Radiculopathie [ Publications ]

radiculopathie [ Publications ]

Publications > radiculopathie

  • Les auteurs étudient de manière prospective l'utilisation des infiltrations épidurales comme traitement de la compression radiculaire. Il s'agit d'une étude ouverte faite sur 200 patients. Etudes avec un recul minimum de 1 an. Ils ont tous été traités selon un protocole précis. 124 patients avaient une hernie discale, 32 une sténose lombaire segmentaire et 44 une sténose étagée. Les résultats ont été évalués d'après la cotation de Lassale. Des 200 patients, 74 p. 100 ont ainsi pu éviter l'intervention chirurgicale et l'efficacité de cette thérapeutique s'avère influencée par certains paramètres: - l'étiologie de la compression radiculaire: dans les hernies discales 65 p. 100 de succès, dans des sténoses segmentaires 69 p. 100 et dans des sténoses étagées 91 p. 100 de succès, - l'âge des patients: presque tous les patients âgés de plus de 70 ans ont eu une amélioration suffisante. A l'inverse un échec presque total a été observé chez les jeunes de moins de 20 ans, dont la plupart a subi une intervention chirurgicale, - le caractère aigu ou chronique de la radiculalgie: dans des hernies discales surtout, parmi les malades opérés, 65 p. 100 étaient des lésions aiguës (évolution de moins de 4 mois) et dans les sténoses segmentaires, 80 p. 100 des malades opérés étaient aigus. Dans les sténoses étagées il n'y avait pas de malades aigus. Eviter l'intervention chirurgicale n'a pas été l'unique paramètre évalué pour étudier l'efficacité de cette thérapeutique. L'évaluation avant et après traitement, avec un minimum d'un an de recul, nous a montré une franche amélioration de tous les cas qui n'ont pas été opérés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Radiculopathie cervicale déficitaire au cours de trois cas de dissection de l'artère vertébrale.

  • Trois cas de dissection extra-crânienne de l'artère vertébrale révélés par une névralgie cervico-brachiale C5-C6 déficitaire sont rapportés. Ils sont rapprochés de six autres cas de la littérature. Dans cinq de ces neuf cas, les signes neurologiques centraux avaient permis d'évoquer le diagnostic de dissection vertébrale. Dans quatre cas, l'atteinte déficitaire était strictement isolée, simulant une névralgie cervico-brachiale par hernie discale ou par compression foraminale. Dans ces formes de dissection de l'artère vertébrale, l'analyse sémiologique de la douleur a permis de redresser le diagnostic, à savoir: une douleur latéro-cervicale haute, rebelle aux antalgiques et aux anti-inflammatoires, sans recrudescence nocturne et sans raideur cervicale. L'atteinte motrice périphérique était généralement prédominante sur l'atteinte sensitive et l'évolution a été favorable dans les neuf observations. La radiculopathie est due, dans la plupart des cas, à une compression de la racine cervicale, dans son trajet extra-foraminal, par l'hématome disséquant, et dans de rares cas à une ischémie radiculaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Comment j'explore ... la musculature paravertébrale lombaire dans les radiculopathies par électromyographie.

  • L'examen de la musculature paravertébrale lombaire est une part intéressante de l'évaluation électrodiagnostique des patients chez qui une radiculopathie lombosacrée est suspectée. Toutefois, de nombreux électromyographistes hésitent à inclure cette technique lors de l'étude classique des membres inférieurs. L'objectif de cet article est de préciser l'anatomie et les données électro-physiologiques de la musculature paraspinale du multifidus lombaire. Les études anatomiques antérieures ont indiqué que les muscles lombaires médiaux multifidus et interépineux partagent une innervation monosegmentaire commune via le rameau postérieur du nerf rachidien. L'électromyographie de ces muscles devrait améliorer la sensibilité de détection des radiculopathies lombosacrées. L'analyse en mode multi-MUP des paramètres électromyographiques quantitatifs du multifidus lombaire, au sein d'une population de 75 sujets sains asymptomatiques sur le plan rachidien, nous a permis d'établir des normes de référence pour le myotome L5.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hypertrophie du triceps sural gauche consécutive à une radiculopathie post-radique.

  • Un homme de 44 ans, aux antécédents de maladie de Hodgkin traitée en 1987 par chimiothérapie et radiothérapie, présenta en 1996 des douleurs du mollet gauche puis une hypertrophie du muscle triceps sural gauche. Les vitesses de conduction sensitives et motrices étaient normales. L'électromyographie notait des tracés neurogènes intéressant principalement les territoires radiculaires L5 et S1 de façon bilatérale à nette prédominance gauche. L'imagerie par résonance magnétique dorso-lombaire ne révélait aucune anomalie du cône terminal et des racines médullaires. Dans notre cas, l'hypertrophie musculaire est la conséquence d'une atteinte radiculaire post-radique. Ce cas soulève la question du mécanisme étiopathogénique de l'hypertrophie musculaire, consécutive à une radiculopathie post-radique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Myéloradiculopathie chronique progressive chez un homme de 61 ans.

  • Les fistules durales artérioveineuses peuvent être de diagnostic difficile. Nous rapportons un cas révélé par l'aggravation douloureuse de troubles de la marche chez un homme présentant une paraparésie spastique. Les investigations radiologiques durent être répétées à 3 reprises avant d'aboutir, après 22 mois d'aggravation, au diagnostic de fistule artérioveineuse durale rachidienne alimentée par la branche radiculo-médullaire C6 droite. La compréhension des mécanismes de ces fistules, qui aboutit à une hypertension veineuse médullaire, explique la faible sensibilité de l'imagerie médullaire précoce, et incite à répéter les examens. L'efficacité du traitement dépend de la sévérité des manifestations neurologiques pré-opératoires.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le kyste ganglionnaire de la colonne cervicale responsable d'une radiculopathie.

  • Nous rapportons une observation de kyste ganglionnaire de la colonne cervicale responsable d'une radiculopathie. Cette masse épidurale est rare à l'étage cervical. La tomodensitométrie suggère le diagnostic par la topographie postéro-latérale de cette masse à proximité d'une arthrose des facettes articulaires. La résonance magnétique illustre bien la configuration trilobée et les caractéristiques tissulaires de ce kyste.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Radiculopathie cervicale au cours de la maladie de forestier : traitement chirurgical - À propos d’un cas et revue de la littérature

  • L’hyperostose ankylosante vertébrale est un désordre musculo-squeletique non inflammatoire affectant surtout l’homme après 60 ans, avec calcifications antéro-latérales du rachis respectant les disques et les articulaires.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov