Synovite [ Publications ]

#1

synovite [ Publications ]

Publications > synovite

  • L'objectif de cette étude rétrospective était d'analyser les données cliniques de la synovite villonodulaire hémopigmentée (SVNH) du genou ainsi que les résultats de son traitement pour optimiser le diagnostic, le traitement et le suivi de cette maladie. Vingt-huit patients ont été identifiés dans notre service entre 1996 et 2004. Dans les formes localisées (8 cas), les symptômes existaient depuis 14 mois en moyenne à la première consultation. L'âge moyen à la prise en charge thérapeutique était de 40 ans. Une exérèse de la lésion était réalisée (arthroscopique ou à ciel ouvert). Dans les formes diffuses (20 cas) les symptômes existaient depuis 15 mois en moyenne à la première consultation. Lâge moyen à la prise en charge thérapeutique était de 38 ans. Dans les formes localisées, après traitement chirurgical, aucune complication n'est survenue, le taux de récidives était nul. Pour les formes diffuses, après traitement chirurgical, les récidives (50 %) apparaissaient au délai moyen de 37 mois. La synovectomie à ciel ouvert a limité les amplitudes articulaires (raideur) dans 3 cas. La prise en charge chirurgicale de 4 cas traités tardivement alors qu'il existait des lésions osseuses initiales a comporté une arthroplastie totale du genou dans 3 cas. L'IBM est l'examen essentiel dans le diagnostic topographique. Le traitement chirurgical est guidé par ses données. Une synoviorthèse adjuvante se discute dans les formes diffuses évoluées ou récidivantes. Le risque de récidive dans les formes diffuses justifie une surveillance par IRM pendant 4 ans.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#2

Exérèse arthroscopique d'une forme pseudo-tumorale de synovite villonodulaire pigmentée de l'epaule: a propos d'un cas au recul de 3 ans.

  • Les synovites villo-nodulaires pigmentées peuvent être localisées ou diffuses et toucher toutes les articulations, avec une forte prédilection pour le genou. Larticulation gléno-humérale est rarement atteinte. Une revue de la littérature internationale rapporte 30 cas. L'analyse de ces différentes publications ne retrouve pas de signes cliniques spécifiques. Le cas que nous rapportons concerne une femme qui présentait des douleurs non spécifiques évoluant depuis 3 ans. Le bilan radiologique standard était normal. IRM et arthroscanner montraient une lésion pseudo-tumorale intra-articulaire. L'arthroscopie était diagnostique, permettant la visualisation directe et la réalisation de biopsies, et thérapeutique par résection complète. Le diagnostic de synovite villonodulaire pseudo-tumorale, suspecté par l'arthroscopie, a été confirmé par l'anatomo-pathologie. Le résultat fonctionnel a été excellent, sans récidive au recul de 3 ans. Larthroscopie est moins iatrogène que le traitement chirurgical par arthrotomie. Elle se révèle être un élément incontournable du bilan diagnostique, l'imagerie étant souvent peu spécifique. La synovectomie sous arthroscopie est ainsi la méthode de choix pour le traitement des synovites villonodulaires pigmentées, diffuse ou pseudo-tumorale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#3

La synovite villonodulaire du genou. Analyse d'une série de 17 cas et revue de la littérature.

  • Une série de 17 patients présentant une synovite villonodulaire du genou a été revue rétrospectivement avec un recul moyen de 9 ans allant jusqu'à 17 ans. Le diagnostic a toujours été confirmé par l'anatomopathologie et nous avons différencié : 6 formes diffuses, 4 formes mixtes et 7 formes tumorales. Dans 6 cas nous avons eu une ou plusieurs récidives dont nous avons tenté d'analyser les causes. Les résultats fonctionnels sont satisfaisants avec 15 bons et très bons résultats. Il n'existe aucun facteur de risque et aucune zone endémique pour la maladie , cette tumeur reste mystérieuse et aucune théorie étiopathogénique ne peut tre affirmée. L'IRM est un examen indispensable pour le diagnostic, le bilan pré-thérapeutique et pour le dépistage des récidives. L'arthroscopie est le traitement de choix des formes tumorales et une aide au diagnostic. Par contre dans les formes diffuses ou mixtes, l'arthroscopie seule ne nous paraît pas permettre une synovectomie complète, condition pourtant nécessaire pour éviter une récidive. Nous proposons une technique mixte alliant l'arthroscopie pour l'exérèse de la synoviale antérieure, notamment péri-méniscale, et l'arthrotomie par abord postérieur pour enlever les tissus pathologiques postérieurs para-articulaires, ainsi qu'une arthrotomie antérieure si la masse tumorale antérieure est très importante. La synoviorthèse à l'Yttrium 90 peut être un traitement complémentaire intéressant.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#4

La synovite villonodulaire de l'enfant : une revue de six cas.

