Syphilis congenitale [ Publications ]

syphilis congenitale [ Publications ]

Publications > syphilis congenitale

  • La syphilis congénitale est responsable de plusieurs tableaux cliniques allant de l’atteinte infraclinique aux formes septicémiques parfois mortelles. Les formes les plus fréquemment rencontrées associent, dans la période néonatale précoce, un faible poids de naissance et une hépatosplénomégalie avec ictère. Une prématurité, une anémie, des lésions cutanées, un coryza, un anasarque et des pseudoparalysies peuvent être également retrouvés. L’atteinte radiologique est quasi constante chez le nouveau-né. Elle réalise des lésions d’ostéochondrite et de dystrophie périostée caractéristiques mais non spécifiques. Une forme clinique à révélation tardive est possible, liée en partie à une atteinte des tissus en croissance. Le diagnostic de l’atteinte fœtale repose sur la présence chez le nouveau-né d’immunoglobulines spécifiques de type IgM. Celles-ci sont recherchées par une technique d’immunofluorescence. L’antibiothérapie par pénicilline par voie parentérale à 100 000 UI/kg/j pendant 15 jours est le traitement utilisé chez le nouveau-né symptomatique. La classification et le traitement des formes asymptomatiques restent controversés. Une injection unique de benzathine-pénicilline est un bon compromis entre une simple surveillance et une hospitalisation pour un traitement intraveineux de 10 jours. Dans tous les cas, une surveillance sérologique est nécessaire afin de s’assurer de la disparition dans le sang des IgM ou de la diminution du titre des IgG. Une réinfestation est en effet toujours possible, même chez un nouveau-né correctement traité. Dans les pays en développement, les pédiatres doivent être sensibilisés aux différentes formes cliniques de syphilis congénitale. De plus, les programmes nationaux de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles doivent être soutenus et développés par les aides internationales. Dans les pays économiquement avancés, l’accent est actuellement mis sur le caractère restrictif de la prise en charge médicale. Une amélioration de la prise en charge de la syphilis congénitale repose dorénavant sur la prise en compte des problèmes socio-culturels des populations atteintes par la syphilis.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La syphilis congénitale n'a pas disparu.

  • Introduction De nos jours, le diagnostic de syphilis congénitale doit encore être évoqué et confirmé par les tests sérologiques et les prélèvements bactériologiques adaptés. Observation Un nouveau-né semblait avoir une infection materno-foetale ou une foetopathie virale. Il s'agissait d'une syphilis congénitale. La mère n'avait pas de facteur de risque d'acquérir la syphilis. Le dépistage sérologique systématique de la syphilis chez la mère était négatif à 11 semaines d'aménorrhée (SA). Aucun signe de syphilis primaire ou secondaire n'a été trouvé durant la grossesse. Une menace d'accouchement est survenue à 29 SA avec échappement à la tocolyse à 31 SA. L'examen du nouveau-né trouvait des signes cliniques d'infection materno-foetale, sans orientation spécifique. Le bilan infectieux bactériologique et virologique initial était négatif. La recherche d'immunoglobulines de type M (IgM) spécifiques de Treponema pallidum, au 9

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ramollissement sylvien bilatéral anténatal et syphilis congénitale.

  • Résumé. Des lésions vasculaires des méninges font partie des symptômes classiques de la neurosyphilis congénitale et sont responsables des anomalies du liquide céphalorachidien. Une atteinte des plus gros vaisseaux est en revanche très inhabituelle. Observation. Un garçon était né au terme d'une grossesse non suivie, pesant 2,7 kg. Il était aussitôt abandonné par ses parents et admis à l'hôpital à l'âge de 40 jours (poids: 2 220 g, taille: 47 cm, périmètre crânien: 22 cm). Il présentait alors une hypotonie axiale, une spasticité périphérique et un syndrome de choc.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La syphilis congénitale révélée par une fracture spontanée.

  • Alors qu'elle est actuellement oubliée dans les pays développés, la syphilis congénitale se voit encore chez nous faute du dépistage anténatal. Ses formes cliniques sont polymorphes et orientent à tord vers d'autres pathologies surtout en période néonatale. Le diagnostic n'est donc pas toujours facile. La révélation d'une syphilis congénitale par une fracture spontanée est exceptionnellement décrite. Nous rapportons dans ce travail le cas d'un nourrisson de 2 mois ramené en consultation pour limitation douloureuse des mouvements du bras droit. Le diagnostic est évoqué sur les données radiologiques et confirmé par la sérologie syphilitique. Le traitement a reposé essentiellement sur l'administration de la pénicilline G avec une bonne évolution clinique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude rétrospective de quarante-cinq cas de syphilis congenitale en Guyane française de 1980 à 1990.

  • De 1980 à 1990, 45 cas de syphilis congénitale sont recensés en Guyane, soit une incidence de 15,5 cas pour 10 000 naissances. Dans une étude rétrospective, les auteurs en précisent les caractéristiques épidémiologiques et cliniques. Ils retrouvent une population marginalisée à risque constituée des immigrées (32%) et des femmes de la communauté traditionnelle de Maroni (60%). Ils notent la sévérité de l'atteinte (85% d'enfants symptomatiques et 33% de décès). Au niveau thérapeutique, ils évoquent l'intérêt d'un traitement renforcé dans les cas de co-infection avec le virus du syndrome d'immunodéficience acquise.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syphilis congénitale: à propos d'un cas.

  • Syphilis is a re-emerging infectious disease in Western Europe. Congenital syphilis is a potentially serious pathology affecting newborns of infected mothers. This disease is easily curable by a simple antibiotic treatment. Because of systematic antenatal screening it should no longer exist in industrialized countries. Nevertheless, we report a case of a six-week-old infant with a delayed diagnosis of congenital syphilis. Physicians, especially gynaecologists, obstetricians and paediatricians, have to be vigilant in order to allow for early diagnosis and appropriate treatment of congenital syphilis.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov