Toxidermies [ Niveau Expert ]

toxidermies [ Niveau Expert ]

Expert > toxidermies

  • \L'allopurinol (inhibiteur de la xanthine oxydase) est notamment indiqué dans le traitement des hyperuricémies symptomatiques et dans le traitement de la goutte. Il s'agit d'un produit ancien, commercialisé depuis plus de 40 ans. Il est connu comme étant la première cause de toxidermies bulleuses graves en Europe et l'un des premiers pourvoyeurs de syndromes d'hypersensibilité médicamenteuse (DRESS - drug rash with eosinophilia and systemic symptoms). La persistance de signalements d'effets indésirables cutanés graves a conduit l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) à analyser les observations qui lui ont été transmises sur une période récente (2008-2010). Au total, plus de la moitié des cas signalés au cours de ces 3 ans - soit 60 % d'entre eux - étaient jugés évitables du fait d'une indication non justifiée. L'Agence souhaite donc rappeler, au travers d'une lettre diffusée aux professionnels de santé, la nécessité de bien respecter les indications de l'allopurinol, notamment, de ne pas instaurer ce traitement en cas d'hyperuricémie asymptomatique, d'augmenter progressivement les posologies d'allopurinol lors de son instauration et d'informer les patients de la nécessité d'arrêter immédiatement le traitement par allopurinol en cas de survenue d'une éruption cutanée ou d'autres signes d'hypersensibilité...\

  • Source : ansm.sante.fr

Toxidermies

  • Réactions cutanées provoquées par l'ingestion, l'administration parentérale ou l'application locale d'un médicament. Ces réactions peuvent produire différents types de lésions. Les Exanthèmes maculo-papuleux sont les plus fréquents de toutes les réactions cutanées aux médicaments. 7 à 30 jours après la prise médicamenteuse dans le cas d un sensibilisation primaire ou 3 à 5 jours en cas de réintroduction, l exanthème qui peut s accompagner de fièvre prend des aspects varié : rubelliformes, scarlatiniformes ou morbilliformes voire des éruptions à petites papules urticariforme. Chez l enfant en cas d infection associée il est parfois difficile d établir avec certitude la responsabilité du médicament ou de l infection. Les Erythèmes Pigmentés Fixes surviennent rapidement après une prise médicamenteuse sur les mêmes sites lors de chaque prise du médicament. Les lésions aiguës sont des plaques érythèmateuses et oedèmateuses bien définies de couleur rouge sombre ou brun. Celles-ci sont parfois surmontées d'une bulle. Le nombre de sites touchés peut augmenter à chaque réaction. Eruptions urticariennes : certeins urticaires ont une origine toximédicamenteuse Toxidermies bulleuses : Le syndrôme de Lyell d'origine médicamenteuse peut éventuellement être considéré comme la variante la plus étendue et sérieuse de l'éruption érythématobulleuse.

  • Source : dermis.net

Toxidermies - In La Revue de Médecine Interne, Volume 36, Issue 4, April 2015, Pages 256u2013270

  • Les toxidermies correspondent aux effets indésirables médicamenteux à expression cutanéo-muqueuse. Elles présentent une grande variabilité sémiologique, non spécifique de l étiologie médicamenteuse. L exanthème maculo-papuleux est la présentation la plus fréquente suivie de l urticaire et des vascularites. L érythème pigmenté fixe est une toxidermie plus rare dans les pays occidentaux. La fréquence des formes sévères (décès, séquelles graves) est de 2 % : toxidermies bulleuses (syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique ou syndrome de Lyell), DRESS (drug reaction with eosinophilia and systemic symptoms ou syndrome d hypersensibilité), pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG). Elles doivent être rapidement identifiées afin d orienter la prise en charge...

  • Source : sciencedirect.com

La vignette diagnostique de l'étudiant. Le spectre des toxidermies

  • Les toxidermies représentent l'ensemble des réactions médicamenteuses indésirables au niveau de la peau. Ces «maladies du progrès médical» sont des pathologies fréquentes, touchant près de 2% des patients sous traitement. Tout diagnostic de présomption est fondé sur un faisceau d'arguments codifiés. Ces maladies cutanées induites par les médicaments sont diverses. Elles sont initialement reconnues par l'expérience personnelle du médecin. Cependant, leur attribution à un médicament spécifique découle de l'expérience collective dérivant des évidences publiées. L'aspect histopathologique est souvent évocateur ou probant. Certaines toxidermies ont un décours indolent, alors que d'autres grèvent de manière sévère le pronostic vital.

  • Source : rmlg.ulg.ac.be

Dermatoses Bulleuses Toxiques CCR2A. Toxidermies sévères - Centre de Compétence Rhône-Alpes Auvergne

  • Le Centre de compétence régional sur les « Toxidermies sévères » a été créé dans le cadre du plan national « maladies rares » et opère sous la responsabilité du centre national de référence (Pr JC Roujeau, Hop Henri Mondor, Créteil). Maladies concernées. - Nécrolyse épidermique (Syndromes de Lyell et de Stevens-Johnson), - Syndrome d'hypersensibilité (DRESS), - Pustulose exanthématique aigue généralisée , - Erythème pigmenté fixe bulleux, - Erythème polymorphe majeur, - Dermatose bulleurse à IgA linéaire médicamenteuse, - Autres manifestations cutanées graves au xmédicaments. ...

  • Source : allergo.lyon.inserm.fr

Item 181 - Iatrogénie. Diagnostic et prévention. Toxidermies ou réactions cutanées médicamenteuses

  • objectif pédagogique, toxidermies érythémateuses (aspects cliniques, diagnostic différentiel), autres toxidermies bénignes (urticaire, photosensibilité), érythème pigmenté fixe (pathognomonique d'une toxidermie, évolution, localisation préférentielle), toxidermies graves (angioedème et choc anaphylactique, toxidermies pustuleuses, syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse ou syndrome DRESS, syndromes de Stevens-Johnson et de Lyell), diagnostic de cause/imputabilité (imputabilité chronologique, imputabilité extrinsèque : notoriété)

  • Source : em-consulte.com

Toxidermies systémiques : quand la peau est le miroir de réactions médicamenteuses - In La Revue de la Médecine Générale n° 331, mars 2016

  • Les réactions cutanées sont nombreusesnet parfois difficiles à identifier.nDe nombreux médicamentsnpeuvent en être la cause. Certainesnauront une origine allergique (minorité).nIl est important de bien décrirenles lésions, de rechercher lesnsignes d atteinte systémique, etnd éliminer tous les médicamentsnpotentiellement incriminés...

  • Source : ssmg.be

Centre de Référence - Toxidermies Dermatoses bulleuses toxiques et auto-immunes

  • L'objectif du centre de référence est : rnrnAméliorer le diagnostic et la prise en charge précoce de ces manifestations cutanées rnCréer un réseau national de prise en charge rnFavoriser la recherche clinique et fondamentale rnInstituer et favoriser une collaboration européenne et internationale rnDiffuser les connaissances sur ces maladies auprès des professionnels de santé et du grand public rnPrendre en charge les séquelles mineures ou majeures de ces pathologies ,

  • Source : dermatosebulleuse.fr

Les toxidermies médicamenteuses

  • Les toxidermies sont des effets indésirables médicamenteux fréquents et potentiellement graves. Dans cette revue, nous allons développer les principaux tableaux cliniques, la démarche de l'identification de la molécule causale (critères d'imputabilité intrinsèque et extrinsèque) ainsi que la procédure de notification de l'effet indésirable (pharmacovigilance) indispensable en cas de toxidermie sévère ou inattendue afin de permettre une meilleure identification des classes thérapeutiques à risque.

  • Source : revmed.ch

Item 181 : Iatrogénie. Diagnostic et prévention. Toxidermies ou réactions cutanées médicamenteuses

  • toxidermies érythémateuses (exanthèmes maculo-papuleux), autres toxidermies bénignes, érythème pigmenté fixe, toxidermies graves, diagnostic de cause/imputabilité

  • Source : campus.cerimes.fr

Toxidermies

  • Le terme de « toxidermie » est impropre et doit être remplacé par « réaction cutanée aux médicaments » , il désigne l'ensemble des effets secondaires cutanés, muqueux et phanériens des médicaments.

  • Source : therapeutique-dermatologique.org