Reflux gastro-oesophagien [ Niveau Expert ]

reflux gastro-oesophagien [ Niveau Expert ]

Expert > reflux gastro-oesophagien

  • Introduction : Le reflux gastro-oesophagien (RGO) du nourrisson est un motif de consultation quotidien en cabinet de médecine générale et de pédiatrie. Les médecins sont confrontés à une complexité diagnostique et thérapeutique, associée à des inquiétudes parentales marquées. L\ objectif de cette étude est d\ analyser le ressenti des parents dans la prise en charge du RGO pathologique en soins primaires ambulatoires. Méthode : L\ étude était qualitative par théorisation ancrée. Les critères d\ inclusion étaient représentés par des parents de nourrissons souffrant de RGO pathologique, ou en ayant souffert au maximum dans les quatre dernières années. Des entretiens individuels semi-dirigés ont été réalisés entre décembre 2017 et avril 2018. Les entretiens étaient retranscrits puis analysés grâce au logiciel de codage NVivo QSR® 11. La réalisation de quatorze entretiens a permis d\ atteindre la saturation des données. Résultats : Les parents ressentent globalement une inquiétude rapide, par précocité des symptômes dès les premières semaines de vie. Le sentiment d\ incompréhension est amplifié par une erreur fréquente de diagnostic initial, avec impression de banalisation des professionnels de santé. Paradoxalement, le délai de consultation médicale est souvent retardé, par complexité parentale à cerner les plaintes chez les nourrissons, et intrication de signes qu\ ils jugent sans gravité. Concernant le recours médical, leurs attentes englobent une attitude empathique avec écoute et explications, une disponibilité et une réactivité des praticiens. Le recours aux médecines alternatives et complémentaires s\ explique par nécessité de trouver des solutions pour apaiser l\ inconfort du nourrisson. Par besoin de communication et de soutien, la place de l\ entourage est essentielle, et une documentation personnelle est souvent entreprise. Le retentissement parental associe épuisement physique et moral, altération de la qualité de vie, et une forte culpabilité avec sentiment d\ impuissance. Poser le diagnostic et trouver le traitement permettant d\ obtenir le bien-être du nourrisson représente leur critère principal de soulagement. Conclusion : Evoquer plus précocement le diagnostic de RGO pathologique du nourrisson permettrait de diminuer la surconsommation de soins engendrée. Recadrer sa prise en charge exclusivement en ambulatoire pourrait diminuer le passage aux urgences pédiatriques, grâce à une relation de confiance médecin-parents primordiale pour leur réassurance.

  • Source : sudoc.fr

Lésions buccales du reflux gastro-oesophagien de l'enfant : des réalités et quelques mythes

  • Le reflux gastro-oesophagien (RGO) atteindrait entre 1/300 et 1/1000 enfants en bas âge. Associé à une oesophagite, ses complications à long terme altèrent la qualité de vie de l'enfant. Les manifestations extra-oesophagiennes (REO) soulèvent un intérêt particulier car le reflux peut atteindre la cavité buccale et affecter les dents et la muqueuse buccale. Les signes buccaux pathognomoniques du REO devraient attirer l'attention pour faire rechercher un RGO. Les érosions dentaires sont le risque buccal principal du RGO de l'enfant. En cas de RGO, il convient d'adresser le patient au médecin-dentiste pour recherche de pertes de substance et mise en oeuvre, le cas échéant, d'une prophylaxie ou de restaurations dentaires. Des érosions dentaires chez l'enfant, sans cause mécanique ou alimentaire, devraient faire discuter la possibilité d'un RGO occulte.

  • Source : revmed.ch

Le reflux gastro-oesophagien chez l'enfant

  • Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est extrêmement fréquent chez l'enfant. Dans la grande majorité des cas, aucune exploration n'est nécessaire et le traitement médical d'épreuve en première intention est certainement de bonne pratique. Lorsque le RGO est pathologique, secondaire, ou qu'il est responsable de complications sévères u2013 malaise du nourrisson par exemple u2013 des examens complémentaires s'imposent et le traitement médical ajusté à chaque situation. Lorsque se discute la chirurgie, la laparoscopie est actuellement le gold standard. Elle doit être réservée aux RGO durables, résistants au traitement médical à moyen terme et aux RGO secondaires, et peut être proposée chez certains nourrissons victimes de malaises graves. L'évaluation comparée à long terme des bénéfices, coûts et effets secondaires, des traitements médicamenteux et de la chirurgie reste à faire

  • Source : jle.com

Le reflux gastro-oesophagien : attitude pratique

  • Le reflux gastro-oesophagien (RGO) est un motif fréquent de la consultation pédiatrique, dont l'évolution est en général favorable chez le nourrisson. Son diagnostic peut le plus souvent être posé sur la base d'une anamnèse détaillée et d'un examen clinique. Dans ces situations, le traitement peut être initié au cabinet, sous forme de traitement prokinétique et antiacide, voire d'un traitement postural. Dans les situations où le patient présente une complication du reflux-oesophagite, symptômes respiratoires, stagnation pondérale - ou une mauvaise réponse au traitement - des investigations doivent être entreprises, qui seront choisies avec l'aide du spécialiste en fonction du tableau clinique. Dans de rares cas, ces examens mèneront à une indication chirurgicale

  • Source : revmed.ch

Les déterminants de la prise en charge du reflux gastro-oesophagien physiologique chez le nourrisson : quels sont les déterminants de la prise en charge par les médecins généralistes du Loiret d'un nourrisson présentant un reflux gastro-oesophagien physiologique ?

  • tnIntroduction : Le reflux gastrou2010oesophagien est un motif de consultation fréquent en médecine générale. L objectif de l étude est d observer les facteurs déterminants la prise en charge du médecin généraliste au cours d une consultation pour un reflux gastrou2010oesophagien physiologique chez un nourrisson

  • Source : sudoc.fr

Prescription des examens complémentaires dans le reflux gastro-oesophagien chez l'adulte en gastro-entérologie

  • Améliorer sa pratique en évaluant quelques points clés : réaliser une endoscopie oesogastroduodénale (EOGD) chez un patient âgé de plus de 50 ans, réaliser une EOGD chez un patient avec des manifestations extra-digestives ORL, pneumologique ou cardiologique (une fois un diagnostic différentiel éliminé au préalable), réaliser une EOGD chez un patient présentant un RGO ancien supérieur à 5 ans, réaliser une EOGD en cas de résistance au traitement médical, réaliser une manométrie avant chirurgie anti-reflux, réaliser une pH-métrie ambulatoire avant chirurgie du RGO en cas d'endoscopie normale

  • Source : has-sante.fr

t Étude et évaluation de la qualité des sites Internet à propos des conseils sur le reflux gastro-oesophagien du nourrisson

  • Internet est une source majeure du201finformations en santé pour la population générale introduisant un tiers dans la relation médecin-patient. La qualité de lu201finformation médicale disponible sur le Web est largement remise en question par les études qui su201fy sont intéressées. Lu201fobjectif de notre travail était de rechercher sur Internet les différents sites de conseils à propos du reflux gastro-oesophagien du nourrisson, qui est un motif fréquent de consultation de médecine générale, et de comparer la qualité de lu201finformation présentée par ces sites

  • Source : sudoc.fr

le reflux gastro-oesophagien (RGO)

  • En cas de reflux gastro-oesophagien (RGO) le contenu de l estomac constitué d aliments et d acidenchlorydrique remonte vers l oesophage et provoque des symptômes (brûlures, douleurs, remontées acidesnou amères, douleurs de gorges, rétro-sternales, toux inexpliquée ou régurgitations alimentaires).nEncore appelé pyrosis, le symptôme caractéristique du RGO est une brûlure qui part du creux de l estomac,nremonte dans la poitrine se terminant plus ou moins haut.nLes causes du RGO sont principalement alimentaires (repas trop copieux ou gras), comportementalesn(alcool, tabac, sédentarité, mauvaises postures). Le surpoids et l obésité favorisent le reflux.

  • Source : snfge.org

Reflux gastro-oesophagien (Le) - - Examen Classant National : Question(s) 280 -

  • résumé, définition, épidémiologie, physiopathologie, étiologie (le plus souvent idiopathique, étiologies particulières), clinique : circonstance de découverte (manifestations atypiques, révélation par une complication (rare)), diagnostic (clinique, endoscopie, pH-métrie de 24 heures : les indications sont rares), oesophagites sévères (grades 3 et surtout 4), traitement (moyens thérapeutiques médicaux, chirurgicaux, indications thérapeutiques) , plan de la leçon, pré-requis, mots clés, références, version imprimable, 5 pages

  • Source : sante.ujf-grenoble.fr

Reflux gastro-oesophagien : une maladie fréquente à mieux connaître

  • Le reflux gastro-oesophagien (RGO) est une pathologie commune responsable de nombreuxrnsymptômes plus ou moins invalidants : pyrosis, toux chronique... Il est parfois associérnà des lésions locales pour lesquelles se pose la question du risque d'adénocarcinomernoesophagien. Des études récentes précisent la part respective de chacun de ces problèmesrn: prévalence réelle du RGO dans la population française, formes atypiques, fréquencernde l'oesophagite, et surtout risque réel de cancer oesophagien chez ces patients.

  • Source : mbpu-unaformec.net

Nourriture épaissie en cas de reflux gastro-oesophagien chez le nourrisson?

  • Question clinique : Quelles sont l'efficacité et la sécurité des épaississants de l'alimentation sur les symptômes de reflux gastro-oesophagien (RGO) chez les nourrissons sains ? Conclusion Minerva : Cette méta-analyse apporte comme seule conclusion que l'épaississement de la nourriture diminue faiblement le nombre de régurgitations chez des nourrissons présentant un reflux gastro-oesophagien, sans pouvoir préciser le nombre de nourrissons présentant dans les études une maladie de reflux. L'épaississement de l'alimentation n'a pas d'effet sur les autres symptômes de reflux.

  • Source : minerva-ebm.be

Traitement à court terme par inhibiteurs de la pompe à protons, antagonistes des récepteurs H2 et prokinétiques contre les symptômes du reflux gastro-oesophagien RGO) et le RGO avec endoscopie normale

  • Résumer, quantifier et comparer l'efficacité de l'utilisation à court terme d'inhibiteurs de la pompe à protons IPP), d'antagonistes des récepteurs H2 ARH2) et de prokinétiques chez l'adulte souffrant de RGO traité de façon empirique et chez ceux présentant un reflux négatif à l'endoscopie RNE).

  • Source : cochrane.org

Reflux gastro-oesophagien : traitement d'abord, fibroscopie ensuite

  • La consultation pour reflux ou pyrosis en médecine générale concerne surtout les patients les plus âgés . L'efficacité des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) chez ces patients a modifié considérablement notre approche de la maladie. . Mais quels sont les autres moyens médicaux dont nous disposons, et en particulier, faut-il éradiquer helicobacter pylori ? Quand s'impose la fibroscopie ? La chirurgie a t-elle encore des indications ?

  • Source : mbpu-unaformec.net

Reflux gastro-oesophagien : l'apport des IPP

  • Plusieurs synthèses viennent de paraître sur le reflux gastro-oesophagien (RGO) précisant les données sans modifier radicalement les stratégies définies antérieurement (voir Bibliomed 422 et 423). Ces données concernent l usage des IPP et les stratégies de traitement à court et long terme. La place dominante des IPP semble maintenant bien prouvée tant sur les symptômes que sur l oesophagite associée (1/3 des cas), à court terme et à long terme, le coût posant quelques problèmes.

  • Source : mbpu-unaformec.net

Comparaison de la chirurgie de fundoplicature et des médicaments postopératoires contre le reflux gastro-oesophagien chez les enfants présentant une atteinte neurologique faisant l'objet d'une gastrostomie

  • Comparer l'efficacité de la chirurgie anti-reflux et des médicaments anti-reflux chez les enfants présentant une atteinte neurologique et un RGO qui font l'objet d'une pose de sonde d'alimentation gastrique (gastrostomie).

  • Source : cochrane.org

Reflux gastro-oesophagien : stratégies décisionnelles 2009

  • Nous avons analysé l apport des IPP à la prise en charge du reflux gastro-oesophagien (RGO), véritable révolution dans ce domaine (Bibliomed 526). Mais comment insérer ces médicaments dans les stratégies décisionnelles, au quotidien comme dans la durée ? Quelle place reste-t-il aux autres classes pharmacologiques et à la chirurgie ? Diverses études et synthèses récentes apportent des éléments de réponse à ces deux questions.

  • Source : mbpu-unaformec.net

Reflux Gastro-Oesophagien chez le Nourrisson et chez l'Enfant

  • Le reflux gastro-oesophagien (RGO) définit le passage, à travers le cardia, du contenu de l estomac dans l oesophage, en dehors de tout effort de vomissement. C est une pathologie fréquente avec une prévalence estimée à 10% dans la population de 0 à 17 ans.

  • Source : college-chirped.fr

Trouble du reflux gastro-oesophagien - enfant

  • Le terme reflux signifie mouvement de recul. L œsophage est le tube qui part de la bouche et qui mène vers l estomac. Le reflux gastro-œsophagien se produit donc quand des aliments et de l acide gastrique partent de l estomac et se dirigent vers l œsophage. Les rots et la régurgitation des aliments sont des phénomènes normaux quand les bébés s alimentent.

  • Source : aboutkidshealth.ca

Reflux gastro-oesophagien de l'adulte

  • Le reflux gastro-œsophagien, ou RGO, est la remontée d une partie du contenu de l estomac dans l œsophage. Lié à une défaillance du muscle fermant cette partie du tube digestif, le RGO est une affection courante. Il provoque des brûlures, des régurgitations acides et, parfois, d autres symptômes digestifs ou oto-rhino-laryngologiques. En cas de complications, une inflammation de l œsophage peut aussi survenir.

  • Source : ameli-sante.fr

Reflux gastro-oesophagien : alternatives au traitement médical

  • De nombreuses techniques de traitement endoscopique du reflux gastro-oesophagien sont apparues au cours des dernières années mais ont été abandonnées pour la plupart, soit pour des problèmes d'effets secondaires sévères, de manque d'efficacité ou d'absence d'adoption par le milieu médical. Certaines d'entre elles ont survécu ou sont toujours en développement et en expérimentation

  • Source : amub.be