Syndromes d'apnees du sommeil [ Publications ]

syndromes d'apnees du sommeil [ Publications ]

Publications > syndromes d'apnees du sommeil

  • Le traitement chirurgical du syndrome d'apnées du sommeil (SAS) sévère doit être adapté au site obstructif des voies aériennes supérieures. Le diagnostic de ce rétrécissement pharyngé en pré-opératoire est donc le seul garant d'une efficacité optimum de l'intervention, et passe pour nous par la réalisation d'une analyse céphalométrique cranio-faciale, avec une téléradiographie de profil pour l'étude des structures osseuses, et une imagerie par résonance magnétique (IRM) pour l'évaluation des tissus mous pharyngés. Le but de notre étude était de préciser le rôle des analyses céphalométriques dans le choix des différentes options chirurgicales, et de mettre en évidence des facteurs prédictifs de succès de ces procédures thérapeutiques, pour affiner leurs indications. Cette recherche a été menée à partir d'une population de 73 patients, entrant dans un protocole prospectif de prise en charge des SAS sévères, incluant une céphalométrie pré-opératoire par téléradiographie de profil et IRM, et traités par 3 types d'interventions : des transpositions géniennes, des avancées bi-maxillaires et des basiglossectomies par voie cervicale. Sur les téléradiographies de profil, l'analyse de Tweed semblait sous estimer la fréquence des dysmorphoses maxillo-mandibulaires par rapport à l'analyse de Delaire, qui paraît donc plus sensible. Quant à l'IRM, elle ne nous a pas fournie d'élément prédictif du résultat thérapeutique, et n'apporte donc rien de plus que la téléradiographie dans le bilan pré-opératoire standard de nos patients. Les auteurs proposent une nouvelle stratégie thérapeutique, retenant les chirurgies d'avancées bi-maxillaires et les basiglossectomies réductrices. Les indications sont posées sur des critères céphalométriques maxillo-mandibulaires dérivant des analyses de Tweed et de Delaire, ainsi que sur la valeur de la surface oropharyngée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Basiglossectomie avec hyo-épiglottoplastie. Une alternative chirurgicale pour les syndromes d'apnées du sommeil sévères.

  • Cet article présente les résultats préliminaires et définit les indications de la basiglossectomie avec hyo-épiglottoplastie dans le traitement du syndrome d'apnées du sommeil (SAS) sévère lié à des anomalies hyolinguales isolées. Elle permet, après repérage et déroutation des pédicules linguaux, une résection sub-totale de la base de langue associée à une plastie d'élargissement du pharynx rétrobasilingual, une verticalisation de l'épiglotte et une remise en tension et en position anatomique du plancher buccal et de l'os hyoïde. De novembre 1992 à février 1996, 14 hommes souffrant d'un SAS sévère (index d'apnées-hypopnées horaire moyen de 71) ont été traités. Les indications reposaient sur un bilan céphalométrique par téléradiographie de profil et IRM linguale. Les résultats sont appréciés sur des critères cliniques et polysomnographiques. Aucune complication vasculonerveuse n'est survenue. Les résultats cliniques sont excellents mais le taux de succès polysomnographique est de 50 %. Ces résultats préliminaires nous ont conduits à introduire des modifications techniques. L'analyse statistique de ces résultats a permis de mettre en évidence un critère céphalométrique prédictif du succès thérapeutique, une surface oropharyngée supérieure à 25 cm

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Potentiels tardifs ventriculaires et syndromes d'apnées du sommeil.

  • Cette étude prospective réalisée chez 37 patients a eu pour objectif d'évaluer la prévalence des potentiels tardifs ventriculaires dans le syndrome d'apnées du sommeil, affection associée à un risque élevé de troubles du rythme ventriculaire et de mort subite. Une analyse comparative a été effectuée au sein d'un effectif de patients considérés comme non coronariens et hospitalisés pour suspicion de syndrome d'apnées du sommeil sur les données cliniques et l'oxymétrie simple. La prévalence des potentiels tardifs ventriculaires était de 56% dans le groupe apnéique reconnu sur les données de l'enregistrement polygraphique et de 14% chez les non apnéiques (p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov