Symptomes medicalement inexpliques [ Publications ]

symptomes medicalement inexpliques [ Publications ]

Publications > symptomes medicalement inexpliques

  • Les symptômes médicalement inexpliqués (SMI) sont extrêmement fréquents en médecine générale comme dans toutes les spécialités médicales, mais leur dénomination n’est pas univoque et les moyens de les prendre en charge diffèrent des approches thérapeutiques classiques. La difficulté de leur prise en charge ne réside tant pas dans le diagnostic, qui s’impose rapidement avec l’expérience, que dans la nécessité d’une relation thérapeutique essentiellement humaine, sans recours à la technicité, qui pousse le médecin aux limites de ses capacités d’empathie et de communication. Le malaise, voire le désarroi régulièrement ressenti par les médecins devant un patient avec SMI prouve que les ressorts de la relation médecin-malade en situation d’incertitude sont mal maîtrisés. Les patients sont ainsi régulièrement malmenés par le corps médical, qui participe involontairement à l’entretien de leurs symptômes jusqu’à les fixer avec des conséquences médico-économiques et psycho-sociales désastreuses. Pourtant, c’est la relation médecin-malade qui est la clé de leur guérison ou à défaut de leur amélioration. Les moyens de réussite d’une relation centrée sur le patient ne sont pas toujours intuitifs mais ils peuvent s’apprendre. Il semble donc fondamental d’inscrire les SMI au programme de la formation médicale initiale et continue. Enfin, si la prise en charge des SMI précoces relève de la médecine générale, celle des SMI sévères, notamment certains syndromes fibromyalgiques et de fatigue chronique fixés, entre dans le champ d’expertise du médecin interniste, qui doit être en mesure de délivrer une prise en charge globale, en partenariat avec le médecin généraliste et éventuellement un psychiatre.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov