Thromboembolie [ Niveau Expert ]

thromboembolie [ Niveau Expert ]

Expert > thromboembolie

  • \La thromboembolie veineuse (TEV) englobe les thromboses veineuses profondes (TVP) et les embolies pulmonaires (EP). La TEV figure parmi les principales causes de décès par maladie vasculaire. Le traitement standard de la TEV consiste en une anticoagulation dont la durée de traitement est déterminée en fonction du diagnostic, des causes de l\ événement indésirable (soit TEV provoquée ou idiopathique) et du risque de saignement. En général, sauf pour les patients atteints de cancer ou les patientes enceintes, les anticoagulants oraux directs (ACOD) représentent les options thérapeutiques à privilégier par rapport aux autres anticoagulants, dont les antagonistes de la vitamine K (AVK). Les AVK, quant à eux, sont préférables aux héparines de faible poids moléculaire. Pour les patients qui nécessitent une anticoagulation qui se prolonge au-delà de la durée de traitement initiale de trois mois, on recommande la poursuite du même anticoagulant, ce qui entraîne néanmoins une augmentation du risque de saignement. L\ aspirine pourrait le remplacer, mais seulement pour les patients qui refusent le traitement anticoagulant...\

  • Source : pharmactuel.com

Portrait de l usage des anticoagulants et facteurs associés au choix de ceux-ci pour le traitement de la thromboembolie veineuse

  • Depuis déjà quelques années au Canada, l arrivée progressive de nouveaux anticoagulants oraux (NACO) propose des options dans le traitement de la thromboembolie veineuse (TEV). Le rivaroxaban, le premier NACO approuvé pour cette indication, possède des caractéristiques différentes des antagonistes de la vitamine K (AVK), les seuls agents anticoagulants oraux disponibles jusqu à ce jour. Dans la littérature scientifique actuelle, peu de données sont disponibles sur le rivaroxaban et aucune étude n a été identifiée concernant l usage de ce médicament en contexte réel de soins de santé. Or, les objectifs de cette étude étaient de décrire le portrait de l usage des anticoagulants pour le traitement initial et subséquent de la TEV au CHUS depuis l introduction du rivaroxaban au formulaire thérapeutique de cet établissement et dans un deuxième temps, à identifier les facteurs associés au choix de l anticoagulant oral prescrit pour le traitement subséquent de la TEV.

  • Source : savoirs.usherbrooke.ca

L'héparine non fractionnée sous-cutanée pour le traitement initial de la thromboembolie veineuse

  • ContextenLa thromboembolie veineuse (TEV) est une pathologie dans laquelle un caillot de sang se forme dans les veines profondes (le plus souvent de la jambe) et peut se déplacer et aller bloquer les artères des poumons (une affection potentiellement mortelle connue sous le nom d'embolie pulmonaire). Le traitement de la TEV nécessite des injections d'un médicament appelé héparine, qui empêche la formation de nouveaux caillots. L'héparine se présente sous deux formes : l'héparine non fractionnée (HNF) et l'héparine de bas poids moléculaire (HBPM). L'HNF peut être administrée par perfusion intraveineuse (IV) continue ou intermittente sous la forme d'une injection sous la peau (sous-cutanée), tandis que l'HBPM est injectée par voie sous-cutanée. Cette revue mesure les effets de l'HNF sous-cutanée comparée à l'HNF en IV et l'HBPM pour la prévention des récurrences des caillots sanguins, des décès et des saignements majeurs. Cet article est une mise à jour d'une revue publiée en 2009.

  • Source : cochrane.org

Durée du traitement par les antagonistes de la vitamine K et prévention de la récidive chez les patients atteints de thromboembolie veineuse

  • Contexte : nnActuellement, le traitement secondaire le plus fréquemment utilisé pour les patients présentant une thromboembolie veineuse (TEV) consiste à administrer des antagonistes de la vitamine K (AVK) ciblant un rapport international normalisé (RIN) de 2,5 (plage de 2,0 à 3,0). Cependant, en raison du risque permanent d'hémorragie et de l'incertitude concernant le risque de récidive de TEV, la bonne durée de traitement par AVK pour ces patients fait débat. Plusieurs études ont été réalisées comparant les risques et les bénéfices de différentes durées de traitement par AVK chez des patients atteints de TEV. Ceci est la troisième mise à jour d'une revue publiée pour la première fois en 2000.nObjectifs : nnÉvaluer l'efficacité et la sécurité de différentes durées de traitement par les antagonistes de la vitamine K chez des patients atteints de thromboembolie veineuse symptomatique

  • Source : cochrane.org

Utilisation des contraceptifs oraux contenant de la drospirénone et risque de thromboembolie veineuse : actes du consensus du 9 juin 2011

  • L'utilisation des contraceptifs oraux combinés (COC) est reconnue comme augmentant le risque de thromboembolie veineuse (TEV)[14,15]. Par risque de TEV, on entend le risque de thrombose veineuse profonde (TVP) avec ou sans embolie pulmonaire (EP). Les TEV sont associées à un risque de décès d'environ 1-2 %[16] et, de ce fait, interpellent le public, les médecins et les autres professionnels de la santé. Afin de permettre une discussion scientifique ouverte sur le lien entre le risque de TEV et l'utilisation de COC contenant de la drospirénone, l'Institut a organisé une rencontre de professionnels et médecins de disciplines diverses (épidémiologie, hématologie, gynécologie, planning familial et santé publique) afin de discuter de l'état des connaissances sur le sujet

  • Source : inspq.qc.ca

Traitement initial et préventif secondaire d une thromboembolie veineuse symptomatique - Intérêt de l édoxaban?

  • Contexte: En cas de thrombose veineuse profonde (TVP) proximale ou d embolie pulmonaire (EP), c est classiquement une héparine de bas poids moléculaire (HBPM) en SC qui était recommandée avec un relais par antagoniste de la vitamine K (AVK). Une anticoagulation par un nouvel anticoagulant oral non antagoniste de la vitamine K a été plus récemment proposée comme alternative pour le traitement aigu comme pour le traitement intermédiaire. L édoxaban est le quatrième nouvel anticoagulant oral (NAO), après le rivaroxaban, le dabigatran et l apixaban, à avoir été évalué pour le traitement aigu et la prévention des récidives d une thromboembolie veineuse post thromboembolie veineuse. L édoxaban est-il plus performant qu un autre anticoagulant oral dans cette indication?

  • Source : minerva-ebm.be

Santé Canada examine le risque de thromboembolie veineuse en rapport avec les contraceptifs oraux (Yasmin et Yaz) contenant de la drospirénone - Health Canada reviewing safety of drospirenone-containing oral contraceptives (Yasmin and Yaz) and risk of venous thromboembolism

  • Santé Canada examine présentement deux nouvelles études récemment publiées dans le British Medical Journal qui suggèrent que le risque de formation de caillots sanguins associé à l'utilisation des contraceptifs oraux contenant de la drospirénone peut être de deux à trois fois plus élevé qu'avec les contraceptifs oraux contenant un autre type de progestine (lévonorgestrel)...

  • Source : healthycanadians.gc.ca

L'héparine de bas poids moléculaire pour la prévention de la thromboembolie veineuse chez l'adulte ayant les jambes immobilisées dans un cadre ambulatoire

  • Contexte : nnL'immobilisation de la jambe est associée à la thromboembolie veineuse (TEV). L'héparine de bas poids moléculaire (HBPM) est un traitement anticoagulant qui pourrait être utilisé chez les patients adultes ayant les jambes immobilisées afin de prévenir la thrombose veineuse profonde (TVP) et ses complications. Ceci est une mise à jour de la revue publiée pour la première fois en 2008.nObjectifs : nnÉvaluer l'efficacité de l'héparine de bas poids moléculaire dans la prévention de la thromboembolie veineuse chez les patients ayant les jambes immobilisées dans un cadre ambulatoire.n

  • Source : cochrane.org

Interventions pour prévenir la survenue d'une thromboembolie veineuse chez les adultes subissant une arthroscopie du genou

  • L'arthroscopie du genou est une procédure chirurgicale fréquente. Par ailleurs, ces procédures sont peu effractives. Cependant, certains patients auront besoin d'un temps opératoire prolongé, souffriront de lésions et seront immobilisés, augmentant ainsi le risque de survenue d'événements thromboemboliques. Il est indiqué que l'incidence de la thrombose veineuse profonde (TVP) chez les patients subissant une arthroscopie du genou varie de 0,6 % à 17,9 % en fonction de la méthode de diagnostic utilisée. Il existe différentes approches relatives à la thromboprophylaxie (mécanique ou pharmacologique).

  • Source : cochrane.org

Interventions pour la mise en place d'une thromboprophylaxie chez les patients hospitalisés pour des soins médicaux et une opération et présentant un risque de thromboembolie veineuse

  • Évaluer les effets d'interventions conçues pour augmenter la mise en place d'une thromboprophylaxie chez les patients adultes hospitalisés pour des soins médicaux et une opération et présentant un risque de thromboembolie veineuse (TEV) évalués en termes de : 1. Augmentation de la proportion de patients qui reçoivent une prophylaxie et une prophylaxie adaptée 2. Réduction du risque de TEV symptomatique 3. Réduction du risque de TEV asymptomatique 4. Sécurité de l'intervention.

  • Source : cochrane.org

Utilisation d'inhibiteurs directs de la thrombine versus des antagonistes de la vitamine K ou de l'héparine de bas poids moléculaire pour prévenir la thromboembolie veineuse suite à une arthroplastie totale de la hanche ou du genou

  • Les patients qui ont subi une arthroplastie totale de la hanche ou du genou (ATH, ATG) présentent un risque élevé de développer une thromboembolie veineuse (TEV) suite à une chirurgie, malgré l'administration d'un traitement approprié par anticoagulants, tel que la warfarine ou l'héparine de bas poids moléculaire (HBPM). Actuellement, de nouveaux anticoagulants sont à l'étude.

  • Source : cochrane.org

Interventions pour prévenir la survenue d'une thromboembolie veineuse à la suite d'une chirurgie de l'aorte abdominale

  • La thrombose veineuse profonde (TVP) est l'une des complications les plus courantes, à la suite d'une intervention chirurgicale, qu'il est possible de prévenir. Bien que le rapport entre chirurgie et TVP soit bien établi au niveau des interventions chirurgicales générales et dans la plupart des autres sous-spécialités, on ne peut pas en dire de même à propos de la chirurgie artérielle. On pense que la survenue d'une thrombose veineuse profonde est moins fréquente lors d'une chirurgie de l'aorte, dont le traitement est plutôt controversé avec une incidence de la TVP variant de 2 % à 18 %.

  • Source : cochrane.org

Cisplatine et thromboembolie veineuse - Cisplatin and venous thromboembolism

  • Selon la littérature scientifique, il existerait une association possible entre le cisplatine et les événements thromboemboliques veineux (ETEV).n Au 31 août 2014, Santé Canada avait reçu 21 déclarations de thrombose veineuse profonde et/ou d'embolie pulmonaire soupçonnées d'être associées au cisplatine. Pour plusieurs de ces déclarations, il manquait des informations importantes, et l'interprétation des cas était limitée par des facteurs de confusion.n Les professionnels de la santé sont encouragés à déclarer à Santé Canada tout cas d'ETEV soupçonné d'être associé à un traitement à base de cisplatine...

  • Source : hc-sc.gc.ca

Faible dose d'aspirine en prévention secondaire des thromboembolies veineuses - Étude ASPIRE

  • Après trois à six mois, on cesse souvent le traitement anticoagulant de patients souffrant de thromboembolie veineuse (TEV) non provoquée, alors qu ils sont toujours exposés à un risque de récidive élevé de TEV. L objectif de cette étude est donc d évaluer l intérêt de l aspirine pour la prévention secondaire des TEV non provoquées après une anticoagulation initiale. Le recrutement a été effectué dans 56 centres de cinq pays (Australie, Nouvelle-Zélande, Inde, Singapour et Argentine) de mai 2003 à août 2011. La dernière phase de suivi s est achevée en mars 2012.

  • Source : pharmactuel.com

Analyse brève - Pilule et thromboembolie ?

  • ConclusionnCes 2 nouvelles études cas-témoins sur un échantillon, qui ont utilisé 2 grandes bases de données de cabinets de médecine générale au Royaume-Uni, confirment que le risque de thromboembolie est 3 fois plus élevé chez les femmes qui prennent la pilule que chez celles qui n en prennent pas. Le risque est significativement plus élevé avec des contraceptifs de troisième génération (désogestrel, gestodène) et la drospirénone qu avec les contraceptifs de deuxième génération (lévonorgestrel, noréthistérone et norgestimate). Une pilule à base de lévonorgestrel reste donc le premier choix pour débuter une contraception orale.n

  • Source : minerva-ebm.be

Anticoagulation pour le traitement initial de la thromboembolie veineuse chez des patients atteints de cancer

  • Contexte : nnPar rapport aux patients sans cancer, les patients cancéreux qui reçoivent un traitement par anticoagulants pour la thromboembolie veineuse (TEV) sont plus susceptibles de développer une TEV récurrente.nObjectifs : nnComparer l'efficacité et l'innocuité de trois types d'anticoagulants parentéraux (c.-à-d. l'héparine de bas poids moléculaire (HBPM) à dose fixe, l'héparine non fractionnée (HNF) à dose ajustée et le fondaparinux) dans le traitement initial de la TEV chez les patients cancéreux.n

  • Source : cochrane.org

Dépistage de la thrombophilie pour prévenir la récidive de thromboembolie veineuse

  • Contexte : Les tests de dépistage de la thrombophilie sont réalisés à grande échelle chez les personnes ayant eu une thromboembolie veineuse (TEV) même si les bénéfices du dépistage font encore l'objet d'un débat. Le bénéfice le plus important serait une réduction du risque de récidive de TEV du fait de l'utilisation de mesures prophylactiques supplémentaires. nObjectifs : L'objectif de cette revue était d'évaluer le bénéfice du dépistage de la thrombophilie après une TEV en termes de réduction du risque de récidive de TEV.

  • Source : cochrane.org

Compression pneumatique intermittente des membres inférieurs et prophylaxie pharmacologique associées pour prévenir la survenue d'une thromboembolie veineuse chez les patients à haut risque

  • Il a été suggéré que l'association de modalités (méthodes de traitement) est plus efficace que l'utilisation d'une seule modalité dans la prévention de la thromboembolie veineuse (qui se définie comme une thrombose veineuse profonde et une embolie pulmonaire, ou les deux) chez les patients présentant à haut risque.

  • Source : cochrane.org

Apixaban pour prolonger un traitement préventif secondaire d'une thromboembolie veineuse?

  • Cette RCT montre qu'après la période conventionnelle d'anticoagulation de 6 à 12 mois suite à un évènement thromboembolique, l'administration d'apixaban (2 x 2,5 ou 2 x 5 mg/j) prévient mieux les récidives de thromboembolie veineuse qu'un placebo, dans une population dont environ 1/5ème était à risque accru de récidive. Le risque hémorragique reste à préciser dans la pratique et versus antagoniste de la vitamine K...

  • Source : minerva-ebm.be

Anticoagulation pour le traitement à long terme de la thromboembolie veineuse chez des patients atteints de cancer

  • Contexte : nnLe cancer augmente le risque d'événements thromboemboliques chez les patients, y compris ceux sous traitement anticoagulant.nObjectifs : nnComparer l'efficacité et l'innocuité de l'héparine de bas poids moléculaire (HBPM) et des anticoagulants oraux dans le traitement à long terme de la thromboembolie veineuse (TEV) chez les patients cancéreux.

  • Source : cochrane.org