Sinusite frontale [ Publications ]

sinusite frontale [ Publications ]

Publications > sinusite frontale

  • Objectif : la constitution d'un épanchement purulent entre la dure mère et l'arachnoïde ou empyème sous dural peut être la modalité évolutive d'une sinusite frontale. Le but de ce travail a été d'attirer l'attention des praticiens sur une situation clinique relativement rare mais grave. Matériel et méthode : il s'agissait de 4 patients de sexe masculin, admis dans un tableau de sinusite ethmoïdo-frontale aigue extériorisée. L'atteinte endocrânienne avait été confirmée par un examen tomodensitométrique du crâne et des sinus. Pour chacun de ces patients, un drainage neurochirurgical et sinusien avait été effectué au cours d'un même temps opératoire et une antibiothérapie post opératoire instituée pendant 30 jours. L'empyème était de siège temporo-pariétal dans 1 cas, frontal dans les autres cas. Résultats : l'empyème frontal était associé à une collection inter hémisphérique dans 1 cas. Un patient a été opéré à 2 reprises. Les suites opératoires immédiates ont été momentanément compliquées d'une hémiparésie et de crises convulsives spontanément résolutives dans 1 cas. Il n'y eut aucun décès. Le pronostic fonctionnel, a été par contre lourd, marqué par une cécité définitive dans 2 cas, bilatérale clans 1 cas. Conclusion : nous insistons sur l'importance de l'exploration neuroradiologique et de la prise en charge en double équipe d'oto-rhino-laryngologistes et de neurochirurgiens, quand la sinusite se complique d'une atteinte neuro-méningée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Sinusite frontale, mucocèle et abcès orbitaire supérolatéral.

  • Introduction. L'infection périorbitaire secondaire à une pansinusite est une pathologie rare pouvant aboutir à des complications ophtalmologiques et cérébrales irréversibles. Elle a fait l'objet d'une classification radioclinique par Chandler en 1970. Observation. Un enfant de huit ans a présenté un abcès périorbitaire sous-périosté supérolatéral. Le syndrome grippal initial a évolué vers une pansinusite résistante aux thérapeutiques usuelles. Secondairement, un œdème palpébral et une exophtalmie majeure ont justifié un scanner et une imagerie par résonance magnétique (IRM) révélant une collection sous-périostée. Discussion. L'abcès périorbitaire est une pathologie grave dont le diagnostic doit être précoce et le traitement médical ou médicochirurgical adapté à la gravité. La classification de Chandler y contribue. Les éthmoïdites peuvent se compliquer d'abcès périorbitaires dont la localisation est préférentiellement supéromédiale. L'imagerie, confirmée par l'exploration chirurgicale, a révélé un abcès périorbitaire supérolatéral associé à une mucocèle frontale. Cette observation illustre la possibilité d'une communication entre le sinus frontal et la cavité orbitaire. Lors d'une sinusite frontale, une mucocèle préexistante peut se surinfecter et provoquer un abcès périorbitaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur de Pott, complication rare de la sinusite frontale.

  • Bien que rare, la tumeur de Pott, ostéomyélite frontale responsable de l'érosion de la paroi antérieure du sinus frontal, d'un abcès sous-périosté, est une complication sévère de la sinusite frontale ou d'un traumatisme de la région. Elle peut encore survenir malgré l'utilisation des antibiotiques et nécessite un traitement chirurgical avec drainage de l'abcès, excision des tissus pathologiques et comblement du sinus frontal par différents matériaux. Elle évolue rarement vers une extension intracrânienne potentiellement fatale. Les praticiens doivent être extrêmement réactifs devant un tableau clinique évocateur d'une tumeur de Pott. Le but de cet article est de présenter un cas de tumeur de Pott qui a évolué progressivement chez un patient de 28 ans: céphalées frontales, tuméfaction frontale douloureuse molle et fluctuante à la palpation et fistulisation au niveau de la paupière supérieure droite. La tomodensitométrie de la face révélait la présence d'une solution de continuité osseuse au niveau de la paroi antérieure du sinus frontal droit. Le traitement a consisté en une chirurgie et antibiothérapie. Le patient restait asymptomatique après un recul de 18 mois.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov