Rickettsioses [ Publications ]

#1

rickettsioses [ Publications ]

Publications > rickettsioses

  • Une étude sérologique des rickettsioses a été menée en 1994 dans 3 quartiers de la ville de Niamey dans une population infantile. Ce groupe de maladies constitue l'une des alternatives au diagnostic présumé du paludisme. L'immunofluorescence indirecte a été pratiquée par microméthode avec des antigènes pour Rickettsia conori, Rickettsia mooseri et Coxiella burneti , la lecture a été faite à partir de la dilution du 1/160 jusqu'au 1/640. L'échantillon randomisé comportait 177 enfants de moins de 5 ans. Globalement, 35 sujets (19,7 %) présentaient une positivité pour au moins l'un des trois antigènes : 17,5 % réagissaient pour Rickettsia conori, 15,8 % pour Rickettsia mooseri et 9,6 % pour Coxiella burneti. Concernant ces deux derniers antigènes, les taux de séroprévalence étaient significativement plus élevés dans l'un des quartiers étudiés où règne une grande promiscuité entre l'homme et les animaux. Ces résultats, dans l'ensemble très élevés, sont compatibles avec ceux observés dans d'autres pays d'Afrique de l'ouest. Ils suggèrent que le contact homme/rickettsie y est fréquent et étroit. Bien que le chien et sa tique soient présents au Niger, la contamination se fait probablement par contact direct avec Rickettsia conori. Des rongeurs servent de relais pour la transmission de Rickettsia mooseri et la présence de chèvres et de moutons dans les cours des maisons assurent un contact étroit entre l'homme et Coxiella burneti. Mais la découverte récente de Rickettsia africae est susceptible, dans son cycle biologique, de mettre en oeuvre d'autres vecteurs tels que des tiques du bétail.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#2

L’actualité des rickettsioses

  • Les rickettsies sont des bactéries intracellulaires strictes de la famille des Rickettsiaceae. Elles sont transmises par différentes espèces d’arthropodes, qui sont vecteurs et/ou réservoirs de la bactérie. Les tiques en sont les principales représentantes. La spécificité de l’association des rickettsies avec l’arthropode vecteur reste un ample secteur d’étude et les pathologies liées aux rickettsies font partie d’un domaine en constante évolution. Pourtant les tableaux de certaines rickettsioses, tel le typhus épidémique, sont connus depuis plusieurs siècles. À l’inverse, des pathologies émergentes liées à ces bactéries sont régulièrement décrites, ainsi que de nouvelles espèces dont l’implication en pathologie humaine n’est pas toujours évidente au moment de leur découverte. Certaines maladies sont bénignes, d’autres peuvent mettre le pronostic vital en jeu. Il importe donc de savoir les reconnaître. Nous proposons ici une revue de la littérature sur ce sujet, où nous abordons la bactériologie, la clinique, les méthodes diagnostiques et enfin la thérapeutique des rickettsioses humaines. Il nous apparaît en effet essentiel de proposer une actualisation des connaissances dans un domaine en perpétuel changement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#3

Rickettsioses animales et humaines tropicales.

  • L'utilisation des outils modernes de biologie moléculaire a permis une grande clarification dans le groupe des rickettsies. Ce goupe est aujourd'hui reclassé dans la subdivision alpha des protéobactéries. Ainsi, on identifie les rickettsies du groupe boutonneux, les rickettsies du groupe du typhus, les Ehrlichia, et les Bartonella. A part mais encore considérée comme appartenant aux rickettsies, Coxiella burnetii, l'agent de la fièvre Q, appartient à la subdivision gamma des protéobactéries. La symptomatologie clinique (éruption, escarre, lésions de grattage) reste le premier élément du diagnostic. Le diagnostic sérologique a fait peu de progrès: l'immunofluorescence indirecte reste la technique de référence. Les techniques diagnostiques faisant appel à la biologie moléculaire restent le domaine de quelques laboratoires spécialisés. En thérapeutique, les cyclines restent indiquées mais les mesures d'hygiène à visée prophylactique sont encore les mesures les plus efficaces.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#4

Etat actuel des connaissances sur l'épidémiologie des rickettsioses en Afrique.

  • Les rickettsioses ont été largement rapportées sur le continent africain. Ces études, ponctuelles et géographiquement limitées ont été faites à différentes époques et par divers moyens comme la microagglutination de Giroud ou les réactions utilisant le Proteus OX 19 de la réaction de Weil et Felix, ce qui rend extrêmement difficile leur interprétation et par conséquent l'évaluation globale de la prévalence des rickettsioses en Afrique. Trois études récentes en Tunisie, en Centrafrique et au Zimbabwe montrent que la séroprévalence des rickettsioses du groupe boutonneux est élevée, proche de 45%.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#5

Approche clinique des rickettsioses.

  • Les rickettsioses sont des zoonoses transmises à l'homme par des arthropodes. En raison de l'augmentation des voyages internationaux, nous y sommes plus souvent confrontés. La présentation clinique associe un état fébrile, des céphalées et une éruption cutanée. Dans certaines situations, le retard d'une antibiothérapie spécifique peut entraîner une évolution fatale. La sérologie est le test diagnostique le plus utilisé mais il ne permet qu'un diagnostic rétrospectif. L'amplification des acides nucléiques (PCR) et l'immunohistochimie permettent un diagnostic en phase aiguë. La doxycycline constitue le traitement de choix et doit être prescrite empiriquement dès qu'une rickettsiose est suspectée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#6

Traitement des rickettsioses éruptives. Revue de la littérature de la microbiologie à la clinique.

  • Les auteurs font une revue de la littérature sur le traitement actuel des rickettsioses, de la fièvre pourprée des Montagnes Rocheuses à la fièvre boutonneuse méditerranéenne, en passant par le typhus murin et le typhus des broussailles. Ils décrivent les modèles expérimentaux in vitro et in vivo et en donnent les résultats. Ils font ensuite part de leurs expériences personnelles et celles de la littérature dans le traitement des rickettsioses.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#7

Les rickettsioses des ruminants domestiques transmises par les tiques: elements taxonomiques et diagnostic de laboratoire.

  • Les rickettsioses sont des maladies transmises par les tiques qui demeurent peu connues par les praticiens. Les auteurs présentent une revue bibliographique relative à ce groupe de maladies chez les ruminants domestiques. Ils mettent l'accent sur les aspects taxonomiques ainsi que sur les données relatives au diagnostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#8

Données actuelles sur les rickettsioses en Tunisie.

  • La technique d'immunofluorescence indirecte a permis de reconsidérer le problème des rickettsioses en Tunisie. Cette pathologie toujours d'actualité présente tant sur le plan clinique qu'épidémiologique, une nette prédominance de fièvre boutonneuse méditerranéenne à Rickettsia conori. Le typhus murin à R. mooseri persiste mais leur incidence semble faible. La fréquence de la fièvre Q reste encore à déterminer.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#9

Actualité des rickettsioses.

  • Cet article passe en revue les connaissances actuelles sur la nature des rickettsies, leur action pathologique et leur diagnostic. La description des enquêtes séro-épidémiologiques en Bolivie, au Botswana, en Ethiopie, en Grèce et en France montre que 50 ans après la mort de Charles Nicolle, les rickettsioses sont toujours un problème de santé majeur dans de nombreux pays.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#10

Anticorps antiphospholipide et rickettsioses.

  • Nous rapportons ici un cas de fièvre Q accompagné d'AAP, d'AL et d'anticorps anticardiolipine (AAC) ainsi que notre expérience de ces anticorps chez des malades atteints de fièvre boutonneuse de la Méditerranée (Rickettsia conorii), maladie beaucoup plus fréquente en Espagne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes