Steatose hepatique non alcoolique [ Publications ]

steatose hepatique non alcoolique [ Publications ]

Publications > steatose hepatique non alcoolique

  • La stéatose hépatique non alcoolique (en anglais non-alcoholic fatty liver disease - NAFLD) est l'affection hépatique chronique la plus fréquente et est souvent associée au diabète. Sa physiopathologie est complexe et consiste notamment en l'accumulation de lipides intrahépatocytaires, de phénomènes inflammatoires et de dysfonctions mitochondriales. Son diagnostic repose sur l'imagerie et des tests sanguins afin d'exclure d'autres causes d'atteinte hépatique. En cas de doute, la biopsie hépatique représente le gold-standard. Divers moyens thérapeutiques sont actuellement disponibles avec une efficacité relativement modérée et les mesures hygiéno-diététiques restent donc le traitement le plus efficace du NAFLD. Bien que débattu, le NAFLD pourrait représenter en lui-même un facteur de risque cardiovasculaire supplémentaire au diabète, une prise en charge agressive de tous les facteurs de risque cardiovasculaire est donc primordiale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Stéatose hépatique non alcoolique: faut-il biopsier?

  • L'obésité devient de plus en plus fréquente dans la population mondiale. Sa nature pandémique fait qu'elle pourrait devenir une cause majeure de maladie du foie dans le futur proche. Bien que les médecins en soient conscients, la majorité d'entre eux sont encore désarmés quand ils sont confrontés au flux croissant de patients présentant une stéatose hépatique. Tous ces patients n'auront pas une stéatohépatite concomitante ou n'évolueront pas vers une cirrhose nécessitant une biopsie hépatique. Mais si l'on doit identifier les critères associés à une haute probabilité de stéatohépatite ou de fibrose au sein de la population avec un foie hyperéchogène, aucun score clinique ou de tests sanguins, actuellement à l'étude, n'est validé avec une certitude suffisante pour prédire quel patient est à risque, notamment dans le contexte de la stéatose hépatique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov