Silicose [ Publications ]

silicose [ Publications ]

Publications > silicose

  • Introduction La silicose est une maladie professionnelle très répandue dont l'importance n'est pas encore connue en Côte-d'Ivoire, malgré la présence manifeste du risque dans plusieurs secteurs d'activités. But de l'étude Afin d'en déterminer la prévalence ainsi que les répercussions possibles sur les fonctions respiratoires, une étude transversale a été conduite de mars à octobre 2000 dans l'une des plus importantes carrières de granit en Côte-d'Ivoire. L'étude portait sur les 126 travailleurs présentement actifs dans la carrière. Un questionnaire inspiré de celui du British Medical Research Council a été administré à chaque travailleur ainsi qu'une radiographie pulmonaire standard. Une mesure de la capacité vitale a été proposée à 29 sujets non fumeurs et sans antécédent de maladie thoracique. Les films après une première lecture furent soumis à un lecteur B pour validation. Résultats L'analyse a permis d'identifier six cas de silicose parmi les 126 salariés, soit une prévalence de 4,76 %. Les travailleurs atteints, dans l'ensemble jeunes (44 ans en moyenne), travaillent tous au poste dénommé « concassage ». L'exposition à ce poste ainsi qu'à celui du « forage roches » peut être qualifiée d'élevée. Pour deux sujets, la silicose est apparue précocement, respectivement après 5 et 6 ans d'exposition, les quatre autres ayant plus de 20 ans d'ancienneté. Discussion Concernant la capacité vitale, aucune différence n'a été observée entre le groupe des salariés et la population ivoirienne prise en référence. Cette prévalence apparaît très inférieure aux données provenant de la plupart des pays en développement. Toutefois, la comparaison doit intégrer des paramètres tels que la teneur des poussières en silice libre et les méthodologies appliquées dans la définition de la silicose. Conclusion Ces résultats imposent à l'entreprise de renforcer, d'une part, les mesures techniques de contrôle des poussières, et d'autre part, le programme de surveillance médicale des travailleurs. Le travail à l'humide par des dispositifs d'arrosage et le renouvellement quotidien des masques à poussière constituent dans ce contexte des axes pertinents de prévention.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Silicose aiguë. Caractéristiques cliniques, radiologiques, fonctionnelles et cytologiques du liquide broncho-alvéolaire. A propos de 6 observations.

  • Nous décrivons six observations de silicose aiguë caractérisées par une exposition intense à la silice pure, d'installation rapide avec profusion des images radiologiques et retentissement respiratoire sévère. La durée de l'exposition professionnelle à la silice était de quatre à dix-huit ans. Trois patients présentaient une toux associée à une dyspnée invalidante (stade III et V). L'examen physique montrait un hippocratisme digital chez trois patients et des râles crépitants à l'auscultation dans deux cas. Une altération de l'état général avec amaigrissement était observée dans quatre cas. Les radiographies thoraciques montraient une évolution rapide vers la confluence des opacités nodulaires diffuses, Les épreuves fonctionnelles respiratoires montraient un trouble ventilatoire restrictif (m ± sem : CPT : 67 + 5 % , CV: 63 ± 7 %, VEMS : 63,5 ± 6 %) et une altération de la capacité de transfert du monoxyde de carbone (DLCO : 49,5 + 5 %). Le lavage broncho-alvéolaire initial montrait une hyperlymphocytose (23,6 + 4,2 %) associée à une neutrophilie alvéolaire (7 ± 2,5 %). Une biopsie pulmonaire a été effectuée dans trois cas et une biopsie trans-bronchique dans un cas, confirmant le diagnostic de silicose dans trois cas et de silicoprotéinose dans un cas. Après une période de dix-huit mois à quatorze ans, quatre patients sont décédés soit des complications cardio-pulmonaires de leur maladie (deux cas) ou soit d'une affection intercurrente (deux cas), les deux derniers patients sont actuellement stables.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Silicose et lipoprotéinose alvéolaire

  • Si les expositions expérimentales à la poussière de silice entraînent souvent des lésions de silicoprotéinose, cet aspect est rarement observé en pathologie humaine. Les auteurs rapportent quatre observations cliniques pour lesquelles le diagnostic est fondé sur l'aspect radiographique, le lavage broncho-alvéolaire (2 observations), l'examen anatomopathologique (2 observations). L'exposition professionnelle est survenue au cours de travaux de mines (2 observations), lors du sablage de pièces métalliques dans une fonderie (1 observation) et lors de l'exposition à la cristobalite dans l'industrie des briques réfractaires (1 cas). Une observation est particulière par la survenue d'une lipoprotéinose 17 ans après l'apparition d'une silicose d'évolution lente, lors d'une réactivation d'une tuberculose et par l'évolution rapide de la silicoprotéinose dans un contexte de fibrose kystique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Silicose aiguë fatale par inhalation volontaire de poudre à récurer.

  • Nous rapportons le cas d'une silico-protéinose aiguë fibrosante mortelle en neuf mois, chez une jeune fille inhalant volontairement de la poudre à récurer. Nous rappelons les autres observations de la littérature sous forme de silicose sub-aiguë ou chronique associée à des maladies de système survenues après de telles pratiques d'inhalation. Nous rappelons la nécessité d'un interrogatoire orienté et de compléter l'étude en microscopie optique par une étude en microscopie électronique associée à la diffraction des rayons X, soit au niveau du lavage alvéolaire, soit au niveau d'une biopsie pulmonaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Silicose hépatosplénique.

  • Les auteurs rapportent un cas exceptionnel de silicose hépato-splénique compliquant l'évolution d'une silicose pulmonaire. Les éléments d'orientation radiologique sont de multiples macrocalcifications spléniques, des microcalcifications hépatiques et des adénopathies abdominales dont la périphérie est calcifiée. L'examen tomodensitométrique de l'abdomen est l'examen le plus sensible pour détecter tous ces éléments. Le diagnostic de certitude repose cependant sur l'examen anatomo-pathologique des biopsies hépatiques qui montre des nodules scléro-hyalins contenant des cristaux biréfringents caractéristiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov