Readaptation cardiaque [ Publications ]

readaptation cardiaque [ Publications ]

Publications > readaptation cardiaque

  • La maladie coronaire survient classiquement plus tardivement chez la femme que chez l’homme (une dizaine d’années plus tard). L’étude récente FAST-MI a montré que le profil des coronariennes a changé ces dernières années, en effet, elles sont plus jeunes, plus obèses et généralement tabagiques. Quel que soit l’âge auquel survient la coronaropathie chez la femme, son pronostic est plus sévère que chez l’homme, et ce, malgré la fréquence plus élevée de syndromes coronaires aigus à « coronaires normales » chez la femme. Chez la femme coronarienne ne présentant pas de lésions coronaires significatives à la coronarographie, l’étude WISE a montré des troubles de sa vasomotricité coronaire. Malgré l’effet bénéfique démontré de la réadaptation cardiaque sur la morbi-mortalité, elle reste sous-utilisée et particulièrement chez la femme. En effet, plusieurs freins n’encouragent pas la femme à suivre un cycle de prévention et de réadaptation cardiovasculaire même après un accident coronarien aigu. Que ces freins soient culturels, domestiques, familiales, pudiques, rhumatologiques ou encore par crainte de l’exercice physique, il nous faut convaincre pour les lever. La capacité physique de la femme est inférieure à celle de l’homme or plus la capacité physique est faible plus la réadaptation est bénéfique. L’entraînement physique en endurance en continu ou en interval training associé au renforcement musculaire permet d’améliorer cette capacité chez la femme. La correction des facteurs de risque est une étape importante dans la prise en charge des coronariennes. L’éducation thérapeutique et les différents ateliers proposés permettent aux patientes de mieux comprendre leurs maladies et de mieux s’autogérer au retour à leur domicile. L’anxiété, la dépression et les troubles sexuels altèrent fréquemment la qualité de vie de nos patientes, leur prise en charge psychologique dans nos services est indispensable.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La réadaptation cardiaque en postinfarctus du myocarde

  • À l’heure de la médecine basée sur les preuves, alors que l’efficacité de la réadaptation cardiaque est parfaitement démontrée, un nombre important de patients cardiaques n’en bénéficie toujours pas, particulièrement les jeunes patients ayant bénéficié d’une revascularisation précoce et les patients âgés. L’objectif de la réadaptation cardiaque est une prise en charge globale du patient : exercice physique, prise en charge diététique, éducation thérapeutique, aide au sevrage tabagique et soutien psychologique. Il s’agit d’un changement du style de vie, ce que ne peut permettre une courte hospitalisation à la phase aiguë. Plusieurs études randomisées, méta-analyses et registres ont montré une baisse de la morbi-mortalité de 20 à 30 % par la réadaptation cardiaque. L’exercice physique, outre l’augmentation de la capacité physique du patient, optimise les facteurs de risque. En effet, il corrige les paramètres lipidiques et les chiffres tensionnels, il aide au sevrage tabagique, à l’équilibre du diabète et à la perte du poids. L’optimisation des facteurs de risque limite la progression de l’athérome. En plus de l’optimisation des facteurs de risque, l’entraînement physique augmente la capacité d’effort cette capacité d’effort a une valeur diagnostique démontrée : plus est-elle élevée meilleur est le pronostic. L’efficacité de la réadaptation cardiaque a été comparée au traitement par bêtabloquant et même à l’angioplastie dans l’angor stable. Les effets bénéfiques de la réadaptation cardiaque lui ont conférée un haut grade de recommandation IA.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'essentiel de l'année 2006 en réadaptation cardiaque et cardiologie du sport.

  • L'actualité en réadaptation cardiaque a été marquée par : - une reprise de la méta-analyse récente attestant du bénéfice de la réadaptation cardiaque en termes de réduction de la mortalité globale et cardiovasculaire : Taylor en dégage la part due à l'entraînement physique, en dehors de la réduction des facteurs de risque. L'équipe canadienne de N. Oldridge fait par ailleurs une revue systématique des études économiques concernant les programmes de réadaptation cardiaque , - une analyse plus détaillée des populations de patients adressés en réadaptation cardiaque et la définition de certains facteurs pronostiques issus des épreuves d'effort cardiorespiratoire réalisées à l'entrée en réadaptation et après un programme d'entraînement physique , - une étude italienne de l'équipe de Piepoli montrant les effets bénéfiques de l'activité physique sur l'activation neuro-hormonale des patients en insuffisance cardiaque , - dans le cadre « réadaptation cardiaque et thérapeutique », une étude française permettant d'optimiser le calcul du niveau d'entraînement chez les patients sous bêtabloquants, et une étude italienne de Belardinelli montrant les effets synergiques de la réadaptation cardiaque associée à la trimétazidine sur la fonction ventriculaire gauche et la fonction endothéliale coronaire, - enfin, une réflexion sur les recommandations actuelles de prescription de l'activité physique en réadaptation cardiaque, en particulier en ce qui concerne l'activité physique de résistance, actuellement très restrictive, et les sports de compétition et de loisir chez le coronarien.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Réadaptation cardiaque en Ile-de-France. Etat de l'organisation actuelle et propositions d'aménagement.

  • L'Agence régionale d'hospitalisation d'Île-de-France a souhaité compléter le Schéma régional d'organisation sanitaire 1999-2004 de cardiologie par un rapport spécifique sur la réadaptation cardiaque. Elle a réuni un groupe de travail qui après 8 réunions a remis ses conclusions. Elles ont été adoptées après présentation au Comité technique régional de cardiologie. Les besoins de réadaptation cardiaque ont été définis en fonction des indications reconnues dans la littérature : environ 18 000 patients par an sont redevables de réadaptation cardiaque en Île-de-France. L'équipement existant actuellement (1999-2000) a été déterminé : 435 lits d'hospitalisation complète, qui permettent de traiter 5 780 patients par an 45 places d'hospitalisation de jour (dont seulement 20 sont fonctionnelles en 2000), auxquelles s'ajoute une importante activité tarifée à l'acte permettant une prise en charge ambulatoire évaluée à 1 265 patients par an. Des propositions d'aménagement sont faites : - mieux répartir les lits d'hospitalisation complète en Île-de-France , - développer de façon importante l'activité de réadaptation ambulatoire, notamment sous forme d'hôpital de jour , - créer une troisième possibilité de prise en charge plus légère, associant réentraînement à l'effort à domicile et programme d'éducation-prévention-réinsertion-psychothérapie au sein d'un réseau avec la médecine de ville.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Réadaptation cardiaque des adultes avec cardiopathies congénitales

  • Les grands progrès de la prise en charge médicale et chirurgicale des cardiopathies congénitales ont permis à de nombreux enfants de parvenir à l’âge adulte avec souvent un bon résultat hémodynamique. Mais la plupart de ces adultes ont néanmoins une limitation de leur capacité fonctionnelle. Cette limitation, plus ou moins importante, les pénalise dans leur vie quotidienne et altère leur qualité de vie. L’origine de cette limitation est en générale multifactorielle. Elle est liée, bien sûr, à la sévérité de la cardiopathie et à la qualité du résultat opératoire. Mais il existe très fréquemment un déconditionnement physique. Lui-même peut être secondaire à la cardiopathie mais il est aussi bien souvent secondaire à un manque d’activité physique. Ce sont les parents, parfois surprotecteurs, mais surtout les médecins qui ont imposé, souvent à tort, cette restriction. La réadaptation cardiaque constitue un outil privilégié pour délivrer des conseils, dans un environnement adapté et apporte des bénéfices importants sur la santé et la qualité de vie. Ceci nécessite une collaboration étroite entre les réadaptateurs cardiaques et les cardiologues congénitalistes pour proposer des prises en charge adaptées. Nous apportons ici quelques réflexions et les éléments de base pour guider le réentraînement des ces patients.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Réadaptation cardiaque du sujet âgé

  • Pour l’OMS on est considéré âgé à partir de l’âge de 65 ans. Compte tenu du vieillissement de la population (l’espérance de vie augmente régulièrement en Europe), de plus en plus de patients âgés sont adressés dans les services de réadaptation cardiaque. Le vieillissement est un phénomène normal, mais il est variable en fonction des individus, chez le même sujet le vieillissement des organes ne se fait pas à la même cadence. Le patient âgé est généralement poly pathologique. En raison de la baisse de ses réserves fonctionnelles, la survenue d’une affection aiguë le rapproche de sa zone de décompensation. Les complications plus fréquentes chez le sujet âgé peuvent nécessiter un traitement spécifique préalable, et retarder ainsi sa réadaptation. Le programme de réadaptation des patients âgés valides, ne diffère guère de celui des patients plus jeunes. Pour ceux qui sont dépendants, l’objectif principal du programme de réadaptation est de leur retrouver d’abord une autonomie. L’âge avancé n’épargne pas le patient de la correction de ses facteurs de risque et de l’éducation thérapeutique. Pour les patients qui ont des difficultés à retenir ou à comprendre les instructions, l’aide de la famille est précieuse quand elle est possible. Quant au bénéfice de la réadaptation chez le sujet âgé, il n’est plus à démontrer. Nombreux sont les études qui l’ont confirmé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La réadaptation cardiaque: bases physiologiques, effets bénéfiques, contre-indications.

  • La réadaptation cardiaque peut réduire de façon significative la morbidité et la mortalité chez les sujets atteints de nombreuses cardiopathies mais elle est encore sous utilisée. Cette technique est utile non seulement pour les patients atteints d’infarctus du myocarde mais aussi pour les patients souffrant d’angor stable, d’insuffisance cardiaque, ayant subi une transplantation cardiaque ou une intervention de chirurgie cardiaque pour des lésions valvulaires ou coronaires. Les effets bénéfiques de la réadaptation sont les suivants : réduction du taux de morbidité et de mortalité cardiovasculaire, amélioration de la tolérance à l’effort, réduction des symptômes cardiaques. Cette technique permet une meilleure prise en charge des facteurs de risque, une meilleure observance thérapeutique, l’amélioration du bien-être psychologique et favorise le retour au travail. Elle doit être dirigée par une équipe multidisciplinaire qui met l’accent sur l’éducation thérapeutique, le suivi d’un exercice personnalisé, la réduction des facteurs de risque et l’optimisation de l’état fonctionnel du patient.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La réadaptation cardiaque après infarctus du myocarde en France : un taux d’abstention trop élevé

  • Malgré les bénéfices bien documentés chez les patients après infarctus du myocarde, la réadaptation cardiaque est sous-utilisée dans la plupart des pays. En France, une étude récente a montré un taux de participation de 22,7 %, avec de très fortes disparités régionales pour des raisons mal connues. Dans ce travail, nous analysons certaines caractéristiques démographiques pour tenter d’expliquer ces résultats singuliers. Puis, nous recherchons dans la littérature les facteurs complexes qui influent sur l’orientation des patients en réadaptation cardiaque (raisons du patient, rôle du médecin, organisation du système de santé…), et les meilleurs moyens d’améliorer le taux de réadaptation cardiaque ou d’en trouver des alternatives adéquates.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La réadaptation cardiaque du coronarien : première expérience en Algérie

  • La réadaptation cardiaque prend une part grandissante dans la prise en charge des coronariens. Il y a cependant une grande discordance entre son apport bénéfique certain chez ces patients, démontré par toutes les études et le peu de centres existants principalement dans les pays en voie de développement , d’autant plus que ces effets sont obtenus avec un excellent rapport coût–bénéfice. Nous avons donc collaboré avec le service de médecine du sport qui a lancé cette discipline et nous rapportons notre première expérience en réadaptation cardiaque avec l’étude de 158 patients pris en ambulatoire. Les résultats ont montré l’amélioration fonctionnelle chez tous les patients avec une qualité de vie jugée meilleure par tous sur un questionnaire remis en fin de programme.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La réadaptation cardiaque: aussi au-delà de 80 ans?

  • La prévalence de l'insuffisance cardiaque augmente avec l'âge. Si l'utilité d'une réadaptation cardiaque est actuellement démontrée, notamment dans l'amélioration de la tolérance à l'effort, les données manquent pour la population gériatrique. Un programme de réadaptation cardiorespiratoire médicalement supervisé a ainsi débuté à l'Hôpital de gériatrie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) en septembre 2004. En mars 2005, 34 des 50 participants (moyenne d'âge 87 ans) avaient terminé ce programme. Les résultats montrent une amélioration significative du périmètre de marche au test de six minutes (+ 68,5 m, p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Patients sous assistance circulatoire mécanique mono-gauche en centre de réadaptation cardiaque. Retour d’une expérience de prise en charge

  • Les progrès thérapeutiques de la prise en charge de l’insuffisance cardiaque se traduisent par une augmentation du nombre de patients en insuffisance cardiaque avancée. Les évolutions technologiques des assistances ventriculaires apportent d’excellents résultats. Cet article rapporte une expérience de prise en charge en réadaptation cardiaque de ce type de patients assistés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Concordance et dissociation des seuils de fatigue électromyographiques et des seuils ventilatoires chez le patient en réadaptation cardiaque

  • La prescription d’exercice repose généralement sur la détermination des seuils ventilatoires (SV

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La réadaptation cardiaque, un accompagnement pluriprofessionnel

  • La réadaptation du patient coronarien fait intervenir de nombreux professionnels pour une prise en charge globale. L’objectif est de mettre en place un réentraînement à l’effort et une modification des habitudes de vie, pour diminuer les facteurs de risque. L’éducation thérapeutique est essentielle dans cet accompagnement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une démarche éducative pluriprofessionnelle pour la réadaptation cardiaque.

  • A l'hôpital Sud Echirolles (Grenoble), l'équipe pluriprofessionnelle des services de réadaptation cardiaque s'est mobilisée pour apporter une information de qualité aux patients. L'objectif est de mieux connaître la pathologie et les thérapeutiques, ainsi que de prévenir les risques liés au retour au domicile, au stress ou à l'inobservance des traitements.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov