Pochite [ Publications ]

pochite [ Publications ]

Publications > pochite

  • Objectifs : le but de cette étude est de rapporter les principaux effets des probiotiques et d'identifier leurs principaux mécanismes d'action en cas de pochite. Méthodes : cet article est basé sur une revue des principales études publiées dans la littérature sur l'effet des probiotiques en cas de pochite et sur leurs mécanismes d'action possibles. Résultats : la pochite est la complication tardive la plus fréquente des anastomoses iléo-anales pratiquées pour une rectocolite hémorragique. Les mécanismes physiopathologiques sont encore mal connus , la maladie semble multifactorielle. Un déséquilibre de la flore fécale normale a récemment été suggéré. La majorité des patients présentant des symptômes de pochite répondent rapidement à un traitement antibiotique. Cependant, 5 à 10% développent une pochite chronique pouvant nécessiter un traitement radical. Les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui, ingérés à des quantités adéquates, exercent des effets bénéfiques sur l'hôte. Des résultats encourageants ont été obtenus par l'utilisation des probiotiques essentiellement dans le maintien de la rémission en cas de pochite chronique mais aussi comme traitement d'induction. Conclusion : Ces résultats suggèrent que la restauration de la flore bactérienne fécale normale pourrait constituer une alternative thérapeutique efficace chez les patients atteints de pochite.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les pochites après anastomose iléo-anale avec réservoir dans la rectocolite hémorragique.

  • Une fréquence fonction de la définition : L'anastomose iléo-anale avec réservoir est propo sée dans le traitement des polyposes adénoma teuses familiales et de la rectocolite ulcéro-hémorragique. Le réservoir iléal peut présenter une inflammation ou pochite dans 10 à 30% des cas selon les auteurs, et selon que la définition de la «pochite» est clinique, endoscopique ou histo logique. . Plusieurs hypothèses physiopathologiques : La pochite représente la complication tardive la plus fréquente des AIA pratiquées pour une RCH. Sa physiopathologie est discutée. La stase fécale, la pullulation bactérienne, les mucines et la maladie inflammatoire initiale pourraient avoir un rôle dans la physiopathologie des pochites. . Le traitement : Il repose généralement sur les antibiotiques actifs sur les bactéries anaérobies comme le métronidazole ou, en cas d'échec, sur les traitements habituels des maladies inflammatoires intestinales.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov