Polyarthrite rhumatoide [ Niveau Expert ]

polyarthrite rhumatoide [ Niveau Expert ]

Expert > polyarthrite rhumatoide

  • Introduction : la polyarthrite rhumatoïde est la plus fréquente des maladies articulaires inflammatoires en Suisse. Malgré les progrès des traitements médicamenteux, la douleur demeure le symptôme principal des patients. Objectif : découvrir les alternatives non pharmacologiques disponibles pour aider les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde à faire face aux douleurs persistantes. Méthodologie : des recherches d\ articles ont été effectuées sur les bases de données CINHAL, PubMed, EMBASE et Joanna Briggs Institute, afin d\ assembler les 6 études nécessaires à ce travail. Les critères d\ inclusion suivants ont permis de sélectionner les recherches : études primaires de langue française ou anglaise publiées entre 2012 et 2018, personnes de plus de 18 ans atteintes de polyarthrite rhumatoïde, utilisation de moyens non pharmacologiques de lutte contre la douleur. Les études secondaires publiées avant 2012, les articles concernant les patients de moins de 18 ans ou atteints d\ autres maladies rhumatismales ainsi que l\ utilisation de moyens pharmacologiques ont été exclus de ce travail. Résultats : l\ analyse des études a permis de démontrer que la réflexologie est efficace à court terme pour gérer les douleurs. Les exercices physiques permettent de diminuer ce symptôme à moyen terme. Le Tai Chi est une méthode psychocorporelle réduisant la douleur et améliorant les fonctions physiques et psychiques des patients. Conclusion : les infirmiers devraient davantage être sensibilisés à l\ importance d\ utiliser des moyens adéquats d\ évaluation des douleurs chroniques. Cette prise de conscience favoriserait des soins globaux et permettrait de proposer des méthodes alternatives de gestion des douleurs.

  • Source : doc.rero.ch

ORENCIA Abatacept - Le laboratoire ne demande pas le remboursement dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde très active et évolutive chez les patients adultes non traités précédemment par le méthotrexate (MTX), en association avec le MTX et le traitement du rhumatisme psoriasique actif (RPs) chez l adulte lorsque la réponse à un traitement DMARD antérieur incluant le MTX a été inadéquate, et pour lequel une thérapie systémique additionnelle pour les lésions cutanées psoriasiques n'est pas requise, seul ou en association avec le MTX.

  • La Commission prend acte du fait que le laboratoire ne demande pas l inscription des spécialités ORENCIA dans ces indications et rappelle que de ce fait ces spécialités ne sont pas remboursables et ne sont pas agréées aux collectivités dans les indications : « traitement de la polyarthrite rhumatoïde très active et évolutive chez les patients adultes non traités précédemment par le méthotrexate, en association avec le méthotrexate. » et « traitement du rhumatisme psoriasique actif (RPs) chez l adulte lorsque la réponse à un traitement DMARD antérieur incluant le MTX a été inadéquate, et pour lequel une thérapie systémique additionnelle pour les lésions cutanées psoriasiques n'est pas requise, seul ou en association avec le méthotrexate (MTX). »

  • Source : has-sante.fr

Diagnostic précoce de la polyarthrite rhumatoïde

  • La polyarthrite rhumatoïde (PR) est le rhumatisme inflammatoire chronique le plus fréquent qui se caractérise par une inflammation des articulations qui, si elle n est pas vite diagnostiquée et non suffisamment contrôlée, peut entrainer des destructions ostéoarticulaires irréversibles responsables de déformation et d impotence fonctionnelle. De nouveaux critères de classification ont été décrits en 2010 pour identifier les patients nécessitant une mise en route de traitement efficace et à risque de développer une arthrite persistante ou érosive. Dans le but de dépister précocement l arthrite ou les érosions osseuses avant leur apparition à la radiographie, l échographie et l imagerie par résonance magnétique sont régulièrement utilisées par les cliniciens pour aider au diagnostic et semblent même donner une information prédictive sur le pronostic de la maladie. L étude de la synoviale semble être intéressante en cas d arthrite débutante et pourrait aider à identifier des marqueurs de diagnostic, de pronostic ou de réponse thérapeutique. Des facteurs de risque génétiques ou environnementaux ont été décrits pour intervenir dans le développement ou le maintien de la PR. Ils pourraient également aider au dépistage de la PR débutante. La précocité d un bon diagnostic repose enfin sur la bonne information et l étroite collaboration entre le médecin de première ligne et le rhumatologue.

  • Source : amub.be

RITUXAN (rituximab) - Réactions mortelles liées à la perfusion chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde - Pour les professionnels de la santé - RITUXAN (rituximab) - Fatal Infusion Related Reactions in Patients with Rheumatoid Arthritis - For Health Professionals

  • Des cas de réactions mortelles liées à la perfusion de RITUXAN chez des patients atteints de PR ont été signalés après la commercialisation du médicament. En cas d'anaphylaxie ou d'autres réactions graves d'hypersensibilité ou liées à la perfusion, l'administration de RITUXAN doit être interrompue immédiatement et une prise en charge médicale appropriée doit être entreprise. Les perfusions doivent être administrées dans un lieu où l'accès au matériel de réanimation est facile et rapide. On doit toujours administrer une prémédication avant la perfusion de RITUXAN chez les patients atteints de PR (voir les renseignements ci-dessous). Les patients ayant des antécédents de troubles cardiaques et ceux ayant déjà présenté des réactions indésirables cardio-pulmonaires doivent faire l'objet d'une surveillance étroite après la perfusion de RITUXAN...

  • Source : healthycanadians.gc.ca

Polyarthrite rhumatoïde : aspects thérapeutiques hors médicaments et chirurgie - aspects médico-sociaux et organisationnels

  • Indication du niveau de preuve, L'objectif de ces recommandations est de répondre aux questions suivantes : 1. Quelles sont les indications des différentes prises en charge non médicamenteuses pour le traitement des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ? Sont envisagés les traitements physiques et de réadaptation (kinésithérapie, balnéothérapie et thermalisme, ergothérapie, pédicurie-podologie, appareillage), l'éducation thérapeutique du patient, les prises en charge psychologiques, les autres traitements non médicamenteux (acupuncture, régimes diététiques, ostéopathie) ainsi que les prises en charge sociale et professionnelle. 2. Quelle est la stratégie thérapeutique à adopter ? Est envisagée la place des différentes techniques entre elles en fonction de l'activité et du stade d'évolution de la polyarthrite rhumatoïde. 3. Quelles sont les stratégies de prise en charge sociale et professionnelle à adopter ? Sont envisagées la place de la médecine du travail, celle des aides sociales et celle des associations de patients.

  • Source : has-sante.fr

OLUMIANT (baricitinib), anti-JAK 1et 2 - Pas d avantage clinique démontré dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde en échec d un ou de plusieurs traitements de fond

  • Le service médical rendu par OLUMIANT est important. Prenant en compte :nn la supériorité démontrée d OLUMIANT (baricitinib) en association au méthotrexate (MTX) par rapport à l adalimumab (HUMIRA) en association au MTX en 2ème intention c est-à-dire après échec du MTX,n mais l absence de comparaison aux alternatives disponibles en 3ème intention (notamment tocilizumab, abatacept, rituximab) alors qu elle était faisable,n et les inquiétudes en termes de tolérance à long terme, portant en particulier sur les risques infectieux et les risques potentiels cardiovasculaires et carcinogènes,nnla Commission de la transparence considère qu OLUMIANT n apporte pas d amélioration du service médical rendu (ASMR V) dans la stratégie de prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde active modérée à sévère chez les patients adultes qui ont eu une réponse inadéquate, ou une intolérance, à un ou plusieurs traitements de fond...

  • Source : has-sante.fr

ROACTEMRA (tocilizumab), inhibiteur des récepteurs de l interleukine 6 - Intérêt clinique insuffisant dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde chez les adultes non précédemment traités par méthotrexate.

  • ROACTEMRA, en association au méthotrexate (MTX), a désormais l AMM dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde active, sévère et évolutive chez les patients adultes non précédemment traités par MTX. De plus, il peut être utilisé en monothérapie en cas d intolérance au MTX ou lorsque la poursuite du traitement par MTX est inadaptée.nEn association au MTX, il réduit le taux de progression des dommages structuraux articulaires mesurés par radiographie et améliore les capacités fonctionnelles.nIl est préférable de traiter les patients en 1ère ligne par MTX, avec une stratégie d adaptation thérapeutique comprenant, le cas échéant, l introduction d une biothérapie (après échec du MTX).nROACTEMRA n a pas de place dans la stratégie de traitement des patients non précédemment traités par un traitement de fond conventionnel, en particulier par le MTX...

  • Source : has-sante.fr

XELJANZ (tofacitinib), anti-JAK 1 et 3 - Inscription - Pas d avantage clinique démontré dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde en échec d un ou de plusieurs traitements de fond

  • XELJANZ a l AMM dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR) après échec d un ou de plusieurs traitements de fond. Il s administre par voie orale, deux fois par jour.nn C est un traitement de 2ème intention après échec des traitements de fond classiques tel que le méthotrexate (MTX) ou en 3ème intention (échec d un médicament biologique) ou plus (échec de plusieurs traitements de fond classiques et/ou biologiques).nn Sa non-infériorité a été démontrée en association au MTX par rapport à l adalimumab en association au MTX en 2ème intention (échec du MTX), sa supériorité n a pas été démontrée. XELJANZ n a pas été comparé aux alternatives disponibles en 3ème intention (notamment tocilizumab, abatacept, rituximab).nn Il existe des inquiétudes en termes de tolérance à long terme, portant en particulier sur les risques infectieux, cardiovasculaires et carcinogènes...

  • Source : has-sante.fr

Recommandations de la Société française de rhumatologie pour la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde - Revue du Rhumatisme Volume 81, Issue 4, July 2014, Pages 303u2013312 - Open Access

  • Cet article présente les recommandations de la Société française de rhumatologie pour la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde (PR). Ces recommandations ont été élaborées par des experts rhumatologues hospitaliers et libéraux et un représentant des associations de patients. Elles s appuient sur les recommandations de l EULAR récemment publiées et sur une analyse systématique de la littérature. Ces recommandations mettent en avant l importance d une prise de décision partagée entre le rhumatologue et le patient ayant acquis des compétences sur sa maladie, l objectif d atteindre la rémission ou au minimum la faible activité, la nécessité de l introduction la plus précoce possible d un traitement de fond, ainsi que l intérêt d une évaluation régulière de l activité de la PR menant à des adaptations thérapeutiques rapides si besoin (contrôle serré)

  • Source : sciencedirect.com

KEVZARA (sarilumab), inhibiteur des récepteurs de l interleukine 6 - Intérêt clinique important mais pas d avantage clinique démontré dans la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde en échec d un ou de plusieurs traitements de fond

  • KEVZARA, administré par voie sous-cutanée, a l AMM dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR) après échec d un ou de plusieurs traitements de fond. n C est un traitement de 2ème intention après échec des traitements de fond classiques tel que le méthotrexate (MTX) ou en 3ème intention (échec d un médicament biologique) ou plus (échec de plusieurs traitements de fond classiques et/ou biologiques).n Sa supériorité a été démontrée en monothérapie par rapport à l adalimumab en 2ème intention (réponse inadéquate ou intolérance au MTX).n KEVZARA n a pas été comparé aux alternatives disponibles en 3ème intention , notamment l autre anti-IL6 (tocilizumab), l abatacept ou le rituximab...

  • Source : has-sante.fr

Lettre destinée aux professionnels de santé relative au risque de réactions fatales liées à la perfusion de MabThera (rituximab) chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

  • Les essais cliniques dans la PR ont montré que les effets indésirables les plus fréquents avec MabThera sont les réactions liées à la perfusion. Le mécanisme de survenue de ces réactions n'est pas totalement élucidé. Cependant, la majorité des cas apparaissent pendant la première perfusion, ce qui oriente plutôt vers une réaction liée au relargage de cytokines que vers une réaction d'hypersensibilité médiée par les IgE. Habituellement, la réaction survient dans les 2 premières heures. De nouvelles données de sécurité disponibles ont mis en évidence que les réactions liées à la perfusion peuvent être dans de rares cas d'évolution fatale. Les cas de réactions fatales ont été rapportés soit lors de la première administration soit lors de perfusions ultérieures...

  • Source : ansm.sante.fr

CIMZIA (certolizumab pégol), anti-TNF α - Intérêt clinique insuffisant dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde chez les adultes non précédemment traités par méthotrexate ou d autres traitements de fond.

  • CIMZIA, en association au méthotrexate (MTX), a désormais l AMM dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR) sévère, active et évolutive chez les adultes non précédemment traités par le MTX ou d autres traitements de fond.nn Il est préférable, à un stade précoce, d attendre une réponse au traitement de 1ère ligne par le méthotrexate avec une stratégie dynamique d adaptation thérapeutique et d introduire, le cas échéant, un traitement ciblé en cas de réponse insuffisante ou d intolérance au méthotrexate.n CIMZIA n a pas de place dans la stratégie de traitement des patients non précédemment traités par un traitement de fond...

  • Source : has-sante.fr

Complications et atteintes systémiques de la polyarthrite rhumatoïde

  • La polyarthrite rhumatoïde (PR), en plus de l atteinte articulaire traditionnelle, peut toucher tous les organes car il s agit d une maladie systémique. L atteinte extra-articulaire de la PR est très variable, allant des nodules rhumatoïdes (les plus fréquents) jusqu à la vascularite rhumatoïde, grevée d une morbidité et d une mortalité importantes (49% à cinq ans). Avec les nouveaux algorithmes de traitement qui est de plus en plus précoce et l utilisation des biothérapies, l incidence des atteintes extra-articulaires graves diminue. Concernant le traitement de la vascularite rhumatoïde, l utilisation du rituximab semble prometteuse.La PR augmente aussi les risques cardiovasculaire et d ostéoporose. Il est donc important de les dépister et, le cas échéant, de les traiter. La collaboration avec le médecin de famille est ici essentielle.

  • Source : revmed.ch

Polyarthrite rhumatoïde, méthotrexate et fibrose pulmonaire : quelles évidences ?

  • La fibrose pulmonaire est une manifestation extra-articulaire de la polyarthrite rhumatoïde (PR), qui survient dans 20% à 40% des cas. Le méthotrexate (MTX) est un traitement de fond fréquemment utilisé chez les patients avec PR. Une association entre l'utilisation de MTX et la survenue d'une fibrose pulmonaire a été suggérée par certaines études. De plus, l'utilisation chronique de MTX a été associée au développement d'une cirrhose hépatique. Un mécanisme par lequel le MTX pourrait favoriser un processus fibrosant a été suggéré dans quelques modèles expérimentaux car l'adénosine, molécule clé dans l'action «anti-inflammatoire» du MTX, semble avoir un effet profibrotique. Cependant, malgré ces éléments expérimentaux, les études cliniques n'ont pas permis de confirmer le rôle pathogénique du MTX dans la fibrose pulmonaire notamment.

  • Source : revmed.ch

CARTREX - acéclofénac - Maintien du remboursement dans le traitement symptomatique de la douleur et de l'inflammation dans l'arthrose, la polyarthrite rhumatoïde et la spondylarthrite ankylosante mais pas dans la sous-population des patients présentant des facteurs de risque de survenue d un événement cardiovasculaire.

  • Le service médical rendu par CARTREX 100 mg (B/30 et B/100) est important dans le traitement symptomatique de la douleur et de l'inflammation dans l'arthrose, la polyarthrite rhumatoïde et la spondylarthrite ankylosante. Le service médical rendu par ces spécialités est insuffisant dans la sous-population des patients présentant des facteurs de risque de survenue d un événement cardiovasculaire...

  • Source : has-sante.fr

Facteurs de risque pour le développement d une polyarthrite rhumatoïde

  • Le rôle des gènes dans la polyarthrite rhumatoïde (PR) est de mieux en mieux compris. Pour développer une auto-immunité associée avec la PR, une interaction entre facteurs génétiques prédisposants et facteurs de risque environnementaux semble être requise. Dans cet article, nous allons détailler le rôle d un facteur de risque génétique bien identifié et discuter de plusieurs facteurs de risque environnementaux, tels que la pollution de l air et certaines infections, ainsi que de facteurs comportementaux, tels que le tabagisme et l alimentation. A terme, une meilleure compréhension des relations gènes-environnement permettra d identifier les personnes à risque de développer une PR avant que la maladie ne se déclare cliniquement, et peut-être de la traiter préventivement pour empêcher sa survenue.

  • Source : revmed.ch

Atteinte pulmonaire et polyarthrite rhumatoïde

  • Une femme de 60 ans connue pour une polyarthrite rhumatoïde depuis 25 ans, sous anti-TNF-alpha et antimétabolite, présente un pneumothorax récidivant avec plusieurs épaississements sous-pleuraux, des bronchiectasies de traction aux bases pulmonaires, deux nodules basaux à la base droite et quelques bulles d'emphysème au niveau des lobes supérieurs. Dans sa prise en charge, nous avons dû procéder à plusieurs traitements : aspiration, pleurodèse par talcage, pleurodèse chirurgicale, injection de tétracycline, sang autologue. Pour permettre la réaction inflammatoire pleurale nécessaire au bon déroulement de la pleurodèse, nous avons du arrêter le traitement immunosuppresseur d'étanercept et de léflunomide. Nous avons assisté alors à une pleurodèse partielle avec persistance d'un pneumothorax. La situation clinique s'est améliorée avec une disparition de la dyspnée.

  • Source : revmed.ch

Polyarthrite rhumatoïde et spondylarthrite ankylosante

  • L'utilisation des traitements biologiques est maintenant solidement ancrée dans la prise en charge des rhumatismes inflammatoires. Les anti-TNFa sont à juste titre devenus des agents de choix ces dix dernières années, et la littérature récente nous rappelle leurs places et indications dans la spondylarthrite ankylosante. Toutefois, tous les patients n'y répondent pas et la disponibilité de nouveaux traitements est certainement une addition bienvenue. L'abatacept est un nouveau traitement de la polyarthrite rhumatoïde avec un mode d'action innovateur, qui paraît efficace et adéquatement sûr et pour lequel quelques données et aspects pratiques d'utilisation sont présentés. Nous devons néanmoins encore apprendre à l'intégrer dans des stratégies thérapeutiques, comme nous sommes en train de le faire avec le rituximab.

  • Source : revmed.ch

Place de la nutrition dans la polyarthrite rhumatoïde

  • La polyarthrite rhumatoïde est une pathologie inflammatoire chronique très hétérogène, à composante auto-immune. C est une maladie qui évolue par poussées entrecoupées de phases de rémission. Fréquemment responsable de dégradations ostéo-articulaires et de déformations, cette pathologie peut entraîner à terme un handicap. De nombreuses études scientifiques font état du rôle de l alimentation dans la prévention de la progression de la maladie et dans la diminution de l inflammation. Ce travail consiste d une part à rappeler ce qu est la polyarthrite rhumatoïde. Il détaille ensuite les mécanismes d intoxication de notre organisme par une alimentation inadaptée. Pour finir, de nombreuses recommandations permettent de définir une alimentation saine afin de rendre le malade acteur de sa santé

  • Source : syntheses.univ-rennes1.fr

REMICADE (infliximab), anti-TNF alpha - Intérêt clinique insuffisant dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde active, sévère et évolutive chez les adultes non précédemment traités par le méthotrexate ou un autre traitement de fond conventionnel.

  • Le service médical rendu par REMICADE est insuffisant pour justifier d une prise en charge par la solidarité nationale dans l indication de l AMM « en association avec le méthotrexate, pour la réduction des signes et symptômes mais aussi l amélioration des capacités fonctionnelles chez les patients adultes ayant une maladie active, sévère et évolutive, non traitée auparavant par le méthotrexate ni les autres DMARDs »...

  • Source : has-sante.fr