  • Le but de cette étude est de rapporter les cas de synovites villonodulaires pigmentées de l'enfant pris en charge à l'hôpital des Enfants-Malades, d'étudier leur spécificité afin de proposer une conduite thérapeutique adaptée permettant de prévenir le risque de récidive tout en préservant le potentiel de croissance de l'enfant. Cette étude rétrospective portait sur six patients, avec un âge moyen de 11,5 ans au moment du diagnostic. Le genou était atteint dans cinq cas (trois formes diffuses et deux localisées) et la cheville dans un cas, de forme diffuse. Une hémarthrose était retrouvée dans toutes les localisations au genou. Le diagnostic a été suspecté dans tous les cas à l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et confirmé par la biopsie. Le délai entre le début des symptômes et le diagnostic histologique a été de huit mois. Le traitement a été chirurgical dans cinq cas et médical dans une forme diffuse du genou. Une synoviorthèse à l'Hexatrione® a été associée de façon systématique dans trois formes diffuses du genou. Dans quatre cas, les résultats ont été satisfaisants avec une absence de récidive clinique ou sur les IRM de contrôle. Deux formes diffuses ont récidivé, l'une au genou à dix mois de la synovectomie arthroscopique et l'autre à la cheville à 24 mois de la synovectomie chirurgicale nécessitant des reprises chirurgicales itératives.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#5

Un cas d’ostéochondrose ischiopubienne révélée par une « synovite aiguë transitoire de hanche » atypique.

  • Nous rapportons le cas d’une enfant de 3 ans qui présentait une boiterie gauche puis un refus total de la marche, sans notion de traumatisme. L’examen clinique a révélé une douleur importante du membre inférieur gauche ainsi qu’une limitation à la mobilisation. Les examens biologiques sanguins ont révélé un discret syndrome inflammatoire. L’échographie de hanches était en faveur d’une synovite aiguë transitoire de hanche. Une radiographie de bassin réalisée en raison de la persistance des plaintes a montré un discret remaniement au niveau de la branche ischiopubienne droite. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) du bassin a révélé un discret hypersignal T2 centré sur la synchondrose ischiopubienne (SIP) droite correspondant à une ostéochondrose de type Van Neck-Odelberg. La mise en décharge du membre et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ont permis une nette amélioration clinique. L’ostéochondrose ischiopubienne est un phénomène physiologique, fréquent et généralement asymptomatique. Néanmoins, lorsqu’elle s’accompagne de douleurs, elle peut facilement se faire passer pour une autre pathologie ostéo-articulaire ou rhumatologique. Il est donc important d’investiguer de manière approfondie toute boiterie qui ne présente pas une évolution typique par rapport au diagnostic posé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#6

Synovites réactionnelles: aspects en IRM et corrélations arthroscopiques.

  • Objectifs. Évaluer les performances de l'IRM dans la détection des synovites réactionnelles. Corréler ces résultats aux données de l'arthroscopie. Matériels et méthodes. Étude rétrospective de 10 patients hospitalisés pour des douleurs post-traumatiques du genou et scapulalgies. Tous les patients étaient explorés par IRM et subissaient une arthroscopie dans le mois suivant l'IRM, L'épaississement synovial était gradé de la façon suivante en IRM et arthroscopie. Grade 0 : normal , grade 1 : épaississement synovial diffus , grade 2 : épaississement synovial nodulaire , grade 3 : masse synoviale pseudotumorale. Résultats. Une synovite était décrite dans 8 cas sur 10 à l'IRM. Il existait 2 faux négatifs au genou. La synovite était réactionnelle au genou à un traumatisme. À l'épaule, elle était secondaire à une rupture de coiffe (2 cas), ou après chirurgie (1 cas). La synovite n'était pas détectée dans 20 % des cas en IRM (grade 0). La synovite était diffuse, grade 1 dans 30 % des cas, nodulaire, grade 2 dans 30 % des cas, pseudotumorale grade 3 dans 20 % des cas. Conclusion. Un traumatisme peut se compliquer de synovite réactionnelle. L'IRM permet de caractériser et de donner un index de sévérité à cette synovite. Les biopsies synoviales restent indispensables car L'IRM seule ne peut cependant éliminer les autres causes de synovites (infectieuses et tumorales).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#7

Ténosynovite nodulaire hémopigmentée. Une étiologie méconnue de tuméfaction isolée des doigts et des orteils.

  • Introduction. La ténosynovite nodulaire hémopigmentée est une tumeur rare bénigne de la synoviale. Son diagnostic est aisé à condition d'y penser et son traitement est bien codifié. Observation. Nous rapportons l'observation d'une jeune fille de 17 ans qui avait depuis 1 an une tuméfaction ferme et indolore du gros orteil sans attires anomalies cliniques ou biologique. La radiographie du gros orteil montrait une lacune isolée de la première phalange. et l'imagerie par résonance magnétique une lésion tissulaire peu vascularisée. L'exérèse chirurgicale et l'histologie permettaient de faire le diagnostic de ténosynovite nodulaire hémopigmentée. Commentaires. Les aspects cliniques et iconographiques de cette affection sont caractéristiques et méritent d'être connus des dermatologues. Le plus souvent unique. la ténosynovite nodulaire hémopigmentée siège dans 80 p. 100 des cas aux gaines des fléchisseurs des doigts, et plus rarement à celles des orteils. 60 p. 100 des cas sont féminins. Elle se manifeste par une tuméfaction d'une extrémité, et rarement par une douleur. L'exérèse chirurgicale en est le traitement. Le seul risque évolutif est la récidive locale (20 p. 100).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#8

Synovite villo-nodulaire pigmentée du genou. Résultats des traitements à propos de 22 cas.

  • Les auteurs rapportent une série de 22 cas de synovite villo-nodulaire pigmentée du genou étudiée sur une période de 27 ans de 1970 à 1997. Le diagnostic a été fait ou fortement suspecté dans 13 cas sur des symptômes évocateurs (hémarthrose à répétition, géodes osseuses en miroir) et grâce à l'IRM qui a été pratiquée 13 fois. La confirmation histologique a été obtenue dans les 22 observations étudiées. Le traitement chirurgical a été fait pour 19 patients. Trois genoux n'ont pas été opérés (2 refus du patient et un malade traité par synoviorthèse en milieu rhumatologique). Les autres ont subi, comme seul traitement une synovectomie dans 15 cas, (dont 3 exérèses limitées de forme localisée) et, dans 4 cas, l'importance des lésions dégénératives associées et prévalentes a nécessité l'implantation d'une prothèse. Pour les 14 patients suivis avec un recul moyen de 5 ans, 4 récidives sont apparues (après un délai de 3 à 8 ans) après traitement d'une forme diffuse. Il n'y a pas eu de dégradation secondaire ni de récidive pour les synovites traitées par arthroplastie et pour les formes nodulaires localisées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#9

Les localisations rachidiennes de la synovite villo-nodulaire pigmentée: une observation et revue de la littérature.

  • Les localisations rachidiennes de la synovite villo-nodulaire pigmentée sont rares puisque moins de 30 cas ont été publiés à ce jour. Nous rapportons ici l'observation d'une localisation cervicale de cette affection, suivie d'une revue de la littérature. La présentation clinique et iconographique de ces formes de synovite villo-nodulaire est peu spécifique et commune aux tumeurs primitives ou secondaires du rachis. L'histologie est indispensable mais peut être source d'erreurs diagnostiques. L'exérèse chirurgicale complète est le traitement de choix mais s'associe à une récidive dans 20 % des cas. Les traitements non chirurgicaux n'ont pas fait la preuve de leur efficacité dans la synovite villo-nodulaire rachidienne. Les patients doivent être surveillés longtemps par des examens IRM et les localisations rachidiennes peuvent poser des problèmes techniques difficiles en cas de récidive.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#10

Ténosynovite isolée à gonocoque, à propos d’un cas et revue de la littérature

  • Les ténosynovites à gonocoque isolées sont rares, et entrent dans le cadre d’infections disséminées à gonocoque. Elles correspondent à une contamination, par voie hématogène, de la gaine des fléchisseurs. 1 à 3 % des infections des muqueuses à gonocoque développent des infections disséminées. Les ténosynovites sont présentes dans deux-tiers des cas, parfois en association avec des arthrites et un rash cutané. Nous rapportons le cas d’une ténosynovite isolée à gonocoque du pouce, chez un homme de 26 ans, sans antécédents, apparue 15 jours après un rapport sexuel non protégé. Hormis une inflammation du pouce s’étendant au poignet, et un syndrome inflammatoire biologique, le patient ne présentait pas d’atteinte articulaire, cutanée ou muqueuse. Il a été réalisé un traitement chirurgical en urgence, suivi d’une antibiothérapie par céphalosporine de troisième génération. Tous les prélèvements bactériologiques étaient négatifs, à l’exception d’une hémoculture positive à

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#11

Apport de l'échographie dans la prise en charge de la ténosynovite de de Quervain: à propos de 22 cas.

  • Objectifs. Évaluer l'intérêt de l'échographie dans la prise en charge de la ténosynovite de De Quervain. Matériel et méthodes. Avec une sonde de haute fréquence (12 MHz), les auteurs ont réalisé des coupes axiales et sagittales sur le premier compartiment dorsal du poignet. Ils ont étudié les signes échographiques chez 22 patients sénégalais symptomatiques (manoeuvre de Finkelstein positive). Résultats. Ils ont retrouvé l'hypertrophie tendineuse, l'épaississement de la gaine associé au remaniement oedémateux péritendineux sous forme d'un halo hypoéchogène chez tous les patients. La présence d'un septum intertendineux a été constatée chez deux patients. Conclusion : L'échographie confirme le diagnostic clinique et permet le suivi des lésions. Elle précise la présence d'un septum intertendineux et guide les infiltrations de corticostéroïdes. Elle permet d'augmenter les indications du traitement conservateur aux dépens de la chirurgie basée sur la présence d'un septum.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#12

Synovite des fléchisseurs induite à distance de l'utilisation d'un lac textile.

  • Le traitement chirurgical d'un majeur gauche à ressaut, proposé à une femme de 30 ans après échec de deux infiltrations est suivi, quelques mois après, de l'apparition d'une synovite froide importante et localisée à la zone opérée. Le doigt a retrouvé une fonction normale, le bilan biologique et l'état général sont normaux. Devant la persistance de cette masse synoviale, on réalise une synovectomie. L'examen histologique met en évidence une hyperplasie synoviale modérée, au contact d'un matériel biréfringent, de structure filamenteuse manifestement exogène. La lecture des lames histologiques permet d'éliminer une infection, la trace de dépôt bleuté sur une micro-fibre, élément responsable de la réaction à corps étranger, oriente vers un lac textile de même couleur utilisé pendant l'intervention.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#13

Le cas clinique du mois. Synovite villonodulaire pigmentée du genou.

  • Ce cas clinique rapporte l’histoire d’un patient de 30 ans atteint de synovite villonodulaire pigmentée (SVNP) du genou, mise en évidence dans le cadre d’une consultation de médecine physique. Le patient a, par après, été pris en charge en chirurgie orthopédique dans le cadre de l’excision chirurgi¬cale de sa lésion. La SNVP est une affection proliférative rare, le plus souvent bénigne, atteignant principalement le genou et dont l’étiologie reste incertaine à ce jour. Sa prise en charge reste compliquée en raison du manque de spécificité de la symptomatologie, retardant le diagnostic, et le taux de récidive très élevé. La visualisation des lésions se fait par IRM mais le diagnostic définitif ne peut être posé qu’après analyse ana¬tomopathologique de la pièce chirurgicale. Le traitement de référence consiste en l’excision des nodules prolifératifs, par arthrotomie en cas de lésions multiples, et par arthroscopie en cas d’affection localisée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#14

La synovite villo-nodulaire pigmentée de la hanche. Résultats d'une enquête nationale à propos de 58 observations.

  • La synovite villo-nodulaire pigmentée (SVNP) est une pathologie peu fréquente et rarement localisée à la hanche. Dans le cadre d'une étude rétrospective multicentrique, 58 cas histologiquement prouvés ont été analysés. Il s'agit de 33 femmes et de 25 hommes âgés en moyenne de 38 ans au moment du diagnostic. L'atteinte est mono-articulaire avec une légère prédominance du côté droit (33 cas), dans tous les cas sauf 2 où l'atteinte est probablement bilatérale. Le délai diagnostique moyen est de 4 ans, la douleur constituant le symptôme révélateur dans la majorité des cas. Une tuméfaction inguinale n'est constatée que dans 6 cas. Les radiographies standard ne sont interprétées comme normales que dans 3 cas.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#15

La synovite à piquant d'oursin. A propos de quatre cas.

  • Les piqûres accidentelles par oursins n'ont, le plus souvent, pas de conséquence pathologique. Cependant chez certains sujets prédisposés, ou lors de circonstances favorisantes, peuvent se développer des pathologies cutanées, synoviales, ou toxiques. Le diagnostic, parfois à distance du contact, peut être difficile à poser. Quatre cas personnels d'arthrites ou de ténosynovites réactionnelles, dont trois à la main, sont rapportés. Tous les patients ont guéri après une ou plusieurs excisions chirurgicales. Les antibiotiques ne sont pas efficaces. On évoque les principaux tableaux rencontrés, en particulier les synovites tardives. Les différentes hypothèses physiopathogéniques privilégient une réaction immunologique à l'enveloppe protéique des piquants.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#16

Le syndrome synovite-acné-pustulose-hyperostose-ostéite (SAPHO), une manifestation extra-digestive rare de la maladie de Crohn. Présentation d'un cas et revue de la littérature.

  • Nous rapportons le cas d'un homme de 33 ans atteint de maladie de Crohn sévère depuis l'âge de 16 ans. Il présentait une acné et une pustulose palmo-plantaire associées à une synovite du genou droit. Les investigations paracliniques montraient une importante atteinte ostéocondensante essentiellement axiale. L'association synovite-acné-pustulose-hyperostose-ostéite permettait de retenir le diagnostic de syndrome SAPHO associé à une maladie de Crohn.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#17

Synovite villonodulaire hémopigmentée du poignet. A propos d'un cas.

  • Les auteurs présentent un cas de synovite villonodulaire hémopigmentée du poignet avec atteinte osseuse. La révision de la littérature met en relief la rareté de son incidence sur cette articulation en particulier. Les lésions osseuses ont été étudiées au scanner, et la prolifération synoviale à l'aide de la résonance magnétique nucléaire. Quant au traitement, il a consisté en une synovectomie totale suivie du curetage et comblement des lésions osseuses avec des greffons autologues, obtenant un excellent résultat fonctionnel. Quatre ans après, il n'y a pas de récidive.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#18

Synovite villonodulaire du genou d'un enfant de 5 ans. A propos d'un cas.

  • Nous présentons le cas d'un enfant de 5 ans ayont consulté pour gonflement non douloureux du genou gauche avec légère perte de mobilité. La ponction articulaire ramène un liquide sérosanguin. La radiographie standard, le CT-scan et la résonance magnétique plaident en faveur d'une synovite villo-nodulaire. Une arthroscopie pour synovectomie et biopsie confirme le diagnostic. Devant la persistance de l'épanchement au premier mois postopératoire une injection intra-articulaire d'hexacétonide de triamcinolone est pratiquée avec un bon résultat deux mois plus tard. A deux ans de recul le résultat favorable se maintient.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#19

La synovite villonodulaire pseudotumorale : à propos d’un cas.

  • Prérequis: La synovite villonodulaire pigmentée pseudotumorale est une affection rare et bénigne, pose souvent un problème diagnostic. But:Nous rapportons une nouvelle observation. Observation:Nous rapportons une observation rare de synovite villonodulaire pseudo tumorale du tiers inférieur de la cuisse gauche observée chez une patiente de 28 ans ayant consulté pour tuméfaction de la cuisse gauche. L'évolution est favorable après résection chirurgicale avec un recul de 3 ans, permettant au vue des données de la littérature, de rappeler les particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques de cette forme clinique rare.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#20

Synovite villo-nodulaire du genou. Apports de l'IRM.

  • Il s'agit d'un travail retrospectif portant sur 8 cas de synovite villo-nodulaire (SVN) du genou (7 formes nodulaires et une forme villeuse) qui ont été éxaminés par IRM et ont eu au moins une arthroscopie. Cliniquement il s'agit d'un genou peu douloureux mais volumineux. Les clichés simples restent longtemps normaux. Les autres examens d'imagerie sont de peu d'aide au diagnostic et sont maintenant supplantés par l'IRM. L'IRM permet en effet d'évoquer très fortement le diagnostic devant la présence de masses, plus souvent nodulaires que villeuses, contenant de l'hémosidérine. Ce sont les séquences en écho de gradient qui sont les plus sensibles à la présence d'hémosidérine.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes