Pyodermite [ Publications ]

pyodermite [ Publications ]

Publications > pyodermite

  • Introduction. Les pyodermites superficielles sont des infections fréquentes et généralement bénignes dont le germe responsable est les plus souvent Staphylococcus aureus et/ou le streptocoque A. Bien que sujet à controverse, leur traitement fait appel à des antibiotiques à spectre étroit actifs sur ces 2 germes. Malades et méthodes. Il s'agissait d'une étude multicentrique, contrôlée, en double insu, double placebo, randomisée, comparant la pristinamycine (1 g 2 fois/j) à un antibiotique de référence, l'oxacilline (1 g 2 fois/j) pendant 10 jours. Etaient incluables les malades ambulatoires des 2 sexes, âgés de 15 à 80 ans avec un diagnostic clinique de poydermites superficielles (impétigo, plaie surinfectée de moins de 15 jours, furonculose, anthrax, périonyxis) et ayant donné leur consentement écrit. Les médecins généralistes-investigateurs (n = 52) étaient assistés par 9 dermatologues-coordonateurs régionaux. Le diagnostic clinique était validé en fin d'étude après analyse des photos et des prélèvements bactériologiques faits au cabinet de l'investigateur à V1 (J0), V3 (J14±3) et V4(J25±3) par un comité d'experts. Le succès était défini par l'efficacité clinique, bactériologique et photographique à V3 (analyse en équivalence : intervalle de confiance - IC - unilatéral à 95 p. 100). Résultats. 293 malades ont été inclus dans l'étude (pristinamycine : 151 cas, oxacilline : 142 cas). L'âge moyen des malades analysés était de 40±17 ans. 255 malades avaient un diagnostic conforme au protocole : furonculose ou anthrax (100 cas), plaie récente surinfectée (97 cas), impétigo (41 cas), périonyxis aigu (17 cas). 35 malades (12 p. 100) ont été considérés comme inclus à tort. Les germes le plus souvent isolés étaient : Staphylococcus aureus (n = 126), streptocoque du groupe A (n = 13) ou B (n = 5) et P. multocida (n = 3). L'analyse à V3 a permis de conclure à l'équivalence des 2 traitements avec des taux d'efficacité de 86,7 p. 100 pour la pristinamycine et de 89,8 p. 100 pour l'oxacilline (IC[ ∞ 9,97]). La tolérance était statistiquement comparable entre les 2 traitements (27 à 32 p. 100 d'effets secondaires mineurs). Commentaires. Cette étude est la première réalisée à ce jour en médecine de ville avec confirmation diagnostique à la fois bactériologique et photographique dans les pyodermites superficielles. Elle démontre une bonne faisabilité en dépit d'un taux d'inclus à tort (12 p. 100) dont il doit être tenu compte dans des études futures. L'efficacité et la tolérance de la pristinamycine étaient statistiquement équivalentes à celle de l'oxacilline dans l'ensemble des PS. Néanmoins, le sous-groupe des folliculites était assez hétérogène sur le plan des résultats bactériologiques et thérapeutiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pyodermites superficielles nécessitant une antibiothérapie orale. Acide fusidique versus pristinamycine.

  • OBJECTIF : Le but de cette étude était de comparer l'efficacité clinique et bactériologique de l'acide fusidique 500 mg 2 fois par jour pendant 7,5 jours, à celle de la pristinamycine, 1 g 2 fois par jour pendant 10 jours. MÉTHODES : Des patients âgés de plus de 18 ans, ayant une pyodermite superficielle nécessitant une antibiothérapie orale et ayant donné leur consentement écrit, étaient inclus dans un essai comparatif multicentrique, double insu, double placebo, mené selon 2 groupes parallèles. De J 1 à J10 les patients recevaient le traitement randomisé. Les patients considérés comme guéris à J 11 ne recevaient aucun traitement entre J 11 et J25 et étaient revus à J25. Un prélèvement bactériologique était effectué à J0, J11 et J25. Les 2 stratégies thérapeutiques ont été comparées en terme d'efficacité, de tolérance et de coût global. RÉSULTATS : Sur 334 patients vus en consultation de dermatologie et inclus, 313 ont pu être analysés en intention de traiter : 158 ont reçu de l'acide fusidique (AF) et 155 ont été traités par la pristinamycine (P). A J11, 126 patients du groupe AF (79,7 %) et 118 du groupe P (76,1 %) étaient guéris (p =0,44). Le taux de succès bactériologique atteignait 85,2% dans le groupe AF et 82,7 % dans le groupe P (p =0,67). La guérison était confirmée à J25 chez 92,6% des patients du groupe AF et 90,4 % de ceux du groupe pristinamycine (p = 0,56). La tolérance digestive de l'acide fusidique s'est avérée meilleure que celle de la pristinamycine. Sur le plan économique, l'avantage revenait au traitement par AF : 443 Francs par patient versus 545 FF. CONCLUSION : Le traitement des pyodermites superficielles par l'acide fusidique pendant 7,5 jours est donc une alternative économique et sûre au traitement de 10 jours par la pristinamycine.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pyodermite plantaire due à Stenotrophomonas maltophilia.

  • Introduction. Stenotrophomonas maltophilia est un bacille Gram négatif opportuniste. Nous rapportons un cas d'infection cutanée superficielle par cette bactérie. Observation. Un homme de 59 ans avait depuis deux mois une ulcération plantaire qui avait résisté à de nombreux traitements. Deux examens bactériologiques ont permis la croissance de S. maltophilia en culture pure. La bactérie, initialement sensible aux quinolones, y était devenue résistante après un traitement oral inefficace par dix jours d'ofloxacine. Un traitement local par pommade antibiotique (primyxine + tétracycline) a entraîné une guérison complète en deux semaines. Discussion. S. maltophilia peut être responsable d'une pyodermite superficielle accessible à un traitement antimicrobien local plutôt qu'à une antibiothérapie orale par quinolones.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov