Tauopathies [ Publications ]

tauopathies [ Publications ]

Publications > tauopathies

  • La maladie d’Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative caractérisée par des déficits cognitifs et des lésions neuropathologiques (agrégats de Tau et plaques amyloïdes), mais également par des troubles métaboliques et neuroendocriniens. Les mécanismes à l’origine de ces processus physiopathologiques demeurent mal compris mais pourraient provenir du développement d’une insulino-résistance centrale. L’altération de l’action de l’insuline dans le cerveau des patients atteints de MA a été décrite comme facteur aggravant les lésions Tau et amyloïdes ainsi que les troubles cognitifs. L’origine de cette résistance centrale est bien moins comprise mais ferait intervenir la protéine Tau, suggérant l’existence d’un cercle vicieux contribuant à l’apparition et à la progression des signes cliniques. La présente revue vise à faire le point sur notre compréhension actuelle du rôle de l’insuline dans le cerveau et de sa relation avec la protéine Tau dans la MA et les Tauopathies.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tau story: des démences fronto-temporales aux autres tauopathies.

  • Les protéines tau sont des protéines associées aux microtubules. Elles sont principalement exprimées dans les neurones. Il existe six isoformes de protéines tau dans le cerveau humain adulte générées par épissage alternatif à partir d'un gène unique situé sur le chromosome 17. Ces protéines jouent un rôle dans la polymérisation et la stabilité des microtubules. Cette fonction est régulée par l'état de phosphorylation des protéines tau. Dans de nombreuses maladies neurodégénératives regroupées sous le terme tauopathies, des formes anormalement phosphorylées d'isoformes de protéines tau s'agrègent en filaments. La phosphorylation anormale et le rapport entre les différentes isoformes de protéines tau sont primordiaux dans l'étiopathogenèse de la dégénérescence neurofibrillaire. Ces facteurs peuvent être modulés de façon directe (mutations sur le gène de tau dans certaines formes familiales de démence fronto-temporale avec syndrome parkinsonien) ou indirecte (répétitions de triplets CTG dans la dystrophie myotonique de Steinert).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndromes parkinsoniens et sclérose latérale amyotrophique - Tauopathies, TDP-43 et mutations SOD

  • L’association clinique d’une atteinte pyramidale à un syndrome extrapyramidal a longtemps embarrassé notre conception dichotomique séparant depuis la fin du

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov