Syndrome douloureux regional complexe [ Publications ]

syndrome douloureux regional complexe [ Publications ]

Publications > syndrome douloureux regional complexe

  • Une des complications majeures des fractures opérées du radius distal est l'algodystrophie ou syndrome douloureux régional complexe de type I. Sa pathogénie semble liée au rôle toxique des radicaux libres oxydés. La vitamine C a une propriété anti-oxydante. Les auteurs ont fait l'étude comparative de deux séries de patients qui présentaient une fracture du radius distal traitée par embrochage intrafocal après réduction. Dans un des deux groupes, 95 patients ont reçu un gramme par jour de vitamine C pendant 45 jours , dans l'autre group, 100 patients ont servi de témoins. Ils ont relevé un taux cinq fois plus faible de survenue de syndrome douloureux régional complexe de type 1 chez les patients qui avaient reçu la vitamine C. Cette constatation rejoint celles d'autres travaux antérieurs et vient à l'appui du rôle possible de la vitamine C dans la prévention de l'algodystrophie après fracture du radius distal.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome douloureux régional complexe de la cheville et du pied au cours d’une grossesse pathologique particulière : une association exceptionnelle.

  • La survenue d’un syndrome régional douloureux complexe au cours de la grossesse est rare. Ses mécanismes physiopathologiques chez la femme enceinte apparaissent multifactoriels et complexes. Classiquement sa localisation préférentielle est la hanche. L’accouchement permet d’obtenir et d’accélérer la guérison. Nous rapportons le cas d’une localisation rare du syndrome douloureux régional complexe au niveau de la cheville et le pied chez une femme au début du troisième trimestre de la grossesse. Outre cette localisation rare on rapporte une association exceptionnelle avec une grossesse pathologique particulière.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome douloureux régional complexe.

  • Le syndrome douloureux régional complexe (anciennement algodystrophie) est une affection rare qui touche préférentiellement une extrémité (main, pied). Il se développe le plus souvent dans les semaines qui suivent un traumatisme ou un accident vasculaire cérébral. Il s’agit d’une entité syndromique dont le diagnostic repose sur des critères précis, dits de Budapest, excluant toute atteinte expliquant mieux les symptômes. Le traitement doit être précoce. La restauration fonctionnelle en est le cœur (physiothérapie, ergothérapie), associée à une psychoéducation. L’immobilisation inappropriée et l’évitement, souvent rencontrés, doivent être combattus. Bisphosphonates ou corticoïdes sont les médicaments de premier choix des formes précoces. L’évolution est souvent longue, mais le pronostic favorable dans environ 75 % des cas (≤ 1 an).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Comment je traite ... le syndrome douloureux régional complexe (SDRC).

  • Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC), anciennement connu sous le nom d’algoneurodystrophie, est un état douloureux d’une région du corps, souvent un membre, associé à des troubles vasomoteurs, moteurs et trophiques, qui peut survenir après un traumatisme. Nous décrivons brièvement l’épidémiologie, les critères diagnostiques et les avancées dans la physiopathologie. Nous explicitons ensuite les différents schémas thérapeutiques disponibles actuellement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le vécu de l’algoneurodystrophie ou syndrome douloureux régional complexe de type 1 par le chirurgien

  • L’algoneurodystrophie du point de vue du chirurgien : description de la clinique, de l’imagerie (scintigraphie, IRM) et du contexte psychologique associé. Importance de la nécessité d’une organisation pluridisciplinaire de la prise en charge diagnostique et thérapeutique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov