa par hémolyse concentration sanguine chez un Camerounais présentant une hyperéosinophilie, des œufs d'ascaridés évoquant la morphologie de Toxocara canis ou T. cati sont découverts et retrouvés en nombre variable lors de six recherches successives dans les sept semaines suivantes. Ces œufs mesurant de 100 à 112 μ×75 à 100 μ sont embryonnés à divers stades allant pour certains jusqu'à l'éclosion observée sous le microscope, libérant des larves de 437 à 504 μ. Ces phénomènes font supposer l'existence de vers adultes dans un biotope riche en oxygène du système circulatoire (ventricule gauche ?). L'existence d'un incident pulmonaire (épanchement pleural) est difficile à mettre au compte certain de la parasitose (3 % de polynucléaires éosinophiles seulement dans le liquide de l'épanchement). Des traitements par thiabendazole (pour cure d'une anguillose associée) et diéthylcarbamazine sont bien tolérés, le premier s'avérant limité voire nul sur «l'ascaridiose sanguine» alors que le second entraîne la disparition définitive des œufs dans les prélèvements de sang effectués à six reprises jusqu'au sixième mois.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Toxocarose canis. Deux cas de granulome périphérique chez l'adulte.

  • Bases Nous présentons deux cas de toxocarose canis oculaire survenant chez des adultes avec une localisation périphérique du foyer. Méthodes A propos de ces deux cas, les auteurs rappellent la difficulté du diagnostic biologique. La sérologie est un examen souvent peu contributif la PCA et/ou l'étude du vitré permet grâce à la réaction ELISA par antigènes homologues de Toxocara canis un diagnostic de certitude, ce qui a été le cas dans nos deux observations. De même, la présence d'éosinophiles ou IgE dans le segment antérieur et/ou dans le vitré a une grande valeur d'orientation diagnostique. Résultats Le traitement a consisté en une corticothérapie par voie générale et cryothérapie du granulome associées à une vitrectomie et pour un cas une indentation en raison de la survenue d'un décollement de rétine tractionnel, avec à distance un pelage d'une membrane épirétinienne. Aucun traitement antihelminthique n'a été instaure. Le résultat fonctionnel et anatomique a été satisfaisant dans les deux cas (8/10-P2 et 6/10-P2). Conclusion Le diagnostic de Toxocarose canis basé sur une évocation clinique est un diagnostic biologique rendu plus facile grâce à l'apport de la technique ELISA.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La toxocarose.

  • Une zoonose parasitaire cosmopolite La toxocarose est une des parasitoses autochtones les plus répandues. C'est une affection due à la présence dans l'organisme de larves de nématodes du genre Toxocara, qui est à l'origine de syndrome cliniques variés. Transmise par les chiens et plus rarement les chats, la contamination se fait par ingestion d'oeufs embryonnés déposés sur le sol (déjections d'animaux). Polymorphisme clinique Les formes cliniques sont aspécifiques mais fréquentes et variées (neurologiques, ophtalmologiques, pulmonaires, cutanées et quelquefois rhumatologiques). Pour le diagnostic Il y aura présomption diagnostique devant une hyperéosinophilie, témoignage d'une toxocarose évolutive. Cependant, cette élévation est peu spécifique et se retrouve dans de nombreuses autres parasitoses. C'est pourquoi le diagnostic doit être posé à l'aide d'un test ELISA IgC confirmé par un Western Blot. Plutôt prévenir Le traitement, à l'heure actuelle, ne repose sur aucun consensus , néanmoins, certaines données sont disponibles dans la littérature. La prophylaxie semble être la meilleure arme contre cette affection qui reste encore méconnue.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La toxocarose: une pathologie sous-estimée. A propos de 9 cas.

  • R É S U M É La toxocarose ou syndrome de larva migrons viscérale est une parasitose résultant de la migration dans l'organisme humain d'ascaris d'animaux en impasse parasitaire. Son importance est sous-estimée et le nombre de cas publiés en Tunisie est rare. Nous rapportons, dans ce travail, neuf cas de toxocarose, colligés entre janvier 2000 et mars 2002, au Laboratoire de Parasitologie-Mycologie de l'EPS La Rabta. Il s'agit de six enfants et de trois adultes. Le diagnostic a été suspecté devant des manifestations oculaires (5 cas), un syndrome général (1 cas), des oedèmes (1 cas) et une hyperéosinophilie sanguine de découverte fortuite (2 cas), et confirmé par la mise en évidence dons le sérum du malade d'Anticorps anti-Toxocara canis par la technique ELISA. Deux parmi les cinq patients présentant une atteinte oculaire ont bénéficié également d'une recherche d'Anticorsps spécifiques, au niveau des humeurs aqueuse et vitrée, qui s'est révélée positive. La larva migrons viscérale est une pathologie à laquelle il faut penser pour éviter les éventuelles lésions séquellaires, particulièrement dans sa forme oculaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Endocardite fibroblastique de Löffler. A propos d'un cas compliquant une toxocarose.

  • Nous rapportons l'observation d'une endocardite fibroblastique de Lôffler apparue au décours d'une toxocarose. Alors que l'infestation par Toxocara canis est le plus souvent asymptomatique, nous décrivons une rarissime atteinte cérébrale associée à une endocardite de Lôffler symptomatique. Il s'agit d'une forme exceptionnelle de cardiopathie restrictive constamment associée à une hyperéosinophilie prolongée. Aux signes classiques d'insuffisance cardiaque s'ajoute parfois un tableau aigu fébrile mimant une maladie de système. L'échocardiographie aide au diagnostic en montrant un comblement d'un ou des deux apex ventriculaires par une fibrose endomyocardique et un thrombus adhérant. La prise en charge de l'insuffisance cardiaque doit être associée chaque fois que possible au traitement étiologique de l'hyperéosinophilie. À un stade évolué, seule une décortication endocardique est susceptible d'améliorer la symptomatologie et le pronostic des patients. Arch Mal Coeur 2001, 94: 226-30.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Toxocarose : une maladie négligée en Suisse ?

  • La toxocarose est une zoonose liée à l’infection de l’homme par Toxocara canis et Toxocara cati. Sa prévalence est élevée dans les zones tropicales, mais également dans les pays industrialisés, notamment dans les zones rurales. La plupart des formes sont asymptomatiques, se révélant par la présence d’une éosinophilie. Une dissémination, syndrome de larva migrans viscérale, et une atteinte oculaire, syndrome de larva migrans oculaire, sont les deux principaux syndromes. Le diagnostic de la toxocarose repose sur la présence d’une symptomatologie compatible, d’une éosinophilie et d’une sérologie positive. Le traitement de choix est l’albendazole, associé aux corticostéroïdes en cas d’atteinte sévère. Nous présentons trois cas de toxocarose, afin d’illustrer la présentation, le diagnostic et la prise en charge de cette infection méconnue.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Toxocarose et troubles fonctionnels intestinaux. Présentation de 4 cas.

  • Nous rapportons 4 observations d'adultes présentant des troubles fonctionnels intestinaux n'ayant été que tardivement rapportés à une toxocarose et dont le traitement a permis la guérison. Une hyperéosinophilie n'était présente que dans 3 cas. Ces observations montrent que la toxocarose ne se limite plus à ses deux expressions classiques (syndrome de larva migrans viscérale et toxocarose oculaire) et qu'il faut savoir l'évoquer, la confirmer et la traiter en cas de troubles fonctionnels intestinaux résistant aux traitements classiques. Ceci permet de raccourcir le délai diagnostic (14 mois en moyenne chez nos malades) ce qui semble être un facteur essentiel d'efficacité thérapeutique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Toxocarose oculaire. Acquisitions diagnostiques et thérapeutiques.

  • Cas d'un patient de 6 ans avec un granulome du pôle postérieur et une hyalite. Les tests immunologiques sont négatifs dans le sérum et positifs dans le vitré. On constate de nombreux éosinophiles et des plasmocytes dans le vitré. Les IgE sont augmentés dans l'humeur aqueuse et le vitré. Le traitement par les corticoïdes s'avère inefficace, la vitrectomie se révèle être par contre bénéfique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Diagnostic différentiel entre rétinoblastome et toxocarose oculaire.

  • Les auteurs concluent à la nécessité d'inclure dans la mise au point préopératoire des tests plus invasifs tels que la ponction de chambre antérieure pour le dosage des lacticodéshydrogénases ou la ponction du vitré pour examen cytologique, du moins pour les cas difficiles avec un test ELISA positif.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les formes rhumatologiques de la toxocarose (Larva Migrans viscérale). A propos de 2 cas.

  • La toxocarose est dûe à la présence chez l'homme de larves d'ascaris du chien ou plus rarement d'autres animaux. Les auteurs rapportent une forme articulaire (oligoarthrite aiguë) et une forme musculaire (myalgies inflammatoires avec augmentation des enzymes musculaires) et rappellent la forme mineure de cette maladie, endémique en France.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La chorioretinite pseudo-tumorale chez l'adolescent. Observation clinique: à propos d'un cas de toxocarose oculaire et revue de la littérature.

  • Seule la ponction de la chambre antérieure avec établissement du rapport de Witmer pourra regrouper toutes les formes oculaires de toxocarose, souvent sans diagnostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov