Spasme coronaire [ Publications ]

spasme coronaire [ Publications ]

Publications > spasme coronaire

  • L'association d'un pont myocardique de l'artère interventriculaire antérieure et d'un infarctus du myocarde est rare. Les mécanismes par lesquels le pont myocardique pourrait favoriser l'infarctus sont la tachycardie (réduisant la durée du remplissage coronaire diastolique), la survenue d'une thrombose au site du pont myocardique et l'association à un spasme coronaire qui n'a cependant jamais été démontrée dans le cadre de l'infarctus. Le but de cette étude a été de rechercher l'existence d'un spasme coronaire par épreuve au maléate de méthylergométrine chez 4 patients (hommes: 4, âge moyen: 39 ans, extrêmes: 21 à 49 ans), ayant eu un infarctus antérieur associé à un pont myocardique de l'artère interventriculaire antérieure, sans sténose coronaire athéromateuse associée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Faut-il faire un test au méthergin non invasif après un arrêt cardiaque par spasme coronaire ?

  • Un homme de 59 ans a été admis après un arrêt cardiaque extrahospitalier. Les coronaires étaient athéromateuses sans sténose significative. Nous avons conclu au diagnostic de spasme coronaire après la survenue d’une douleur thoracique avec sus-décalage antérieur du segment ST réversible avec les dérivés nitrés. Un mois plus tard, un test au méthergin non invasif a été compliqué d’une récidive de spasme avec arrêt cardiaque par bloc auriculo-ventriculaire et asystolie traités par massage cardiaque, molsidomine, adrénaline. Le traitement vasodilatateur a été majoré et six mois plus tard le patient est toujours asymptomatique. Cette observation souligne les difficultés de la surveillance des formes graves de spasme coronaire par le test au méthergin dont les modalités (invasif ou non invasif) et les indications devraient être mieux précisées dans les recommandations internationales.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La réaction biphasique en échocardiographie de stress à la dobutamine comme facteur prédictif de spasme coronaire : à propos de 3 cas

  • Le spasme coronaire induit à la dobutamine est une complication possible de l’échocardiographie de stress pouvant notamment expliquer des examens étiquetés comme étant « faux positifs » , il n’existe pas actuellement de facteurs prédictifs échographiques en faveur de l’existence d’un vasospasme. Nous rapportons 3 observations pour lesquels le spasme a été fortement suspecté à l’issue de l’examen sur la base d’une réaction biphasique incluant une dégradation suivie d’une amélioration spontanée sur un territoire échocardiographique déterminé à forte dose de dobutamine. Chez ces trois patients, on a pu confirmer l’existence du phénomène spastique. Cette réaction biphasique à la dobutamine peut constituer un potentiel prédicteur de spasme chez les patients avec des échographies de stress positives.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pont myocardique et spasme coronaire à l'effort.

  • La découverte d'un pont myocardique au cours des coronarographies est fréquente. Mais il est rare que ces ponts soient à l'origine d'un syndrome coronaire aigu. Nous rapportons l'observation d'un homme de 45 ans, sportif, sans facteur de risque cardiovasculaire, qui a un syndrome coronaire aigu. Une coronarographie réalisée en urgence ne met en évidence que 2 ponts myocardiques sur l'artère interventriculaire antérieure, qui ne permettent pas d'expliquer cet épisode aigu. Une deuxième coronarographie à distance, avec échographie endocoronaire, permet d'objectiver l'absence d'athérome et un test au Méthergin déclenche un spasme coronaire diffus. L'association pont myocardique et spasme coronaire n'a été que rarement rapportée dans la littérature. Nous en détaillons les caractéristiques cliniques, thérapeutiques et pronostiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Spasme coronaire, une pathologie de la femme ?

  • L’angor spastique est considéré comme rare en Europe mais avec probablement une prévalence sous-estimée et touche en fait préférentiellement l’homme dans les études publiées, concernant essentiellement des populations asiatiques. L’angor spastique de la femme présente des particularités en termes de physiopathologie, présentation clinique et de pronostic, que nous développerons à partir d’un cas clinique de même que les stratégies diagnostiques actuellement recommandées. Bien que connu depuis plus de 50 ans, l’angor spastique reste une pathologie encore insuffisamment recherchée, probablement encore moins chez la femme. Cette forme d’angor ne doit pourtant pas être oubliée et les moyens diagnostiques connus et utilisés afin d’en améliorer le pronostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ischémie périopératoire en chirurgie coronaire par spasme coronaire sur artère radiologiquement normale.

  • Le spasme coronaire des artères natives saines est une cause rarement rapportée d'ischémie périoFératoire après pontage aorto-coronaire, mais souvent grave. Nous rapportons ici 5 cas typiques. Dans chaque cas, le spasme se manifeste par un sus-décalage géant du segment ST avec une altération hémodynamique. Dans 1 cas, il a fallu pratiquer un pontage aorto-coronaire complémentaire. Dans 3 cas, le traitement symptomatique de l'hypotension associé à l'adjonction de diltiazem a permis une restitution ad integrum. Dans 1 cas, un infarctus du myocarde limité a été observé. Il n'y a eu aucun décès. Il est souvent rapporté dans la littérature des traitements très lourds, justifiés par la gravité de ce syndrome.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Arrêt cardiocirculatoire après administration de l'association mifépristone (Mifégyne) sulprostone (Nalador) pour interruption de grossesse. Rôle évoqué du spasme coronaire.

  • Une fibrillation ventriculaire réversible est survenue chez une multipare de 35 ans après administration de l'association mifépristone (Mifégyne) sulprostone (Nalador) pour interruption volontaire de grossesse. Un spasme coronaire induit par l'analogue de la prostaglandine PGE2α est évoqué, un spasme coronaire est provoqué trois semaines après par un test à la méthylergométrine. L'évolution ECG et isotopique évoque un «myocarde sidéré» lentement régressif.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cœur et congélateur : à propos d'un cas d'hyperéosinophilie et de spasme coronaire

  • Nous rapportons le cas d'une patiente de 41 ans, non fumeuse, sans facteur de risque cardiovasculaire hospitalisée pour infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST. La coronarographie avait montré l'absence de lésion coronaire significative et un test à la méthylergométrine s'était avéré fortement positif. Du point de vue étiologique, la mise en évidence d'une hyperéosinophilie modérée chronique chez notre patiente allait conduire à la réalisation d'une revue de la littérature concernant les éosinophiles et la pathologie coronaire et permettait d'envisager le lien entre hyperéosinophilie et spasme coronaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Variations de l'endothéline plasmatique au cours du spasme coronaire.

  • Le rôle de l'endothéline, hormone puissamment vasoconstrictrice, est étudié dans l'angor spastique chez l'homme. Un test de provocation par la méthylergonovine est réalisé chez des patients ayant une coronarographie normale. Les patients présentant un spasme (groupe I, n=6) sont comparés à ceux n'en présentant pas (groupe II, n=6). Chez tous, le dosage de l'endothéline est effectué à 8 h, 11 h, 14 h, 16 h, 19 h, 21 h, 23 h, et 1 h. Le test de provocation est réalisé à 17 h et un dosage supplémentaire est effectué pendant la crise, en cas de positivité. Les caractéristiques des deux groupes sont superposables, ne différant notamment pas en terme de facteur de risque.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Athérosclérose accélérée et spasme coronaire sur coeur transplanté.

  • L'athérosclérose accélérée du greffon est un des principaux facteurs limitant la survie à long terme après greffe cardiaque. Nous rapportons l'observation d'un patient qui a présenté un arrêt cardiocirculatoire en rapport avec une athérosclérose coronaire sévère, 18 mois après une transplantation cardiaque. L'appréciation de la sévérité des lésions coronaires a été sousestimée pr la coronarographie. Au cours du test à la méthylergométrine est survenu un spasme coronaire, phénomène rarement décrit sur coeur transplanté.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le spasme coronaire: une cause de mort subite. A propos d'un cas d'arrêt circulatoire réversible avec spasme coronaire spontané angiographiquement documenté.

  • 1 cas d'arrêt cardiocirculatoire spontané pendant une coronarographie est rapporté ici .L'opacification montrait un double spasme proximal occlusif sans rapport avec les sténoses distales.La place du spasme dans la mort subite,l'intéret du test à la méthylergométrine sont discutés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov