Syndrome hepatorenal [ Publications ]

syndrome hepatorenal [ Publications ]

Publications > syndrome hepatorenal

  • Le syndrome hépatorénal (SHR) est une complication sévère de la cirrhose. Il résulte d’anomalies hémodynamiques associant une vasodilatation systémique et une vasoconstriction rénale. Le risque infectieux augmenté, la mise en jeux des systèmes vasoconstricteurs et le syndrome de réponse inflammatoire systémique contribuent à la dilatation splanchnique et à l’altération de l’autorégulation rénale. Une fraction d’éjection cardiaque inadaptée et une incompétence systolique augmentent le risque d’insuffisance rénale. Le SHR de type I est habituellement initié par un évènement précipitant associé à une réponse inflammatoire systémique exagérée résultant en une défaillance multiviscérale. Les vasoconstricteurs sont le traitement de base au cours du SHR de type I avec en chef de file la terlipressine. La norépinéphrine peut être utilisée comme une alternative thérapeutique. Le shunt porto-cave intrahépatique transjugulaire (TIPS) peut être applicable chez un petit nombre de patients avec SHR de type I et dans la majorité des patients avec SHR de type II. La transplantation hépatique est le traitement définitif du SHR. La décision d’une bigreffe rein/foie ou d’une transplantation séquentielle foie puis rein reste très controversée. En pratique, les patients ayant besoin de plus de huit à 12 semaines de dialyse prétransplantation doivent être considérés pour une bigreffe rein/foie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome hépatorénal

  • Le syndrome hépatorénal est une complication sévère de la maladie hépatique au stade terminal. Au cours du syndrome hépatorénal, la vasodilatation splanchnique et périphérique, et donc la réduction du volume artériel efficace, induisent l’activation de molécules vasoconstrictrices rénales, d’où l’insuffisance rénale fonctionnelle. Le diagnostic de syndrome hépatorénal est un diagnostic d’exclusion et n’est retenu qu’après avoir éliminé toutes les autres causes d’insuffisance rénale aiguë (en particulier prérénale). La péritonite bactérienne spontanée est un des facteurs déclenchants, et doit être recherchée chez tout patient ayant une maladie hépatique sévère et une insuffisance rénale aiguë. Sa prise en charge rapide par antibiothérapie parentale et perfusion d’albumine diminue significativement le risque. L’utilisation combinée d’albumine par voie intraveineuse, de vasoconstricteurs splanchniques et périphériques, et/ou d’épuration extrarénale, permet parfois de temporiser jusqu’à la transplantation hépatique (ou combinée foie–rein chez des patients sélectionnés). La transplantation est, en effet, le seul moyen d’améliorer le pronostic à long terme.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le syndrome hépatorénal chez le patient cirrhotique

  • Le syndrome hépatorénal est une forme d'insuffisance rénale de nature purement fonctionnelle pouvant se développer au cours de la cirrhose. L'élaboration de critères diagnostiques précis a permis de clarifier cette entité, alors que ses mécanismes physiopathologiques sont mieux connus. Au cours de la cirrhose, l'hypertension portale sinusoïdale conduit à une vasodilatation splanchnique et systémique responsable d'une diminution du volume sanguin artériel efficace. Un état de vasoconstriction rénale se développe, menant d'abord à une rétention hydrosodée, puis, dans les cas les plus graves, à l'insuffisance rénale en l'absence de toute pathologie organique rénale. La transplantation hépatique est ici le seul traitement définitif pour corriger l'insuffisance rénale. De nouvelles thérapeutiques prometteuses ont été développées pour prolonger la survie lors de syndrome hépatorénal, en particulier les analogues de la vasopressine et la création de shunts transjugulaires intrahépatiques portosystémiques (TIPS). Au plan préventif, l'utilisation adéquate des diurétiques, l'éviction des médicaments néphrotoxiques, la prophylaxie de la péritonite bactérienne spontanée et l'administration de solutés de remplissage lors de ponction d'ascite de grand volume, permettent de réduire le risque de développer un syndrome hépatorénal.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le point sur le syndrome hépatorénal.

  • Le syndrome hépatorénal est une insuffisance rénale fonctionnelle qui s'observe en présence d'une insuffisance hépatocellulaire avancée. Le diagnostic repose sur la démonstration d'une filtration glomérulaire diminuée en l'absence d'autres causes d'insuffisance rénale susceptibles d'être rencontrées dans ce contexte d'insuffisance hépatique. La greffe hépatique, seul traitement curatif, est souvent réfutée ou nécessite un délai excessif par rapport à la survie médiane. Les traitements supportifs, tels que l'utilisation d'analogues de la vasopressine, les shunts porto-systémiques intrahépatiques et l'épuration extrarénale, sont surtout utiles dans l'attente d'une greffe. Cet article reprend la physiopathologie, la démarche diagnostique et enfin le traitement du syndrome hépatorénal.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome hépatorénal : quoi de neuf ?

  • Le syndrome hépatorénal est une complication grave et fréquente, décrite chez les patients atteints de cirrhose hépatique. Dans sa forme sévère, il est caractérisé par une insuffisance rénale aiguë d’origine fonctionnelle. Cependant, il s’agit le plus souvent d’un diagnostic d’exclusion. La physiopathologie, qui n’est pas encore totalement claire, repose sur une vasodilatation splanchnique associée à une vasoconstriction systémique et rénale avec une rétention hydrosodée secondaire et une dysfonction cardiaque progressive. Parmi les alternatives thérapeutiques, l’administration d’albumine associée à des vasoconstricteurs intraveineux, terlipressine ou noradrénaline, est recommandée. Toutefois la question d’une transplantation hépatique doit se poser en raison de l’impact de cette pathologie sur la survie. Au vu de l’atteinte rénale et de la défaillance souvent multiorganique, une prise en charge multidisciplinaire est nécessaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome hépatorénal

  • Le syndrome hépatorénal (SHR) est une insuffisance rénale aiguë fonctionnelle par vasoconstriction rénale qui survient chez le cirrhotique avec dysfonction vasculaire. La vasoconstriction rénale est réactionnelle à la vasodilatation artériolaire diffuse. Il existe deux types de SHR qui se distinguent selon l’évolution et le stade de l’insuffisance rénale et dont le pronostic est différent. La transplantation hépatique demeure le traitement de référence. Les traitements médicamenteux d’attente sont essentiellement représentés par les analogues de la vasopressine. La place de l’épuration extrarénale et des techniques de shunt intrahépatique portosystémique restent à préciser. Le pronostic du SHR est défavorable avec une mortalité à court terme élevée en l’absence de traitement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov