Scorbut [ Publications ]

scorbut [ Publications ]

Publications > scorbut

  • L'hypovitaminose C, à l'origine du scorbut, n'a pas disparu. Nous rapportons 4 cas de patients désocialisés et dont le régime alimentaire très déséquilibré est à l'origine du déficit vitaminique. Outre les manifestations hémorragiques décrites chez les 4 patients, on retrouve une modification des phanères. Physiologiquement, la vitamine C participe à la stabilité du collagène de la paroi vasculaire et de l'os. Le bilan biologique des 4 patients est normal en dehors de l'ascorbémie basse, d'un syndrome de dénutrition et de l'anémie liée à l'hémorragie. La qualité du dosage de la vitamine C exige un acheminement rapide du prélèvement au laboratoire et un respect des conditions pré-analytiques préconisées. Le traitement, rapidement efficace, consiste en un apport oral d'acide ascorbique. L'évolution pour 3 des 4 patients décrits est favorable sans séquelles. Le dosage de la vitamine C devrait être prescrit plus souvent en gériatrie, psychiatrie et cancérologie. Il devrait systématiquement faire partie du bilan biologique des personnes vivant seules et/ou sans domicile fixe hospitalisées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Scorbut en l'an 2000: 3 cas.

  • Introduction. Nous rapportons trois nouvelles observations de malades atteints de scorbut, affection qui n'a pas disparu en France en l'an 2000. Observations. Les trois malades, 2 hommes et une femme, âgés respectivement de 51, 50 et 73 ans, étaient éthyliques chroniques et vivaient seuls dans des conditions sociales difficiles. L'enquête alimentaire trouvait dans les 3 cas une alimentation déséquilibrée à base de pain, riz, pâte, soupe en sachets, sans fruit ni légume frais. Les signes dermatologiques faisant suspecter un scorbut étaient : chez le premier malade, un oedème inflammatoire, dur et douloureux de la jambe gauche associé à un purpura périfolliculaire des membres inférieurs, à une mélanodermie du visage avec taches ardoisées sur la langue (hypermélanose pseudo-addisonienne) , chez le deuxième malade, une acné inflammatoire, chronique et rebelle du visage et du tronc , et chez la troisième malade, un purpura extensif de l'abdomen et des membres inférieurs. Le diagnostic de scorbut était confirmé par le le dosage de la vitamine C sérique effondré (

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le scorbut, une vieille maladie toujours d’actualité : à propos de deux cas

  • Le scorbut est l’ensemble des manifestations cliniques secondaires à une alimentation carencée en vitamine C, présente dans les fruits et légumes frais. Il est historiquement lié à l’ère des grandes expéditions maritimes. Les présentations cliniques sont trompeuses et variables, avec au premier plan chez l’enfant des anomalies orthopédiques et un syndrome hémorragique diffus secondaires à un défaut de synthèse des fibres de collagène. Il s’agit d’une maladie ancienne, mortelle en l’absence de traitement, d’évolution rapidement favorable sous un traitement simple et peu coûteux. Cette maladie peut être prévenue par une supplémentation vitaminique systématique dans les populations à risque d’alimentation carencée. Nous rapportons deux cas de scorbut pédiatrique chez des garçons âgés de 7 ans qui présentaient tous deux une pathologie sous-jacente entraînant des difficultés alimentaires.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une cause inhabituelle d’anomalies rétiniennes, hémorragies rétiniennes révélatrices de scorbut

  • Un équilibre alimentaire restreint à du riz, des fruits et légumes bouillis entraîne une hypovitaminose C. Nous décrivons le troisième cas d’hémorragies rétiniennes liées au scorbut à notre connaissance. Une baisse d’acuité visuelle, bilatérale chez un patient âgé de 50 ans fut associée à une anémie macrocytaire, une dénutrition et à des ecchymoses cutanées. Un traitement oral par vitamine C permit une amélioration clinique subjective et une régression des hémorragies rétiniennes à l’examen du fond d’œil sans effet secondaire. La vitamine C joue un rôle important dans la stabilité du collagène dans les parois vasculaires et osseuses.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Scorbut révélé par un purpura ecchymotique et des ulcères hémorragiques des membres inférieurs.

  • Introduction. Le risque de carence en vitamine C est sous-évalué dans les pays industrialisés. L'état de carence ne se révèle dans nos pays que très rarement, sous la forme d'un scorbut sévère. Observation. Nous décrivons 3 observations de scorbut se présentant sous la forme d'un purpura ecchymotique et d'ulcères hémorragiques des membres inférieurs. L'apport de vitamine C a conduit à une amélioration rapide des lésions cutanées. Discussion. Le diagnostic clinique des carences frustes est parfois difficile, et le diagnostic biologique impose certaines précautions pour le prélèvement et l'acheminement au laboratoire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Scorbut chez l'enfant.

  • Les auteurs rapportent deux observations de scorbut chez des fillettes encéphalopathes âgées de 3 ans. Dans le premier cas le tableau conduit à évoquer dans un premier temps une ostéomyélite aiguë avec décollement sous périosté à l'échographie. Le second cas est d'emblée évocateur de scorbut en raison de l'association d'un syndrome hémorragique cutané et quadricipital bilatéral et d'un hématome sous-périosté, l'échographie montrant également un décollement sous-périosté. La vitamine C n'a pas été dosée, mais le diagnoshc de scorbut a été retenu sur: la notion d'un régime carencé en vitamine C, l'aspect clinique et radiologique, et la normalisahon de tous les signes cliniques sous vitamine C.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Présentation inhabituelle d’un scorbut faisant craindre un neuroblastome

  • Le scorbut est une maladie liée à une carence en vitamine C ou acide ascorbique, devenue particulièrement rare de nos jours dans les pays industrialisés. L’acide ascorbique intervient notamment dans la synthèse du collagène et dans la biosynthèse des catécholamines. Nous rapportons le cas d’un garçon de 2 ans hospitalisé dans un service d’oncologie pédiatrique en raison d’une présentation inhabituelle de scorbut révélé par des douleurs et une augmentation significative du taux des catécholamines urinaires qui avaient fait craindre un neuroblastome.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Purpura isolé unilatéral révélant un scorbut.

  • Les auteurs rapportent l'observation d'un malade atteint de scorbut associé à des lésions d'hyperkératose folliculaire. Il s'agit d'une scorbut lié à un déficit d'apport en acide ascorbique. L'observation est originale par le caractère unilatéral du purpura ecchymotique du membre inférieur. Le dosage de l'acide ascorbique ne permet pas encore de dépister avec fiabilité une carence infra-clinique: c'est dire l'importance de connaître les conditions d'exposition à cette carence.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le cas clinique du mois. Scorbut, maladie historique ?

  • Le scorbut, expression clinique du déficit en vitamine C, est une maladie en recrudescence dans nos sociétés souffrant d’une précarité grandissante et adoptant de façon systématique une alimentation «occidentale» carencée en fruits et légumes. Le cas présenté illustre ce problème chez une personne éthylique à risque.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Purpura isolé des quatre membres révélant un scorbut.

  • Nous rapportons l'observation d'un homme de 58 ans chez qui le diagnostic de scorbut a été porté devant la survenue d'un purpura isolé des 4 membres.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov