Rupture spontanee [ Publications ]

rupture spontanee [ Publications ]

Publications > rupture spontanee

  • Nous rapportons une observation de rupture spontanée du diaphragme pendant l’accouchement chez une femme âgée de 42 ans. La patiente a été admise aux urgences chirurgicales pour des douleurs abdominales, vomissements et une dyspnée. Cette symptomatologie est apparue trois jours après un accouchement d’une grossesse à terme et la patiente n’a consulté qu’au j15 du post-partum. La radiographie du thorax et le scanner abdominothoracique ont montré les signes d’une rupture diaphragmatique gauche. L’exploration chirurgicale par laparotomie a confirmé la rupture avec hernie d’une partie de l’estomac dans la cavité pleurale gauche. La rupture spontanée du diaphragme pendant l’accouchement est rare et serait secondaire à une augmentation brutale et importante de la pression intra-abdominale pendant la deuxième partie du travail, aggravée par l’application d’une pression externe sur le fond utérin ou à la partie supérieure de l’abdomen. La rupture diaphragmatique pendant le travail est une complication rare mais grave. La prise en charge chirurgicale doit être urgente pour prévenir ses complications. La prévention passe par une amélioration des conditions de l’accouchement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rupture spontanée d'un kyste du cholédoque chez une enfant de 11 mois

  • Le kyste du cholédoque est une malformation congénitale rare des voies biliaires qui est souvent diagnostiquée de manière fortuite. Certains cas se révèlent cependant d'emblée par une complication. Nous présentons le cas d'une fille de 11 mois admise pour douleurs abdominales, fièvre et vomissements. Une échographie a été réalisée montrant un épanchement abdominal conséquent et la disparition d'un kyste du cholédoque connu depuis 2 mois. Une laparotomie pour suspicion de rupture de kyste du cholédoque a été réalisée avec cholédocojéjunostomie selon Roux-en-Y. Les perforations spontanées du kyste du cholédoque sont rares et sont observées principalement chez les enfants de moins de 4 ans. La cause exacte de la perforation d'un kyste du cholédoque n'est pas connue, et plusieurs facteurs ont été impliqués. L'hypothèse la plus probable est une combinaison d'un reflux pancréatique avec irritation épithéliale sur une paroi fragilisée. Lors de la découverte d'un kyste du cholédoque, même chez un enfant asymptomatique, il convient d'en programmer la cure dès l'âge de 6 mois. Le risque de transformation à long terme en cholangiocarcinome implique une résection complète du kyste.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Péritonite par rupture spontanée d'une pyonéphrose au cours d'une grossesse. A propos d'un cas.

  • La péritonite par rupture spontanée de pyonéphrose dans la cavité péritonéale est une complication rare et souvent de découverte per-opératoire. Nous rapportons un cas survenu chez une femme enceinte de 16 semaines, consultant pour une douleur lombaire gauche fébrile. A son admission, l'échographie montre une grossesse avec une bonne activité foetale de 16 semaines, et surtout une pyonéphrose gauche avec une échostructure rénale droite normale. Après traitement par antibiothérapie intraveineuse et la réalisation d'une montée de sonde urétérale ramenant du pus, les suites ont été marquées par la survenue d'un avortement spontané, la persistance de la fièvre et l'installation d'un abdomen aigu. La clinique et l'imagerie trouvent une pyonéphrose gauche avec un épanchement intrapéritonéal imposant une laparotomie d'urgence terminée par une néphrectomie gauche avec lavage péritonéal. Les suites ont été marquées par un choc septique survenu en per-opératoire, ayant nécessité un séjour en soins intensifs sous ventilation artificielle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rupture spontanée des vaisseaux utéro-ovariens dans le post-partum: à propos d'un cas et revue de la littérature.

  • La rupture spontanée des veines du réseau utéro-ovarien pendant la grossesse et la période péri-partale est rapportée, dans les quelques dizaines de cas répertoriés dans la littérature, comme une curiosité médicale, et elle est rarement mentionnée dans les livres de références d'obstétrique. Il s'agit néanmoins d'une cause dramatique de pertes foetale et/ou maternelle. Nous disposons des statistiques suivantes: 60 % des cas sont directement liés au travail et 50 % des cas concernent des patientes primipares, lorsque la rupture des veines utéro-ovariennes est associée au travail, le taux de mortalité est de 40%. En dehors du travail, il est estimé à 10 %. Le taux de mortalité périnatale, quant à lui,se maintient aux alentours de 30 %, dans 75 % des cas, le ligament large est le site du point de rupture. Dans de nombreux cas, le point de rupture ne peut être localisé, que ce soit lors de la laparotomie ou lors de l'autopsie. Les auteurs rapportent un cas de rupture d'une veine ovarienne au 3

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rupture spontanée du long extenseur du pouce dans le cadre du lupus érythémateux disséminé. Cas clinique et revue de la littérature

  • Nous rapportons le cas d’une rupture spontanée du long extenseur du pouce (extensor pollicis longus ou EPL) gauche chez une femme de 63 ans. Cette patiente est traitée depuis 23 ans par corticothérapie pour un lupus érythémateux aigu disséminé (LEAD). Ses mains ne présentaient pas les déformations habituelles de la maladie lupique. Cette rupture est apparue spontanément et la gênait depuis 15 jours. Le traitement a été chirurgical par transfert tendineux de l’extenseur propre de l’index (extensor indicis proprius ou EIP). Le liquide synovial n’était pas inflammatoire. Le résultat à un an est satisfaisant. Moins de 40 cas de ruptures spontanées tendineuses ont été rapportés chez les malades porteurs de lupus érythémateux disséminé, et sept seulement concernaient les tendons extenseurs de la main. Aucun cas à notre connaissance, n’a été publié concernant une rupture spontanée de l’extensor pollicis longus chez ces malades. Le rôle de la corticothérapie n’est pas encore élucidé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rupture spontanée de la veine iliaque gauche compliquant un syndrome de Cockett.

  • L'observation rapportée concerne une patiente de 42 ans dont le tableau clinique était celui d'une phlébite bleue (phlegmatia cœrulea dolens), associée à un état de choc évoquant une embolie pulmonaire grave. L'absence de dilatation échocardiographique des cavités droites, et l'apparition d'une masse de la fosse iliaque gauche, ont réorienté le diagnostic vers celui d'hémorragie interne. Une laparotomie en urgence a permis de diagnostiquer et de traiter une rupture dite spontanée de la veine iliaque gauche, entité rare dont il existe 20 cas rapportés dans les données de la littérature. Une réintervention pratiquée 24 h après en raison de l'absence de retour veineux a permis de découvrir un syndrome de Cockett avec thrombose d'amont, nécessitant un pontage veineux croisé associé à la création d'une fistule artério-veineuse pour en entretenir la perméabilité. Un an plus tard, l'apparition de signes d'insuffisance cardiaque conduit à la fermeture de cette fistule.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Péritonite chimique compliquant la rupture spontanée d’un kyste dermoïde de l’ovaire.

  • Le tératome mature de l’ovaire est la tumeur ovarienne bénigne la plus fréquente chez la femme en pré-ménopause. Le plus souvent, il est asymptomatique, mais il peut se compliquer par une torsion annexielle, une infection, une dégénérescence maligne ou une rupture kystique. Celle-ci peut être spontanée ou, plus souvent, survenir lors d’une chirurgie d’exérèse du kyste. Rarement, elle peut entraîner une péritonite chimique. Celle-ci est consécutive à l’irritation de la séreuse péritonéale par le contenu aseptique da la tumeur. Nous rapportons ici le cas d’une patiente opérée en urgence pour une péritonite chimique suite à une rupture spontanée d’un kyste dermoïde. Dans les suites opératoires, la patiente a développé un syndrome de détresse respiratoire aigu qui a nécessité une prise en charge aux soins intensifs et une nouvelle intervention chirurgicale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Décès maternel après rupture spontanée d’une artère utérine dans le post-partum immédiat : à propos d’un cas

  • Nous rapportons le cas d’un décès maternel survenu après la rupture spontanée d’une artère utérine dans le postpartum immédiat. La patiente a présenté des douleurs abdominales et un collapsus une heure après un accouchement normal. La présence d’un hémopéritoine a conduit à une laparotomie qui a mis en évidence un saignement intrapéritonéal provenant de l’artère utérine droite. Une ligature de l’artère utérine et une hystérectomie d’hémostase ont été réalisées. Une coagulopathie de consommation s’est rapidement installée entraînant une défaillance multiviscérale et le décès de la patiente 18 heures après l’accouchement. Il s’agit du premier cas rapporté de décès maternel lié à une rupture spontanée d’une artère utérine.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La rupture spontanée de l'oesophage ou syndrome de Boerhaave. A propos de trois cas et revue de la littérature.

  • Le syndrome de Boerhaave, caractérisé par la triade: efforts de vomissements, douleurs thoraciques et emphysème sous-cutané est dû à une brèche spontanée de la paroi œsophagienne entraînant une fistule œso-pleurale ou œso-médiastinale. Le diagnostic positif est porté par le transit aux hydrosolubles qui peut-être couplé à la tomodensitométrie thoracique. Le syndrome de Boerhaave est une urgence chirurgicale. Nous rapportons ici trois cas de ruptures spontanées de l'œsophage, dont l'analyse permet de préciser l'importance de la rapidité de l'acte chirurgical mais aussi de la prise en charge initiale du sepsis qui nous semble être un facteur pronostic important.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Diagnostic trompeur d'une douleur épigastrique migratrice en préhospitalier : la rupture spontanée de l'œsophage

  • Le Smur local a pris en charge un patient souffrant brutalement d'une douleur épigastrique migratrice dans le dos. Le tableau clinique faisait initialement évoquer une dissection aortique. Admis au déchoquage du CHU de Grenoble, le bilan radiologique a écarté une pathologie cardiovasculaire. La chirurgie en urgence, quelques heures seulement après le début des symptômes, a permis finalement de diagnostiquer une rupture spontanée de l'œsophage. Grâce à une prise en charge rapide et spécialisée, une évolution défavorable du syndrome de Boerhaave a pu être évitée. Cette pathologie rare, aux symptômes peu spécifiques, doit être évoquée en préhospitalier, même si le diagnostic à ce stade est particulièrement difficile.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement chirurgical conservateur d'une rupture spontanée de la rate au décours d'une mononucléose infectieuse. Rapport d'un cas et revue de la littérature.

  • Les auteurs rapportent l'histoire d'un patient âgé de 31 ans, présentant une rupture spontanée de la rate au décours d'une mononucléose infectieuse (MNI). L'échographie et le scanner abdominal révèlent une rupture dû pôle inférieur de la rate avec un hémopéritoine. Un traitement chirurgical conservateur est réalisé. Les suites opératoires sont simples. Cette observation attire l'attention sur la possibilité d'un traitement chirurgical conservateur dans le cas d'une rupture splénique au décours d'une MNI. Cette attitude permet d'éviter les complications de la splénectomie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rupture spontanée des vaisseaux utérins pendant la grossesse : à propos de trois cas

  • La rupture spontanée des vaisseaux utérins pendant la grossesse est un événement exceptionnel qui reste peu connu des gynécologues obstétriciens. Étant donnée sa morbi-mortalité importante, nous tenons à faire un rappel de cette pathologie au travers de trois cas survenus au CHU de Grenoble. La douleur abdominale est constante. Dans deux cas sur trois, la naissance a lieu par voie basse. Aucun décès maternel n’est à déplorer. Le pronostic fœtal est plus réservé avec un décès fœtal sur trois. Les signes cliniques sont sensibles mais peu spécifiques. La prise en charge passe relève d’une réanimation efficace puis d’une hémostase chirurgicale. Cet évènement doit être enseigné afin d’en améliorer la prise en charge.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Fistule artério-veineuse par rupture spontanée d'un anévrysme aortique ou iliaque dans l'axe veineux ilio-cave. A propos de 2 observations.

  • Deux observations de fistules artério-veineuses par rupture spontanée d'anévrysme aortique ou iliaque dans l'axe veineux ilio-cave sont rapportées. Il s'agit d'une complication rare des anévrysmes athéromateux (moins de 4% des anévrysmes rompus), au diagnostic souvent difficile, car les formes cliniques peuvent être trompeuses. Si l'aortographie semble l'examen de choix pour apporter un diagnostic de certitude, l'utilisation de l'échotomographie doppler couleur et pulsé nous a permis dans un cas récent de visualiser la communication artério-veineuse et d'établir un diagnostic topographique précis.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rupture spontanée de l’utérus non cicatriciel pendant le travail. À propos d’un cas et revue de la littérature

  • Nous rapportons un cas de rupture utérine spontanée survenant chez une parturiente, deuxième geste primipare, de 19 ans ne présentant aucun antécédent de chirurgie utérine. Le diagnostic de rupture utérine, évoqué dans le post-partum précoce du fait de douleurs abdominales brutales, d’un état de choc et de la présence d’un hémopéritoine à l’échographie, a été confirmé par l’exploration chirurgicale. Le traitement a consisté en une hystérorraphie et les suites opératoires ont été simples. L’étiopathogénie des ruptures spontanées de l’utérus non cicatriciel, les aspects cliniques et thérapeutiques sont discutés au travers d’une étude de la littérature.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rupture spontanée du tendon d’Achille à la phase précoce d’un lupus érythémateux systémique

  • La rupture tendineuse spontanée est rare au cours du lupus érythémateux systémique (LES). Son incidence n’est pas estimée. L’étiopathogénie de cette atteinte est complexe et mal comprise. Nous rapportons une observation de rupture tendineuse inaugurale de LES, survenue avant toute prise de corticoïdes. Les autres cas de la littérature étaient tous déjà traités par corticoïdes et associés ou non à la notion d’un traumatisme. Les facteurs de risque seraient une longue durée de la maladie, une corticothérapie prolongée, la présence au moment de la rupture d’autres complications de la corticothérapie, une arthropathie déformante des mains et une activité minime voire absente de la maladie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rupture spontanée de néovessie iléale survenue après 8ans de sa confection : à propos d’un cas et revue de la littérature

  • Il s’agit d’un patient de 66 ans qui s’est présenté au service des urgences dans un tableau de douleur abdominale aigue associée à une absence de miction depuis 12 heures. Il avait été opéré 8 ans auparavant de cystectomie radicale avec néovessie iléale pour carcinome urothélial invasif de la vessie. Depuis l’opération, le patient est régulièrement suivi avec une continence parfaite diurne et nocturne et absence de résidu post mictionnel.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Reconstruction mammaire en terrain irradié par lambeau libre DIEP compliqué d’une rupture spontanée de l’artère mammaire interne : à propos d’un cas

  • La reconstruction mammaire en terrain irradié par lambeau libre abdominal vascularisé par les perforantes de l’artère épigastrique inférieure (DIEP) est maintenant bien décrite dans la littérature et fournit des résultats esthétiques excellents. La radiothérapie peut cependant endommager les axes vasculaires receveurs utilisés. Nous rapportons un cas de rupture spontanée de l’artère mammaire interne probablement due au terrain irradié et jusqu’ici non documenté.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rupture spontanée de vessie. A propos de deux cas de présentation inhabituelle.

  • La rupture spontanée de vessie survient en dehors de tout contexte traumatique. Il s'agit d'une pathologie rare dont la physiopathogénie fait intervenir à la fois un obstacle sous-vésical et des anomalies pariétales vésicales. Son diagnostic est réalisé habituellement par la cystographie rétrograde. Nous rapportons ici deux observations de rupture spontanée de présentation atypique, du fait de l'incarcération d'anses grêles dans la brèche vésicale et dont le diagnostic, non suspecté cliniquement, a été réalisé par le scanner et l'IRM.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le cas clinique du mois. Péritonite secondaire à la rupture spontanée d'une pyonéphrose dans la grande cavité péritonéale. A propos d'un cas.

  • La péritonite par rupture de pyonéphrose est une complication rare, et souvent de découverte peropératoire. Nous en rapportons un cas colligé au Service des Urgences Chirurgicales Viscérales. Il s’agit d’une jeune femme de 35 ans qui consulte pour un abdomen aigu. L’échographie abdominale trouve un épanchement péritonéal et un rein gauche pyonéphrotique, confirmé par la TDM. Une laparotomie d’urgence est réalisée, avec toilette péritonéale et néphrectomie gauche. L’évolution sera favorable.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémopéritoine par rupture spontanée d'une métastase hépatique d'une tumeur germinale non séminomateuse.

  • Nous rapportons un cas d'hémopéritoine par rupture spontanée d'une métastase hépatique d'une tumeur germinale non séminomateuse. En pratique, l'hémopéritoine spontané doit faire envisager plusieurs étiologies, dominées par les ruptures de carcinomes hépatocellulaires ou plus rarement par celles de tumeurs bénignes , la rupture d'une métastase reste une cause exceptionnelle. L'intérêt de notre cas clinique est de rappeler la possibilité d'un traitement à visée curative dans quelques cas de maladies métastatiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov