Steatose hepatique [ Publications ]

steatose hepatique [ Publications ]

Publications > steatose hepatique

  • L'homocystéine est un acide aminé soufré qui intervient dans le métabolisme de la méthionine. Cette molécule appartient au groupe des thiols intracellulaires. L'hyperhomocystéinémie est fréquente dans la population caucasienne (plus de 15 % de la population). Son rôle au cours des pathologies vasculaires est bien établi. En hépatologie, des données expérimentales chez des souris déficitaires pour certaines enzymes du métabolisme de l'homocystéine ont montré la présence d'une stéatose hépatique sévère avec parfois stéatohépatite. Chez l'homme, de nombreux travaux ont montré l'existence d'une corrélation entre homocystéine et stéatose. Certains auteurs ont même proposé un seuil discriminant d'homocystéinémie permettant de distinguer stéatose simple et NASH (Non Alcoholic SteatoHepatitis). Au cours de l'hépatite chronique C, des données préliminaires ont montré que l'hyperhomocystéinémie était un facteur de risque indépendant de stéatose et peut-être de fibrose. Il existe une forte corrélation entre homocystéine et insulino-résistance. L'homocystéine a une action directe au niveau hépatique. Elle permet la surexpression de SREBP-1 (Sterol Regulatory Elément Binding Proteins), qui favorise la stéatose. Elle stimule la sécrétion de cytokines proinflammatoires, probablement en activant le facteur transcriptionnel NF kappa B, augmentant ainsi le risque de NASH. Enfin, l'homocystéine, en stimulant l'inhibiteur de métalloprotéinase TIMP-1 (Tissue Inhibitor of Metalloproteinase), pourrait favoriser la fibrogénèse hépatique. De plus, l'hyperhomocystéinémie, en provoquant une hypométhylation de STAT 1 (Signal Transducer and Activator of Transcription), pourrait diminuer l'effet antiviral de l'interféron. Des données in vitro montrent que la normalisation de la méthylation de STAT 1 par apport de bétaine et S Adenosyl Méthionine (appartenant au cycle de l'homocystéine) permet de rétablir l'effet antiviral de l'interféron alpha. Des études chez l'homme sont nécessaires pour savoir si la prise en charge thérapeutique de l'hyperhomocystéinémie a des conséquences favorables au cours des stéatoses et au cours de l'hépatite chronique virale C.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Stéatose hépatique et séquence phase-opposition de phase: aspects théoriques et applications pratiques à 3T.

  • La stéatose hépatique peut évoluer vers une stéato-hépatite puis vers la cirrhose et ses complications. Elle peut aussi contribuer à une insuffisance hépatocellulaire parfois fatale après hépatectomie majeure et notamment dans le cadre de la transplantation hépatique à donneur vivant. L'imagerie doit donc relever le défi de la détection et de la quantification de manière à la fois précise et non invasive. Pour cela, la séquence en phase et en opposition de phase (IP/OP) pratiquée en routine en IRM hépatique est un moyen simple et robuste. Ce travail didactique abordera les aspects histologiques, physiopathologiques et cliniques de la stéatose hépatique puis les points clés de la séquence IP/OP en s'appuyant sur les principes physiques à ne pas méconnaître. La relaxation T2*, responsable d'une chute inéluctable du signal entre les 2 temps d'échos doit être prise en compte. Ces temps d'échos doivent être connus lors de l'interprétation des images et optimisés tout particulièrement à 3 T. Enfin, Le Tl des lipides et de l'eau est très différent et entraîne un « effet T1 parasite » qui est à la fois une source d'erreur pour la quantification et un avantage pour l'interprétation. L'ensemble de ces données permet de détecter et de quantifier la stéatose hépatique en routine clinique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Stéatose hépatique aiguë gravidique récidivante.

  • La stéatose hépatique aiguë gravidique (SHAG) est une hépatopathie gravidique rare, potentiellement fatale pour la mère et l'enfant. Peu de cas de récidive ont été publiés, et nous en rapportons un nouveau cas. La malade présentait un premier épisode de SHAG en 1991 à l'âge de 27 ans au terme de 37 semaines d'aménorrhée de sa première grossesse. Le diagnostic était suspecté devant des vomissements, une thrombopénie et des anomalies des tests hépatiques. Il était confirmé par l'échographie hépatique et la tomodensitométrie abdominale. L'évolution était favorable après un accouchement par césarienne. Six ans plus tard, la malade débutait une deuxième grossesse. Les tests hépatiques et l'hémogramme étaient contrôlés régulièrement. La récidive survenait au terme de 30 semaines d'aménorrhée et la grossesse était interrompue par césarienne. Le diagnostic de SHAG était de nouveau confirmé par l'échographie et la tomodensitométrie abdominale. En 2006, la mère et ses deux filles âgées respectivement de 15 et 8 ans étaient en bonne santé. L'étude du gène HADHA codant la sous-unité a de la chaîne longue de la 3-hydroxyacyl-coenzyme A déshydrogénase (long-chain 3-hydroxyacyl coenzyme A dehydrogenase, LCHAD) chez la malade ne trouvait pas de mutation, et en particulier pas la mutation fréquente c.1528G>

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hématome sous-capsulaire du foie rompu compliquant une stéatose hépatique aiguë gravidique.

  • L'hématome sous-capsulaire du foie est une complication rare de la grossesse, survenant le plus souvent dans le cadre d'une pré éclampsie ou d'un HELLP syndrome (Hemolysis, Elevated Liver enzymes, and Low Platelets Syndrome). Rare sont les cas décris au cours d'une stéatose hépatique aiguë gravidique. Nous rapportons le cas d'une parturiente de 33 ans, multipare, sans antécédents, admise aux urgences au terme d'une grossesse à 37 semaines d'aménorrhées, pour pré éclampsie compliquée d'une stéatose hépatique aiguë gravidique. L’échographie hépatique réalisée à l'admission était sans anomalie. Une césarienne a été réalisée en urgence devant une souffrance fœtale aiguë, au cours de laquelle a été mise en évidence une rupture de l'hématome sous capsulaire du foie s'accompagnant d'un état de choc hémorragique. La prise en charge a consisté à une polytransfusion et packing perihépatique. Le retrait du packing n'a été réalisé qu'au quatrième jour, après stabilisation clinicobiologique et régression de l'encéphalopathie hépatique. L’évolution en réanimation a été favorable avec sortie de la patiente au vingtième jour. La rupture de l'hématome sous-capsulaire du foie est extrêmement dangereuse et à haut risque materno-fœtal. L'association à la stéatose hépatique aggrave le pronostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

De la stéatose hépatique de l'obèse à la cirrhose, en l'absence d'intoxication alcoolique.

  • De la stéatose à la cirrhose L'obésité est fréquemment associée à une stéatose. Celle-ci peut entraîner des phénomènes inflammatoires avec une stéato-hépatite dont les caractéristiques cliniques, biologiques et histologiques sont identiques aux lésions d'origine alcoolique. Une fibrose peut apparaître au bout de plusieurs années, d'autant plus que l'obésité est importante, que le sujet est âgé, qu'il existe un diabète associé et que l'augmentation des transaminases dépasse deux fois la normale. Il est donc justifié de proposer une biopsie hépatique chez un patient obèse lorsqu'il existe des anomalies des transaminases supérieures à deux fois la normale et d'autant plus qu'il a d'autres facteurs de risque de développement de fibrose. Tentatives thérapeutiques Le traitement vise principalement à corriger les désordres métaboliques et l'obésité. D'autres traitements sont actuellement proposés (anti-oxydants, correcteurs de l'insulino-résistance), mais aucun n'est actuellement complètement validé. Dans l'avenir Avec la fréquence croissante de l'obésité dans les pays industrialisés, la stéatose et la stéato-hépatite vont devenir de plus en plus fréquentes et risquent de constituer, dans quelques années, une des principales causes de cirrhose.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Technique rapide de mesure de la stéatose hépatique à 3T: théorie, imagerie paramétrique, applications.

  • Ce travail didactique a pour but de présenter une méthode rapide, utilisable en routine, de quantification de la stéatose hépatique. Cette méthode basée sur une séquence triple-écho (phase, opposition de phase, phase) a été validée récemment en montrant une excellente corrélation et concordance avec la spectroscopie par résonance magnétique du proton. Les auteurs insistent sur les aspects théoriques en rappelant la nécessité d'une correction de l'effet T2* inhérent à l'utilisation des séquences phase/opposition de phase. L'effet T1 est également rendu négligeable par l'utilisation d'un angle de bascule faible (20°). L'avantage de cette méthode est de pouvoir obtenir une imagerie paramétrique (cartographie) de la stéatose dans l'ensemble du foie, moyennant un post-traitement court et simple, basé sur les calculs d'images de base (addition, soustraction, division, multiplication par un nombre entier), disponibles sur les consoles d'IRM. Cette imagerie paramétrique permet notamment de quantifier la stéatose au sein des lésions focales. Sa principale limite est l'ambiguïté liée aux charges lipidiques supérieures à 50 %, phénomène ne concernant heureusement pas la stéatose hépatique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une étiologie rare de stéatose hépatique avec acidose lactique: la toxicité des analogues nucléosidiques anti-viraux.

  • Nous rapportons trois observations de stéatose hépatique associée à une acidose lactique survenue chez des malades séropositives pour le VIH, et secondaire à une toxicité des analogues nucléosidiques antiviraux. Le tableau anatomo-clinique était similaire, associant une symptomatologie digestive (vomissements, douleurs abdominales), une polypnée, une acidose lactique, une évolution rapidement fatale, et une hépatomégalie avec une stéatose diffuse à prédominance macrovacuolaire. L'étude ultrastructurale réalisée dans deux observations montrait des lésions mitochondriales au niveau des hépatocytes. La toxicité des analogues nucléosidiques antiviraux est due à une inhibition de l'ADN polymérase mitochondriale. L'incidence de cette pathologie reste actuellement faible, mais elle est certainement sous estimée. Le diagnostic doit être rapidement évoqué, compte tenu du mauvais pronostic, imposant un arrêt immédiat du traitement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Diabète et stéatose hépatique non alcoolique.

  • La stéatose hépatique non alcoolique (en anglais non-alcoholic fatty liver disease - NAFLD) est l'affection hépatique chronique la plus fréquente et est souvent associée au diabète. Sa physiopathologie est complexe et consiste notamment en l'accumulation de lipides intrahépatocytaires, de phénomènes inflammatoires et de dysfonctions mitochondriales. Son diagnostic repose sur l'imagerie et des tests sanguins afin d'exclure d'autres causes d'atteinte hépatique. En cas de doute, la biopsie hépatique représente le gold-standard. Divers moyens thérapeutiques sont actuellement disponibles avec une efficacité relativement modérée et les mesures hygiéno-diététiques restent donc le traitement le plus efficace du NAFLD. Bien que débattu, le NAFLD pourrait représenter en lui-même un facteur de risque cardiovasculaire supplémentaire au diabète, une prise en charge agressive de tous les facteurs de risque cardiovasculaire est donc primordiale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Stéatose hépatique aiguë gravidique avec une pyélonéphrite aiguë droite sur une grossesse gémellaire: une association très rare.

  • La Stéatose hépatique aiguë gravidique est une complication rare de la grossesse, et l'association avec la pyélonéphrite aiguë est encore plus rarissime survenant le plus souvent dans le troisième trimestre. Le diagnostic est affirmé par un faisceau d'argument clinique et biologique si non par l'histologie hépatique en dehors de trouble de la crase sanguine. Autrefois régulièrement mortelle, cette pathologie bénéficie actuellement d'un meilleur pronostic maternel et fœtal, du fait du diagnostic plus précoce, d'une délivrance rapide et du traitement symptomatique. Les auteurs ont jugé utile de rapporter une observation à travers d'un cas clinique d'une grossesse gémellaire associée à la pyélonéphrite aigue droite avec stéatose hépatique aiguë en milieu de réanimation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Stéatose hépatique non alcoolique: faut-il biopsier?

  • L'obésité devient de plus en plus fréquente dans la population mondiale. Sa nature pandémique fait qu'elle pourrait devenir une cause majeure de maladie du foie dans le futur proche. Bien que les médecins en soient conscients, la majorité d'entre eux sont encore désarmés quand ils sont confrontés au flux croissant de patients présentant une stéatose hépatique. Tous ces patients n'auront pas une stéatohépatite concomitante ou n'évolueront pas vers une cirrhose nécessitant une biopsie hépatique. Mais si l'on doit identifier les critères associés à une haute probabilité de stéatohépatite ou de fibrose au sein de la population avec un foie hyperéchogène, aucun score clinique ou de tests sanguins, actuellement à l'étude, n'est validé avec une certitude suffisante pour prédire quel patient est à risque, notamment dans le contexte de la stéatose hépatique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Stéatose hépatique aiguë gravidique : une pathologie rare du troisième trimestre de grossesse

  • La stéatose hépatique aiguë gravidique est une pathologie rare survenant durant le troisième trimestre de grossesse. Cette rareté ne doit pas faire méconnaître le diagnostic qui doit être rapidement évoqué devant l'apparition de nausées et de vomissements. Une prise en charge précoce améliore le pronostic fœtal et maternel. Nous rapportons une observation de stéatose hépatique aiguë gravidique, d'évolution fœtale défavorable, chez une jeune femme de 23 ans, et rappelons au travers de ce cas clinique la physiopathologie, les difficultés diagnostiques, les examens complémentaires et le traitement de cette pathologie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lipodystrophie et stéatose hépatique échographique chez les patients VIH positifs sous multithérapie antirétrovirale (ARV) à Yaoundé (Cameroun).

  • L'association entre stéatose hépatique et lipodystrophie secondaire à la multithérapie antirétrovirale (ARV) chez les patients VIH positifs a été étudiée chez 117 patients atteints de sida à Yaoundé, Cameroun (6,3 F/1 M , 40 ± 9,4 ans), traités par ARV comportant la stavudine (d4T) ou la zidovudine (AZT) depuis plus de six mois. Échographie abdominale et évaluation anthropométrique avec calcul de l'indice de masse corporelle (IMC). Analyse statistique multivariée avec odds ratio (OR) et test de χ

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Stéatose hépatique aiguë gravidique et bêta-oxydation mitochondriale des acides gras : conséquences pour l’enfant.

  • La stéatose hépatique aiguë gravidique est une maladie rare spécifique de la grossesse pouvant entraîner une insuffisance hépatocellulaire et le décès de la mère et de l’enfant. Le pronostic maternel et fœtal a été transformé grâce à l’extraction fœtale précoce. Le diagnostic doit être suspecté au cours du troisième trimestre devant l’apparition de douleurs épigastriques, de vomissements ou d’une polyurie-polydipsie associés à une élévation des transaminases. La maladie peut être associée à un déficit au niveau de la bêta-oxydation mitochondriale des acides gras qui doit être recherché dès la naissance.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Quel conseil peut-on donner à la femme qui, ayant survécu à une stéatose hépatique aiguë gravidique (maladie de Sheehan), envisage une nouvelle grossesse?

  • Le but de ce travail est, après étude de la littérature, d'essayer de répondre à ces questions. Il nous est apparu difficile d'envisager ce problème sans évoquer, préalablement, celui du diagnostic de la SHAG et de son pronostic actuel.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov