Prolapsus rectal [ Publications ]

prolapsus rectal [ Publications ]

Publications > prolapsus rectal

  • Le prolapsus rectal de l'adulte jeune au périnée normal est une maladie du rectum par excès de longueur et de mobilité. La correction des deux anomalies par rectopexie et résection colique paraît préférable à la rectopexie isolée facteur de constipation. But de l'étude : Décrire une technique originale de rectopexie postérieure au plancher pelvien avec prothèse semi-résorbable associée à une résection du sigmoïde et évaluer de façon prospective les résultats anatomiques et fonctionnels. Patients et méthode: Vingt patients (16 femmes et quatre hommes), d'âge moyen 41 ans, ayant un périnée cliniquement normal ont été opérés d'un prolapsus complet du rectum. La constipation était associée au prolapsus dans 90 % des cas (18 patients), le plus souvent de type terminal (15 patients). Treize patients (65 %) avaient des troubles de la continence. L'intervention a comporté: une dissection postérieure du rectum respectant les ailerons, une myorraphie des releveurs, une fixation postérieure du rectum par prothèse semi-résorbable au plancher pelvien, une résection du sigmoïde avec anastomose manuelle. Les résultats cliniques ont été évalués par un questionnaire standardisé. Résultats: La mortalité a été nulle, la morbidité réduite à une occlusion du grêle sans aucune complication infectieuse ou anastomotique. La durée moyenne de séjour a été de 8,7 jours. Aucune récidive du prolapsus n'est survenue avec un recul moyen de 30 mois (9-75 mois). La dyschésie a été guérie dans 86,5 % des cas (13 patients). Aucun patient constipé n'a été aggravé. Deux malades ayant un transit normal sont devenus dyschésiques. La continence a été normalisée dans 61,5 % des cas (huit patients). Aucun patient incontinent n'a été aggravé. Une malade ayant une récidive après opération de Delorme et une constipation de transit est devenue polychésique et hypocontinente. Conclusions: L'association d'une rectopexie au plancher pelvien avec prothèse et d'une résection du sigmoïde, dans le prolapsus rectal de l'adulte jeune à périnée normal : a) n'a pas augmenté la morbidité, b) a permis la guérison du prolapsus à moyen terme, c) a guéri la dyschésie presque constante, d) a eu des effets délétères lorsque le transit était normal et la compliance rectale préalablement réduite.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Résultats du traitement chirurgical du prolapsus rectal extériorisé de l'adulte. Une expérience de 21 ans.

  • Entr 1971 et1992, 89 malades (57 femmes, 32 hommes, âge moyen: 61 ans) ayant un prolapsus rectal extériorisé ont été opérés. 68,5% des malades avaient une constipation et 12,3% un ulcère solitatire du rectum. Il y avait 46 % d'd'incontinents (3 grades 2, 11 grades 3, 27 grades 4). Le prolapsus avait été auparavant opéré sans succès dans 12 cas (21 %). En manométrie, il y avait des pressions de repos basses au niveau du haut conal anal, et ce d'autant plus que les malades étaient incontinents. La valeur de la contraction du sphincter externe était moindre pour les malades incontinents. Sur la défécographie l'angle anorectal était anormalement ouvert au repos (113°). Les interventions réalisées on tété l'opération de Orr-Loygue (n = 53), la promontofixation modifiée (n = 22), la rétrocruropexie gauche (n=6), l'intervention de Delorme (n=4), la rectopexie par voie postérieure (n=4). Aucum malade ne mourait dans les suites potopératoires, et les taux de morbidité per et postopératoires étaient de 3,4 et de 29%. Le prolapsus récidivait dans 3 cas (3,4%). L'ulcère solitaire du rectum régressait dans tous les cas. Huit malades étaient encore incontinents après l'intervention, mais le degré d'incontinence était moindre pour 6 d'entre eux, dans les deux autres cas, il y avait une dénervation de stade III à l'électromyogramme. Le taux de constipation était moindre après l'intervention (68,5%) de constipations préopératoires, 51,7% en postopératoire). En manométrie, il y avait une élévaion de la pression de repos au niveau du haut canal anal pour les malades incontinents avant l'intervention, il y avait dans tous les das une élévation de la pression de repos au niveau du bas canal anal. La valeur de langle anorectal au repos était inchangée (112°).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le prolapsus rectal total de l'adulte: étude de 26 cas en milieu ivoirien.

  • L'amélioration des résultats fonctionnels (le la rectopexie pour prolapsus rectal total de l'adulte fait encore l'objet de nombreuses études. Ce travail a pour buts d'évaluer les éventuels facteurs étiopathogéniques de cette affection en milieu ivoirien et d'exposer les résultats thérapeutiques obtenus chez 26 cas traités en 10 ans en milieu chirurgical africain. Il s'agissait de 23 hommes d'âge compris entre 30 et 45 ans et de 3 femmes âgées de 45 à 50 ans, toutes multipares. Chez les hommes, une constipation chronique était notée dans 69,2 % des cas, une diarrhée dans 11,5 % des cas et une dysurie dans 7,7 % des cas. Quinze patients (59.7 %) présentaient une incontinence anale en préopératoire. Une rectoscopie, réalisée 23 fois a toujours été normale et le lavement baryté pratiqué 3 fois a montré la présence d'un dolichocolon. Une réduction du boudin a pu être réalisée avec succès chez 20 des 26 malades. Vingt-trois patients ont été traités par rectopexie selon le procédé de Orr-Loygue, les 3 autres l'ont été par rectopexie directe. La mortalité opératoire a été nulle et aucune récidive n'a été notée après un suivi moyen de 24 mois. II a été relevé deux cas de constipation induite. La constipation préopératoire a persisté dans tous les cas. L'incontinence préopératoire a progressivement régressé après la rectopexie. De ces résultats, il découle que, dans notre pratique, nos malades dorénavant devraient être explorés par une étude du temps de transit colique afin de sélectionner ceux chez qui l'indication de rectopexie directe avec sigmoïdectomie pourrait être posée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prolapsus rectal révélant une tumeur : intérêt de l’échographie abdominale, à propos de 3 cas

  • Le prolapsus rectal est peu fréquent en pédiatrie et le plus souvent bénin. Cependant de nombreuses affections peuvent lui être associées, comme la mucoviscidose ou toutes les causes d’augmentation de la pression abdominale. Nous passons en revue les différentes pathologies que le pédiatre ou le gastro-entérologue pédiatre doit évoquer en cas de prolapsus rectal et rapportons l’histoire de 3 enfants ayant présenté un prolapsus rectal dont l’exploration a mené au diagnostic de tumeur abdominale. Actuellement, la littérature ne recommande pas la réalisation systématique d’une imagerie abdominale en cas de prolapsus rectal. Cependant, dans certains cas, elle nous semble indiquée afin de dépister un processus expansif. Ainsi, devant le caractère récidivant d’un prolapsus ou la présence d’un point d’appel urinaire ou neurologique, la réalisation d’une imagerie se justifie devant la nécessité d’une prise en charge précoce des néoplasies. Vu le caractère non irradiant et sa bonne sensibilité chez l’enfant, l’échographie est l’examen de premier choix.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La promonto-fixation utérine et l'intervention d'Orr-Loygue dans l'association prolapsus génital et prolapsus rectal.

  • L'association prolapsus génital et prolapsus rectal est rare. Nous rapportons six cas de prolapsus mixtes simultanés opérés par voie abdominale. Le recours à la voie haute permet de traiter le prolapsus génital par promonto-fixation utérine et le prolapsus rectal par une rectopexie selon la technique d'Orr-Loygue. Parmi les facteurs étiologiques, la constipation chronique et le traumatisme obstétrical sont constamment retrouvés. Quatre de nos patientes avaient une incontinence urinaire à l'effort. Aucune complication per-opératoire n'est à déplorer, une de nos patiente signale une aggravation de sa constipation. Le recul moyen n'est que de 20 mois (2 mois à 3 ans), aucune récidive n'est constatée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prolapsus rectal étranglé de l’adulte jeune: à propos d’un cas et revue de la littérature

  • Le prolapsus rectal est un trouble de la statique du rectum, qui réalise une invagination de la paroi rectale aboutissant à son extériorisation à travers l’anus. Il touche généralement l’enfant et le sujet âgé. Sa survenue chez l’adulte jeune est rare. L’étranglement du rectum prolabé est également une complication rare. Nous rapportons l’observation d’un jeune de 30 ans, opéré en urgence pour un prolapsus rectal étranglé. Il a eu une recto-sigmoïdectomie périnéale (intervention d’Altemeier) en urgence avec des suites simples.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cure du prolapsus rectal par cerclage élastique de l'anus. Perspectives d'utilisation.

  • Le cerclage au fil métallique ou au fil non résorbable selon la technique de Thiersch a été quasiment abandonné parce que le matériau employé était à la fois mal toléré et non extensible. Le silastic qui remplit ces deux conditions a été employé chez 11 malades dont 2 ont été opérés à 2 reprises avec 9 bons résultats. Cette technique nous paraît intéressante par sa simplicité et pourrait être proposée quand l'état général du malade ne permet pas la cure chirurgicale du prolapsus par voie haute ou par voie basse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La mucoviscidose: cause méconnue de prolapsus rectal chez l'adulte?

  • Nous décrivons un cas de prolapsus muqueux rectal apparu chez un homme adulte atteint d'une mucoviscidose diagnostiquée à l'âge de 52 ans lors d'un dépistage familial. Cette observation soulève la question de l'intérêt d'un dépistage de la mucoviscidose, chez l'adulte ayant un prolapsus rectal apparemment idiopathique, comme cela est proposé systématiquement chez l'enfant [1].

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov