Surpoids [ Publications ]

surpoids [ Publications ]

Publications > surpoids

  • Le cumul de la malnutrition protéino-énergétique (MPE) des enfants et du surpoids des mères au sein des mêmes ménages est un phénomène associé à une transition nutritionnelle accélérée dans les pays en développement (PED). L'objectif de l'étude était de déterminer, en zone urbaine pauvre du Bénin, la prévalence de ce cumul, puis de cerner les différences avec des ménages d'autres phénotypes nutritionnels, quant aux conditions socio-économiques et à la qualité de l'alimentation. Des données anthropométriques ont été recueillies auprès des mères et enfants de 148 ménages choisis de manière aléatoire et comportant au moins deux enfants de la même mère, dont un âgé de 6 à 59 mois et l'autre, de 5 à 11 ans. Les autres paramètres ont été évalués au moyen d'un questionnaire administré à une partie des mères (n = 126), incluant la fréquence de consommation de 13 groupes alimentaires pour évaluer la diversité comme indice de qualité alimentaire. La prévalence du cumul était de 16,2 %. Sur les 79 ménages avec MPE, 30,4 % avaient une mère en surpoids, alors que 41,4 % des ménages à surpoids maternel (n = 58) comprenaient au moins un enfant malnutri. Les enfants de 5 à 11 ans présentaient un bon moins état nutritionnel que ceux de moins de 5 ans (41 % et 30 % de MPE chronique ou aiguë, respectivement). Chez les mères, 39,2 % accusaient un surpoids, incluant 15,5 % d'obésité. D'après les analyses de régression logistique, un statut socio-économique relativement élevé favorisait le cumul surtout parmi les ménages avec MPE, alors que l'insalubrité de l'habitat augmentait le risque de cumul chez les ménages à surpoids maternel. Une plus grande diversité alimentaire protégeait les différents types de ménages contre le cumul. L'étude permet de conclure qu'en milieu urbain pauvre de PED à faible revenu, le fardeau nutritionnel n'est pas à négliger et que pour la prévention, des actions pour la diversification alimentaire et pour l'assainissement sont indiquées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Actualité sur les déterminants de l’activité physique habituelle (APH) de l’enfant : mise à jour et implications pour les options de prise en charge et de prévention du surpoids/obésité infantile

  • Avec l’augmentation constante de l’excès pondéral et de ses comorbidités dans la population pédiatrique, il semble nécessaire de stimuler et de veiller à et de stimuler l’engagement d’une majorité d’enfants dans une activité physique régulière. Pour ce faire, il paraît incontournable de connaître et de manipuler à bon escient les déterminants ou influences de l’activité physique habituelle (APH) de l’enfant, en particulier lorsqu’il s’agit d’enfants en souffrance de surpoids/obésité. Cet article est une mise à jour et un examen critique des données existantes sur les déterminants de l’APH en regard du surpoids/obésité infantile. Les données actuelles suggèrent que l’auto-efficacité et la compétence physique sont des facteurs de motivation essentiels et des points d’ancrage solides pour l’initiation et l’engagement de l’enfant dans une pratique physique durable. En particulier, chez l’enfant en surpoids/obésité, les stratégies d’intervention devraient au préalable concentrer les efforts sur l’amélioration de ces dimensions psychosociales autour desquelles gravitent les autres composantes physiologiques (facteurs de capacité) et environnementales (facteurs de renforcement). Ces stratégies devraient impliquer simultanément différents professionnels (épidémiologistes, actiphysiciens, enseignants, médecins, psychologues, urbanistes, conseillers municipaux) poursuivant le même objectif et dotés de compétences suffisamment variées pour être efficaces à leur niveau respectif.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Critères de repérage précoce des enfants à risque de développer un surpoids

  • Afin d’aider les professionnels de santé dans leur pratique de dépistage précoce du surpoids, nous avons cherché à identifier des marqueurs prédictifs précoces du développement d’un surpoids ultérieur. Pour cela, nous avons constitué une cohorte historique de 1424 enfants aquitains âgés de 8–9 ans scolarisés en CE2 pour lesquels nous disposions des données antérieures de corpulence recueillies dans le cadre des bilans de santé scolaire de 3–4 ans et 5–6 ans. Les résultats montrent que parmi les 189 sur 1424 enfants (13,9 %) de la cohorte historique qui présentaient un surpoids selon les références françaises lors du bilan de 8–9 ans, 33,8 % étaient déjà en surpoids à 3–4 ans et 54,1 % à 5–6 ans. La combinaison du critère « existence d’un surpoids à 3–4 ans ou à 5–6 ans » avec le critère « augmentation de l’indice de masse corporelle (IMC) de plus d’1 point entre 3–4 ans et 5–6 ans » apparaît comme le meilleur marqueur de repérage du risque de développer un surpoids à 8–9 ans, avec une bonne sensibilité (75,3 %) et une bonne spécificité (87,9 %). Ainsi, cette étude montre qu’il est possible dès 6 ans de repérer la majorité des enfants qui sont à risque de développer un surpoids ou une obésité en analysant l’évolution de la valeur de l’IMC entre 3–4 ans et 5–6 ans. De plus, ces résultats confortent l’intérêt de proposer un suivi et une prise en charge aux enfants qui sont déjà en surpoids entre 3 et 6 ans.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Effets cardio-métaboliques du rimonabant chez le sujet obèse ou en surpoids avec dyslipidémie ou diabète de type 2.

  • Le rimonabant (Acomplia®) est le premier antagoniste sélectif des récepteurs CB1 du système endocannabinoïde. Il a été évalué dans un vaste programme de phase 3, le programme RIO («Rimonabant In Obesity and related disorders»), chez plus de 6.600 patients obèses ou en surpoids, avec ou sans comorbidités, suivis pendant 1-2 ans. Comparé au placebo, le rimonabant 20 mg/jour augmente la perte pondérale, réduit le périmètre abdominal, accroît le taux de cholestérol HDL, diminue la triglycéridémie, réduit l’insulinorésistance et diminue la prévalence du syndrome métabolique. Chez le patient diabétique de type 2, le rimonabant diminue, en outre, le taux d’HbA1c, effet confirmé dans la récente étude SERENADE. Environ la moitié des effets métaboliques observés est indépendante de la perte pondérale, suggérant une activité intrinsèque périphérique du rimonabant. Le rimonabant est indiqué, en Europe, en association au régime et à l’exercice physique, dans le traitement du sujet obèse ou du sujet en surpoids avec facteur(s) de risque associé(s), tels que diabète de type 2 ou dyslipidémie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Facteurs associés au surpoids et à l’obésité des élèves de Ouagadougou (Burkina Faso)

  • Introduction: l'obésité préoccupe davantage la communauté internationale car elle est devenue l'une des pandémies non infectieuses la plus répandue dans le monde et touche de plus en plus les enfants. Sujets et méthodes: nous avons mené une étude transversale analytique du 25 mai au 16 juin 2010 sur un échantillon de 435 élèves choisis de façon aléatoire dans les établissements secondaires de la ville de Ouagadougou afin d'identifier les facteurs favorisants l'obésité et le surpoids. Résultats: les principaux facteurs associés significativement à l'obésité et au surpoids étaient les antécédents familiaux d'obésité (OR = 7,4), le niveau socio-économique élevé (OR = 33,8), le grignotage de bonbons (OR = 5,3), de gâteaux sucrés (OR = 3,5), de chocolat (OR = 12,6), la consommation fréquente de sucreries (OR = 2,2), l'insuffisance d'activité physique (OR = 4,4) et l'existence d'une relation familiale conflictuelle (OR = 3,9). Conclusion: la prise en compte de ces facteurs dans les activités de prévention doit permettre de réduire la prévalence du surpoids et de l'obésité ainsi que leurs conséquences morbides ultérieures.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Caractérisation physiopathologique du syndrome métabolique chez les sujets algériens en surpoids, obèses et diabétiques de type 2 : intérêt des adipokines comme biomarqueurs dysmétaboliques

  • L'expansion de la masse grasse corporelle (MGC) est corrélée à un ensemble de troubles qui altèrent l'homéostasie énergétique et/ou hémodynamique. Cette constellation de désordres est médiée par l'insulinorésistance, les dyslipidémies et plus récemment par les adipokines. Objectif: Recherche d'associations entre les marqueurs du syndrome métabolique et les troubles de sécrétion de la leptine, de l'adiponectine et de la résistine durant les phases de surpoids, d'obésité et du diabète de type 2. Patients et méthodes: 240 sujets adultes ont été répartis en 4 groupes appariés selon l'âge, le sexe et la valeur de leur IMC , en surpoids (SP), obèses (OB), diabétiques (DB) et témoins. Chez l'ensemble de sujets, nous avons recherché la présence d'un syndrome métabolique selon les critères de la NCEP/ATPIII. L'insulinorésistance a été évaluée par le modèle Homa. Les paramètres métaboliques ont été déterminés sur automate Cobas

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Recherche universitaire relative au surpoids, l'obésité et l'activité physique--un paradigme Belge.

  • Se centrer sur les archives de recherche universitaire médicale de Belgique extraites par le filtre universitaire de recherche dans un contexte d'Indice de Masse Corporelle (IMC), de surpoids, d'obésité et d'activité physique. Un modèle générique de filtre de recherche a été créé par le secteur universitaire belge et appliqué à MEDLINE (via PubMed). Le lieu de publication et la langue caractéristique ont été identifiés. L'exécution du filtre réalisé par l'université a été évalué en deux étapes : premièrement, en le comparant avec les résultats d'une recherche manuelle (gold standard , sensibilité, spécificité) et deuxièmement, en calculant les pourcentages de concordance. L'évaluation du filtre révèle une spécificité et une sensibilité de 100% dans le champ de l'IMC, surpoids, obésité et activité physique. Globalement, le pourcentage de concordance était de 97,23%. La construction d'un filtre universitaire possédant une haute sensibilité et spécificité a permis l'application systématique et la récupération rapide de l'information dans MEDLINE (PubMed).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L’évolution récente des prévalences de surpoids et d’obésité chez l’enfant et l’adolescent en France et au niveau international

  • La surveillance des prévalences de surpoids et d’obésité chez les enfants et les adolescents a connu un essor important au cours des années 2000. Elle a ainsi permis de documenter, de façon standardisée, ce problème majeur de santé publique en France et au niveau international. Actuellement, en France, un peu moins d’un enfant sur cinq est en surpoids, avec 3 à 4 % d’entre eux qui sont obèses. Comme c’est le cas dans d’autres pays développés, ces fréquences se sont stabilisées au cours des années 2000 et permettent de situer la France dans un groupe de pays, dont la situation apparaît comme étant plutôt favorable. Néanmoins, elles cachent aussi des disparités importantes, notamment selon les groupes sociaux, et le nombre d’enfants concernés reste trop élevé, ce alors que les perspectives de prise en charge sont souvent peu concluantes. La mise en œuvre d’actions préventives reste donc d’actualité.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Surpoids et obésité morbide dans le canton de Vaud : projections pour 2040.

  • La prévalence mondiale a plus que doublé depuis 1980. Nous avons projeté la prévalence de l’obésité dans le canton de Vaud au cours des 25 prochaines années. Des données de l’Enquête suisse sur la santé, menée tous les cinq ans depuis 1992 par l’Office fédéral de la santé publique, ont été employées. En utilisant différentes hypothèses mathématiques, le taux d’augmentation de la prévalence de l’obésité en Suisse entre 1992 et 2012 a été calculé permettant une projection des prévalences futures. La prévalence de l’obésité était de 9,64 % en 2012. Le taux de croissance effectif entre 2016 et 2040 devrait être compris entre 16 500 cas et 69 500 cas en fonction de l’incertitude liée à l’augmentation effective de la prévalence au cours de cette période. La prévalence de l’obésité est en constante augmentation dans notre région et les projections ne sont pas rassurantes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Résultats de l’étude observationnelle EPIGRAM : prise en charge de l’obésité et du surpoids en médecine générale, suivi de la cohorte traitée par l’orlistat

  • L'étude pharmacoépidérniologique EPIGRAM a été mise en place auprès de médecins généralistes (MG) prescripteurs d'orlistat (Xenical®) dans le but de décrire, en situation réelle, la prise en charge des patients obèses ou en surpoids et le suivi sur un an des patients traités par orlistat. Sept cent quatorze MG ont participé à cette étude et ont inclus 6801 patients dont 40 % traités par orlistat, 76 % étaient des femmes et 63 % souffraient de comorbidités. Avec un indice de masse corporelle (IMC) moyen de 33,1 ± 5,1 kg/m

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prise en charge de l'hypertension artérielle et surcharge pondérale Observatoire de la prise en charge de patients hypertendus non contrôlés en fonction de la présence ou non d'un surpoids (PHYSIObs).

  • Cette étude a pour but de comparer la prise en charge en médecine générale de patients hypertendus non contrôlés (pression artérielle >

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov