Pneumopathies interstitielles idiopathiques [ Publications ]

pneumopathies interstitielles idiopathiques [ Publications ]

Publications > pneumopathies interstitielles idiopathiques

  • Les pneumopathies interstitielles idiopathiques constituent un groupe hétérogène de 8 entités anatomo-cliniques d’évolution chronique pour la majorité d’entre elles et de pronostic variable. La plus fréquente et la plus sévère d’entre elles est la fibrose pulmonaire idiopathique pour laquelle le scanner a un rôle diagnostique de premier plan. Il peut identifier le pattern histologique sous-jacent, de pneumopathie interstitielle commune, dans près de la moitié des cas. Il peut proposer des diagnostics différentiels dans les autres cas, dont les plus fréquents sont la pneumopathie interstitielle non spécifique fibrosante et la pneumopathie d’hypersensibilité chronique. L’imagerie doit être intégrée aux éléments clinico-biologiques et histopathologiques disponibles à l’occasion de discussions multidisciplinaires impliquant des praticiens ayant une expertise dans le domaine de la pathologie interstitielle. Le diagnostic retenu peut être celui de pneumopathie interstitielle idiopathique inclassable, susceptible d’évoluer au cours du temps à la faveur de nouveaux éléments ou d’une évolution du pattern scannographique. Le recours à la biopsie pulmonaire chirurgicale tend à diminuer et une nouvelle technique de prélèvement moins invasive, la cryobiopsie, est en cours d’évaluation. La fibro-élastose pleuroparenchymateuse est une entité de description récente, de prévalence et de pronostic encore incertains, semblant pouvoir être assez fréquemment associée à un autre pattern de pneumopathie interstitielle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov