Syncinesie [ Publications ]

syncinesie [ Publications ]

Publications > syncinesie

  • Les syncinésies oculo-palpébrales et facio-palpébrales sont définies comme un mouvement anormal et involontaire de la paupière supérieure lors d’un mouvement énergique, volontaire ou non, de l’œil ou d’une autre partie de la face. Leur association au ptosis, bien que rare, se caractérise par un polymorphisme clinique et pose un problème thérapeutique. Les syncinésies connues sont schématiquement classées en deux groupes : groupe des syncinésies déterminant une élévation de la paupière supérieure où l’on retrouve le phénomène de Marcus Gunn et le pseudo-signe de Graefe et le groupe des syncinésies déterminant un abaissement de la paupière supérieure qui comprend le syndrome de Marin Amat. Les solutions thérapeutiques proposées sont très variées et les résultats parfois contradictoires. Toutefois, la plupart des auteurs s’accordent actuellement pour une résection simple du releveur dans les ptosis associés aux syncinésies minimes en dehors des ptosis majeurs à cause du risque de phénomène de Lid Lag. En présence d’une syncinésie modérée ou majeure, la section uni- ou bilatérale du releveur et la suspension bilatérale de la paupière supérieure au muscle frontal assurent la meilleure symétrie statique et dynamique mais présentent l’inconvénient de mutiler définitivement le côté sain.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syncinésies d'imitation cérébelleuses.

  • Deux patients droitiers porteurs d'une ataxie cérébelleuse pure par atrophie cérébelleuse corticale autosomique dominante, appartenant à une même généalogie, présentaient des syncinésies d'imitation. Celles-ci prédominaient dans les mouvements alternatifs des membres supérieurs, mais étaient présentes aux membres inférieurs. Les mouvements syncinétiques étaient plus marqués à droite, chez un patient et étaient exclusivement droits chez l'autre. L'électromyographie montra que la syncinésie se déclenchait après un temps de latence d'environ 200 milli-secondes puis tendait à devenir synchrone des mouvements inducteurs.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Trouble de la mobilité laryngée bilatérale et syncinésies: intérêt de la toxine botulique. A propos d'un cas.

  • L'apparition d'une dyspnée inspiratoire chez une patiente opérée plusieurs années auparavant d'une thyroïdectomie totale pour maladie de Basedow, a révélé un trouble de la mobilité cordale bilatérale avec syncinésies laryngées. La détérioration de l'état ventilatoire, à distance d'une aryténoïdectomie suivie de cordotomie transverse postérieure controlatérale, a fait proposer l'injection de toxine botulique dans les muscles thyroaryténoïdiens et interaryténoïdiens. L'amélioration obtenue, sans altération de la phonation justifie la présentation de cette observation inhabituelle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les syncinésies d'imitation cérébelleuses.

  • Les syncinésies d'imitation n'avaient pas été décrites dans l'ataxie cérébelleuse humaine et sont inconnues en neurophysiologie expérimentale du cervelet. Nous décrivons ici des syncinésies d'imitation dans l'épreuve de pronation-supination de la main et d'extension-flexion du pied chez 2 patients porteurs d'un syndrome cérébelleux pur génétique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ptosis palpébral congénital avec syncinésie oculo-palpébrale paradoxale.

  • Les auteurs décrivent le cas d'une fillette de 4 ans avec ptosis monolatéral causé probablement par un traumatisme obstétrical.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov