Poliomyelite [ Publications ]

poliomyelite [ Publications ]

Publications > poliomyelite

  • En 1985, une stratégie pour éradiquer la poliomyélite du continent américain a été conçue et mise en place par l’OPS. Le dernier cas de poliomyélite dû au virus sauvage a été déclaré en août 1991 dans la zone andine du Pérou. Les éléments-clés pour la réussite de cette initiative ont été :- le renforcement du programme de vaccination pour obtenir et maintenir de hautes couvertures vaccinales \,- l’utilisation, dans les pays infectés, de campagnes de vaccination bisannuelles avec le vaccin antipoliomyélitique oral pour tous les enfants de moins de 5 ans \,- l’instauration, sur tout le continent américain, d’une surveillance active des cas de PFA chez les enfants de moins de 15 ans \,- la mise en place d’un réseau de laboratoires pour l’isolement du poliovirus sauvage \,- le déploiement d’une réponse rapide sur le terrain avec l’organisation « d’opérations de nettoyage » devant l’apparition de nouveaux cas. Pour le moment, l’enjeu le plus important pour ce continent consiste en la réalisation d’activités liées au processus de certification de l’éradication. Une CICEP a été formée et a établi les critères à suivre pour certifier l’éradication de cette maladie dans un pays donné. Tous ces progrès n’auraient pas pu être possibles sans l’appui politique que tous les pays américains ont apporté à ce programme et sans la coordination des efforts entre les diverses agences participantes. Les mêmes stratégies sont recommandées par l’OPS pour obtenir l’éradication mondiale de la poliomyélite pour l’an 2000. Pour que cet objectif se concrétise, il est essentiel que toutes les organisations (multilatérales, bilatérales ou non gouvernementales) qui ont prêté leur collaboration à la réalisation de ce programme jusqu’à présent continuent, maintenant plus que jamais, à épauler les gouvernements dans leurs efforts pour consolider leurs programmes de vaccination et obtenir l’éradication de la poliomyélite.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Vers l’éradication de la poliomyélite au Viêt-nam et dans la région du Pacifique occidental, 1993

  • En 1988, l’Assemblée Mondiale de la Santé a adopté l’objectif d’éradication de la poliomyélite pour l’an 2000, et le bureau de l’OMS pour la région du Pacifique occidental l’a également adopté pour 1995. Cette région comporte cinq pays où la poliomyélite persiste à l’état endémique : Chine, Viêt-nam, Cambodge, Laos, Philippines. Ces pays ont établi des plans d’action pour l’éradication de la poliomyélite, basés sur trois stratégies : maintien d’une couverture vaccinale élevée par trois doses de VPO , campagnes annuelles de vaccination supplémentaire des enfants de moins de 5 ans avec deux doses de VPO , et surveillance des cas de PFA, comportant l’isolement des poliovirus dans les selles. Le nombre de cas confirmés de poliomyélite est passé de 2 635 en 1991 à 1 226 en 1993, traduisant principalement la diminution du nombre de cas en Chine, où des campagnes de vaccination ont été organisées depuis 1990. Dans six provinces du Viêt-nam, où des Journées de vaccination ont eu lieu en 1992, le nombre de cas confirmés est passé de 168 en 1992 à 42 en 1993. La Chine, les Philippines, le Viêt-nam et le Laos ont organisé, en 1993-1994, des JNV au cours desquelles plus de 100 millions d’enfants de moins de 5 ans ont reçu deux doses de VPO. Les JNV seront répétées en 1994 et 1995 et sont prévues au Cambodge en janvier-février 1995. Ces campagnes bénéficient d’un appui considérable des gouvernements, et du soutien financier du Rotary international, de l’Unicef, des gouvernements d’Australie, du Japon et du Canada, et des CDC. L’apparente élimination des poliovirus sauvages du continent américain et les progrès en cours dans la région du Pacifique occidental permettent de penser que l’objectif d’éradication de la poliomyélite peut être atteint également dans d’autres régions du globe.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Stratégies de vaccination pour les dernières étapes de l'éradication mondiale de la poliomyélite.

  • Le programme mondial d'éradication de la poliomyélite a été remarquablement efficace depuis son lancement en 1988. Selon l'OMS, le dernier virus sauvage devrait être isolé en 2005, ce qui permettrait la certification d'éradication mondiale de la poliomyélite en 2008. Cependant, l'arrêt des vaccinations contre la poliomyélite, qui constituait l'objectif final de cette campagne, est compromis par deux événements récents: d'une part, la découverte de poliovirus dérivés du vaccin (VDPV), soit circulants, soit excrétés par des patients immunodéprimés et, d'autre part, de nouvelles inquiétudes concernant le risque de terrorisme biologique. Les menaces que font encourir les VDPV ont conduit l'OMS à recommander l'arrêt de l'emploi du vaccin poliomyélite oral (VPO), le fer de lance de l'initiative d'éradication, le plus rapidement possible après la certification d'éradication. L'arrêt du VPO devra être planifié avec précaution pour éviter de favoriser l'émergence de VDPV En parallèle, des stratégies doivent être conçues pour se prémunir des conséquences de la résurgence possible de la poliomyélite après l'annonce de l'éradication des virus sauvages, résurgence qui pourrait être due à des excréteurs chroniques de VDPV ou à la libération accidentelle ou intentionnelle de virus sauvages. Les deux stratégies actuellement envisagées au niveau mondial consistent en une approche de « surveillance et réponse » ou une généralisation de la vaccination par le vaccin poliomyélite inactivé (VPI). Le choix entre ces deux options représentera un dilemme majeur pour de nombreux pays en voie de développement et aura des conséquences pour l'ensemble de la communauté internationale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Evolution génétique du poliovirus: succès et difficultés de l'éradication de la poliomyélite paralytique.

  • Le poliovirus, agent étiologique de la poliomyélite, est un entérovirus de la famille des Picornaviridae. Malgré le succès de la campagne mondiale de vaccination contre la poliomyélite mise en place par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le poliovirus reste un problème de santé publique dans plusieurs pays en voie de développement, notamment en Afrique et en Asie. Ceci est dû en partie à la grande capacité des souches de poliovirus à circuler et à diffuser dans des populations où la couverture vaccinale est insuffisante. De plus, les souches atténuées du vaccin polio oral (VPO) peuvent évoluer rapidement vers un phénotype neurovirulent et être à l'origine de rares cas de poliomyélite paralytique. Par ailleurs, de récentes épidémies associées à des souches de poliovirus dérivées du vaccin (vaccine derived poliovirus , VDPV) ont révélé l'émergence de souches recombinantes dont les génomes sont constitués de séquences provenant des souches du VPO et d'autres entérovirus non polio. Dans cette revue, après avoir présenté brièvement la biologie moléculaire du poliovirus et la pathogenèse de la poliomyélite, nous ferons le point sur la prophylaxie de la poliomyélite et les stratégies mises en oeuvre pour remporter la lutte contre la maladie. La question d'une possible réémergence du poliovirus après la proclamation de l'éradication du poliovirus sauvage sera également abordée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'Initiative Mondiale pour l'Éradication de la Poliomyélite : un long chemin semé d'embûches

  • L&#8217,Initiative Mondiale pour l&#8217,&#201,radication de la Poliomy&#233,lite (IMEP), lanc&#233,e en 1988, repose sur 2 strat&#233,gies&#160,: la vaccination de masse par le vaccin polio oral (VPO) et la surveillance des cas de paralysie flasque aigu&#235, (PFA). L&#8217,incidence de la maladie a &#233,t&#233, r&#233,duite de 99&#160,%, mais l&#8217,&#233,radication, initialement pr&#233,vue pour l&#8217,an 2000, n&#8217,est toujours pas atteinte en 2010 et 4 pays restent end&#233,miques (Inde, Pakistan, Afghanistan et Nigeria). Les obstacles &#224, l&#8217,&#233,radication sont&#160,: la difficult&#233, d&#8217,atteindre tous les enfants &#224, vacciner, notamment dans les zones d&#8217,ins&#233,curit&#233,&#160,, les imperfections du VPO, d&#8217,efficacit&#233, irr&#233,guli&#232,re et g&#233,n&#233,tiquement instable&#160,, les limites de la surveillance, qui ne d&#233,tecte que les formes paralytiques d&#8217,une maladie qui reste le plus souvent asymptomatique. Les reports successifs de l&#8217,&#233,ch&#233,ance finale, qui ont consid&#233,rablement alourdi le co&#251,t de l&#8217,IMEP, suscitent un d&#233,bat quant &#224, la r&#233,elle faisabilit&#233, de l&#8217,&#233,radication et &#224, la justification de continuer &#224, financer, dans un contexte &#233,conomique mondial difficile, une initiative sans impact significatif sur les indicateurs des Objectifs du Millenium pour le D&#233,veloppement (OMD).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Éradication de la poliomyélite et émergence de poliovirus pathogènes dérivés du vaccin - De Madagascar au Cameroun.

  • Les campagnes de vaccination visant à éradiquer la poliomyélite sont effectuées avec le vaccin polio oral, un vaccin vivant constitué de souches de poliovirus atténuées des trois sérotypes. Ces campagnes ont permis de faire régresser, puis disparaître la maladie due aux souches sauvages de virus dans la plupart des pays. Cependant, lorsque la couverture vaccinale est faible, les souches vaccinales de poliovirus peuvent circuler dans les populations insuffisamment vaccinées et redeviennent ainsi pathogènes par mutation et par recombinaison génétique avec d’autres souches d’entérovirus. Les souches mutées et recombinantes sont à l’origine d’épidémies de poliomyélite paralytique aiguë. Le phénomène de plasticité génétique qui menace les bénéfices de la vaccination fait l’objet d’une surveillance particulière et est étudié dans les laboratoires de virologie du réseau international des Instituts Pasteur.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La poliomyélite en Nouvelle-Calédonie: données épidémiologiques, séroconversions post vaccinales, stratégie prophylactique.

  • Après une épidémie en 1956, la poliomyélite a évolué en Nouvelle-Calédonie sur un mode sporadique qui l'a faite sortir des préoccupations sanitaires. La vaccination par le vaccin inactivé retenu étant donné les risques d'interférence liés à la fréquence de l'excrétion des entérovirus est efficace avec une séroconversion après primovaccination suivie d'un appel un an après. Par contre la séroconversion obtenue 1 mois après la 2ème injection vaccinale est apparue insuffisante pour pouvoir envisager d'alléger le calendrier vaccinal.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La vaccination contre la poliomyélite en France. Bilan 1983 et nouvelles orientations.

  • Intérêt du vaccin oral pour les vaccinations de masse. Les progrès tectoniques ont rendu le vaccin tué injectable efficace à partir de l'âge de 3 mois. Aussi est-il préférable au vaccin buccal qui présente des risques, pour la vaccination de routine.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov