Syndrome premenstruel [ Publications ]

syndrome premenstruel [ Publications ]

Publications > syndrome premenstruel

  • Le syndrome prémenstruel a donné lieu à une littérature relativement abondante, mais dont l'hétérogénéité des approches a longtemps contribué à un défaut de crédibilité et de prise en charge. Plus récemment, et notamment grâce au développement des critères diagnostiques, les psychiatres se sont davantage intéressés à ce syndrome, dont l'intensité des symptômes thymiques et anxieux détermine souvent l'importance des conséquences relationnelles et sociales, ainsi que le recours aux soins. Le syndrome prémenstruel est un trouble complexe dont le diagnostic sera au mieux établi par une autoévaluation prospective standardisée, qui permettra de distinguer des plaintes isolées et sans retentissement, d'un trouble invalidant nécessitant une prise en charge thérapeutique. Ainsi, si l'on ne retient que les symptômes jugés « sévères », avec recours à un traitement, la prévalence sur la vie entière est d'environ 10 à 15 %, et si l'on ne retient que les symptômes « invalidants », avec interruption des activités, de 2 à 5 %. Sur le plan étiopathogénique, le rôle du système sérotoninergique semble primordial, la prescription d'antidépresseurs sérotoninergiques à faible posologie et prescrits de façon intermittente apparaissant comme l'alternative la plus pertinente, en association avec un soutien psychologique adapté à l'histoire personnelle de la patiente.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Intérêt de l'extrait standardisé de Ginkgo biloba (EGb 761) dans la prise en charge des symptômes congestifs du syndrome prémenstruel.

  • L'efficacité de l'extrait standardisé de Ginkgo biloba (EGb 761) dans la prise en charge des symptômes congestifs du syndrome prémenstruel (SPM) a été évaluée dans une étude multicentrique contrôlée en double aveugle contre placebo. La population étudiée était composée de 165 femmes de 18 à 45 ans en période d'activité génitale et se plaignant, depuis au moins 3 cycles, de troubles prémenstruels congestifs durant au moins 7 jours par cycle. Les caractéristiques des patientes et des SPM étaient comparables dans les 2 groupes (EGb 761 et placebo). Un cycle d'observation de pré-inclusion permettait une confirmation prospective du diagnostic de SPM. Ensuite, pendant 2 cycles, chaque patiente a reçu de l'EGb 761 ou du placebo du 16

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome premenstruel. Influence des contraceptifs oraux.

  • The prevalence of individual premenstrual symptoms was studied in a randomly selected group of 217 women taking oral contraceptives (OCs). The results were compared with corresponding data from 595 women not using the pill. The analyses included 6 different mental and somatic symptoms defined and graded in severity and related to age. It was found that OCs had a beneficial effect on the premenstrual tension symptoms in all age groups except the youngest (18 years). In this group, the tendency was exactly the opposite. Within the total sample of women, OC users were absent significantly less often from work. The present results are in agreement with those of most of the earlier studies provided that age is taken into account. (author's)

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le syndrome prémenstruel en France : épidémiologie et activité thérapeutique de 1000 mg de fraction flavonoïque purifiée micronisée chez 1 473 femmes consultant en gynécologie

  • Le syndrome prémenstruel (SPM) reste en France un réel problème de Santé publique. Son épidémiologie demeure mal connue. Une étude multicentrique nationale vient de lui être consacrée. Nous en rapportons les résultats. Objectifs de l'étude : mieux connaître l'épidémiologie du SPM et évaluer l'activité thérapeutique en ouvert d'une fraction flavonoïque purifiée micronisée (Daflon 500 mg

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le dépistage du syndrome prémenstruel en médecine du travail

  • Le syndrome prémenstruel est une affection fréquente mais sous-diagnostiquée. Il s'agit d'une cause méconnue d'incapacité de travail. Le médecin du travail peut contribuer efficacement à son dépistage.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov