Tetraplegie [ Publications ]

tetraplegie [ Publications ]

Publications > tetraplegie

  • L’efficacité du traitement par électroconvulsivothérapie (ECT) dans les troubles conversifs a été rapportée dans la littérature psychiatrique. Cette efficacité pourrait reposer sur plusieurs hypothèses : la levée d’une inhibition active à l’origine du trouble conversif, du fait des modifications neurales induites par le traitement — les données d’imagerie cérébrale fonctionnelle permettent de mieux caractériser les bases neurales des troubles conversifs et pourraient donc objectiver les modifications induites par les ECT , les effets amnésiants des séances d’ECT conduisant à un nouveau rapport au symptôme et au conflit qui serait à l’origine de celui-ci , les effets de dissolution et de réorganisation de la conscience au cours des séances d’ECT, sur un modèle proche de celui de la narcose barbiturique et amphétaminée utilisée jusque dans les années 1970 , les effets antidépresseurs du traitement par ECT, en particulier la stimulation de la transmission triaminergique, et plus précisément, dopaminergique. Nous rapportons ici le cas d’un patient de 33 ans souffrant d’une tétraplégie conversive d’évolution fluctuante depuis trois ans. Après l’échec des précédentes prises en charge thérapeutiques, aussi bien médicamenteuses que psychothérapeutiques, une cure d’ECT a été entreprise.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tétraplégie au décours d’un coma par intoxication médicamenteuse

  • Un cas de tétraplégie complète a été mis en évidence au décours d’un coma toxique chez une patiente présentant une pathologie cervicarthrosique sévère et qui, après l’ingestion volontaire de flunitrazépam, est restée une vingtaine d’heures en position demi-assise, rachis cervical en hyperflexion et rotation. Une perte totale de sensibilité de niveau C4 et une tétraplégie de niveau C6 ont été constatées au moment du réveil, provoqué par l’injection de flumazénil. Les différents examens à visée diagnostique ont éliminé une neuropathie périphérique, un processus compressif, une pathologie infectieuse, une occlusion artérielle. La souffrance médullaire a donc été expliquée par une baisse du flux sanguin médullaire possiblement aggravée par une altération de son autorégulation à l’occasion de la malposition prolongée. Cette souffrance a été favorisée par la pathologie cervicarthrosique qui fragilise la moelle et compromet le flux artériel. Elle a été aggravée par la relative hypotension due à la position assise et par la dépression respiratoire des benzodiazépines. L’évolution a été défavorable : aucune récupération ni sensitive ni motrice, et décès au 13

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Réanimation chirurgicale des membres supérieurs dans la tétraplégie traumatique.

  • Les patients victimes d'une tétraplégie traumatique présentent une paralysie complète des membres inférieurs et partielle des membres supérieurs, cette dernière étant responsable d'une limitation fonctionnelle parfois considérable. Depuis une vingtaine d'années on a entrepris d'améliorer la fonction de leurs membres supérieurs par des interventions chirurgicales basées essentiellement sur les transferts tendineux. Les auteurs rapportent leur expérience de ce type d'intervention portant sur 69 patients tétraplégiques opérés en 12 ans, soit 188 interventions de réanimation des membres supérieurs. Cette chirurgie a valorisé la fonction des membres supérieurs opérés dans tous les cas, aucune aggravation n'a été observée, et les patients ont été dans la majorité des cas satisfaits.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tétraplégie au décours d'une colonoscopie : syndrome de sevrage aux benzodiazépines induit par le flumazénil ?

  • L'observation rapporte le cas d'une patientes de 68 ans, utilisatrice méconnue de lorazépam depuis 15 ans, chez qui est réalisée une anesthésie générale par midazolam et étomidate pour colonoscopie. En fin de procédure, l'injection de 0,2 mg de flumazénil induit un tableau neurologique atypique où prédomine une tétraplégie réversible en deux heures sans séquelles. L'hypothèse d'un syndrome de sevrage aux benzodiazépines paraît la plus vraisemblable.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tétraplégie et chirurgie fonctionnelle du membre supérieur: quelle anesthésie pour quelle chirurgie?

  • La chirurgie fonctionnelle du membre supérieur chez le tétraplégique a pour but de redonner à la main une fonction de préhension. Cette chirurgie passe obligatoirement par l'extension active du coude et du poignet nécessaire à la confection de la pince pollicidigitale. L'anesthésie, dont le premier impératif est de répondre aux besoins chirurgicaux, doit s'adapter au handicap du patient. Dans ce cadre, l'anesthésie locorégionale par bloc du plexus brachial apparaît comme une technique prioritaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tétraplégie révélatrice d'une méningomyélite grave à pneumocoque: à propos d'un cas et revue de littérature.

  • L'atteinte médullaire est une complication rare des méningites à streptocoque pneumoniae. notre observation clinique décrit le cas d'une Jeune femme immunocompétente qui s'est présentée au service d'accueil des urgences pour tétraplégie dont les investigations ont mis en évidence une méningite à pneumocoque. Le traitement était basé sur l'antibiothérapie plus une corticothérapie concomitante. L’évolution était marquée par la persistance des séquelles neurologiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tétraplégie récidivante chez une enfant de 11 ans présentant un mal de Pott cervical

  • Les auteurs rapportent un cas de tétraplégie récidivante chez une fille de 11 ans porteuse d'une tuberculose cervicale et médiastinopulmonaire. Le diagnostic a été tardif. Malgré un traitement antituberculeux associé à une immobilisation par une minerve pendant 45 jours, une tétraplégie a été observée nécessitant une modification du traitement antituberculeux et l'adjonction d'une corticothérapie. La marche a été à nouveau possible. Au 8

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tétraplégie flasque aiguë secondaire à une hyperkaliémie

  • Nous rapportons l’observation d’un homme de 57 ans insuffisant rénal chronique et polyvasculaire qui présentait une tétraplégie flasque d’installation brutale. Les examens biologiques retrouvaient essentiellement une insuffisance rénale avec hyperkaliémie à 9,69 mmol/l et l’IRM médullocérébrale était normale. La correction de l’hyperkaliémie entrainait une récupération neurologique rapide et complète. Cela confirmait le diagnostic de tétraplégie secondaire à une hyperkaliémie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Stimulation phrénique dans les tétraplégies C1-C2. A propos d'un cas.

  • Cas de tétraplégie post-traumatique C1-C2 chez un jeune homme de 16 ans avec paralysie respiratoire totale d'emblée traitée par ventilation mécanique sur trachéotomie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Arrêt cardiaque après prostigmine à la phase aiguë d'une tétraplégie post-traumatique.

  • Danger de la prostigmine malgré une atropimisation préalable pour lutter contre l'ileus paralytique de la phase aiguë. Il faut également redouter les anticholinestérasiques et tous les parasympathicomimétiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tétraplégie brutale C3-C4 révélant une fistule durale artérioveineuse intracrânienne à drainage veineux périmédullaire

  • Nous rapportons un cas de fistule durale artérioveineuse intracrânienne (FAVD) à drainage veineux périmédullaire. Une patiente de 49 ans a présenté un tableau de myélopathie ascendante aboutissant à la 12

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tétraplégie secondaire à une hypokaliémie de déplétion

  • Les paralysies musculaires au cours des hypokaliémies de déplétion sont rares. Nous rapportons le cas d’une patiente ayant eu une tétraplégie secondaire à une hypokaliémie profonde par pertes digestives, dans les suites d’une résection étendue du grêle. Le tableau neurologique associait des troubles du langage en rapport avec une parésie linguale. L’apport parentéral de 0,25 mmol·kg

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov